un forum sur tout et rien, pour enfin croiser nos sujets et nos points de vue
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GalerieGalerie  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Cinéma indépendant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sangoku
Gardien de la citadelle
Gardien de la citadelle
avatar

Nombre de messages : 821
Age : 36
Localisation : B-4 (à 1000 km de Satan City)
Humeur : Saiyajin Senshitachi
Date d'inscription : 20/01/2005

MessageSujet: Le Cinéma indépendant   Dim 12 Mar - 20:14

Ben, comme l'indique le titre, ça parle du cinéma indépendant. Le cinéma que l'on ne verra que très peu au cinéma, voire pas du tout, de même qu'à la télé. Là où son format se goûte, c'est sur les dvd.
Des réalisateurs de tous les pays qui sont inconnus et qui font l'objet de visionnage lors des festivals et puis que l'on n'entend pas parler.
De plus, on trouve de bons réalisateurs qui mettent leurs films au niveau des productions des magnats.
J'espère, et je vous y invite, découvrir beaucoup de films à travers ce sujet.


Premier film indépendant : "Le Phare de l'Angoisse". (Light House)
Un film de Simon Hunter réalisé en 2000. Le film a eu une sélection officielle au festival de Gerardmer 2000.
Au casting, James Purefoy, Rachel Shelley, Chris Adamson, Paul Brooke.


RESUME : Leo Rook, un serial killer sans vergogne, est arrêté et transporté par voie maritime dans une prison. Cependant, il s'échappe. Quelques heures après, le bateau percute un rocher et l'accident arrive. Leo Rook et les naufragés n'ont qu'une seule solution : se poser sur la petite île où un phare est posté.
Tout ce jolie monde se retrouve sur cet îlot où Leo Rook prend plaisir à collectionner ce qu'il aime le plus : les cadavres.


Un film surprenant en premier lieu. Le film mélange "The Fog" pour l'ambiance à un Slasher Movie pour l'horreur.
Le film se passe en huit clos dans ce phare et sur cet ilôt.
Le début du film est très percutant parce qu'il est en noir et blanc et ressemble à un polar. On y voit les investigations des lieux du crime avec des résonnances sonores assez bizarres : appareils photos, chocs, torche etc... Cette scène est agrémenté de superposition en flashback qui révêle en noir et blanc une image du blanc opaque sur le tueur tout en laissant une part de mystère sur son visage. Cette scène est vraiment hallucinante tellement elle est bien faite et surtout bien servi par une ambiance, une musique et des plans bien judicieux. On nous présente les lieux à la X-Files, vous savez le nom en bas qui s'inscrit pour savoir où l'on est, sauf qu'ici ça défile.

Un début prometteur mais qu'en est-il de la suite ?
Le film se remet en couleur mais toujours une ambiance assez glauque, dégueulasse. L'îlot et le phare idem. L'ilôt est servi par une tempête avec un brouillard qui ne fait qu'accentuer la perdition de l'orientation et la phare tantôt éteint, tantôt allumé réserve un endroit monotone. La découverte du phare et de son environnement va laisser entrer une certaine pression et une atmosphère qui va se lier directement avec le tueur.
Le réalisateur n'est pas une fleur bleue sur les meurtres, des gorges tranché avec des jets de sang qui arrosent les murs (Un classique ? Mais tellement efficace ici), des têtes coupées...On n'a droit ici à un tueur qui en veut. Par contre, slasher movie oblige le tueur ne coure pas mais se veut intelligent.

En ce qui concerne les scènes, il y a en a de pas mal. J'en retiendrai deux : celle des WC et celle du canot. La scène des WC est vraiment arrosé d'un humour noir et d'une tension, on prie pour le gars dans les WC et son aérosol (faut voir pour comprendre), on sourit tellement c'est absurde pour ce gars. Ensuite celle du canot, où l'on voit encore un gars qui prie pour sa vie et c'est sur cette scène que l'on voit l'acharnement psychologique et le TOC du tueur.

En parlant du tueur, on ne voit jamais son visage. Quelques scènes nous ponctuent des bouts révêlés mais sans jamais donné un réel visage. Le tueur est une ombre.
Les personnages sont simples sans grande prétention mais servent à nous concocter des situations meurtrières.

Je parle évidemment toujours de fin dans un film sans jamais la dévoiler et ici, elle me paraissait bien parti. Cependant, le réalisateur nous la décortiquer un peu abruptement en y mettant des scènes que je jugerais paradoxale face au film entier. La fin fait trop héroïque enlevant entièrement la teneur en vitamine C du film et me paraît trop surfaîtes.

Le seul problême est la musique : il n'y en a qu'une seule ! On nous la sert pas trop souvent et je pense que certains diront "Ca tape sur le système". Elle n'est pas moche au contraire ! Mais comme c'est la seule, on en a un petit peu marre de l'entendre.

Quoi qu'il en soit, c'est un très bon film sachant que le réalisateur en est à son premier et qu'il sert son film de piquants adroitement bien placé. Un bon film pour pas cher (1 euro) avec une très bonne ambiance, des personnages classiques et une bonne mise en scène. A découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JohnCmyers
Capitaine Aware du forum
Capitaine Aware du forum
avatar

Nombre de messages : 1733
Age : 35
Localisation : Un bled près de Valenciennes....
Date d'inscription : 21/03/2005

MessageSujet: Re: Le Cinéma indépendant   Dim 12 Mar - 23:31

Eh bien... Moi je réponds: vu, approuvé et payé 1 euro également !
Pour moi ce film a été une bonne surprise, j'en ai vu des slasher-movie bas gamme et plus cher !
Mais là, rien à dire et la sélection officielle du festival de Gérardmer 2000 n'est pas inscrite dans le vent, elle est justifiée...

Pour la scène des WC, je l'ai retenu aussi, un pur moment de tension. Aussi comme tu l'as dis, c'est vrai que le film n'est pas avare en hémoglobine Smile

_________________
Pro Aware en couteau de cuisine et serial killer sévissant sur la télé-poubelle
principal mobile: hyper-sensibilité à la manipulation TV et à la vision toxic qui infecte les écrans de programmes académiques

Mais on est tous un peu fou à notre manière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://holy-moviesblog.skyrock.com/
 
Le Cinéma indépendant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un indépendant en Saxe !
» Un Québec Indépendant ??
» Delcourt, 1er groupe indépendant du marché BD
» Retard indépendant de ma volonté
» Devenir décorateur indépendant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Citadelle :: Archives :: Images et Sons-
Sauter vers: