un forum sur tout et rien, pour enfin croiser nos sujets et nos points de vue
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GalerieGalerie  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Classique...Passionnément

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Mar 28 Mar - 23:35

Nouvelle mise à jour : (j'essaie de rattraper le temps perdu)
Nous sommes passés à la musique symphonique alors

Tchaïkovski

Symphonie n° 6 "la Pathétique (ma préférée )

- extrait du 2ème mouvement , allegro con grazia
- extrait du 3ème mouvement allegro molto vivace

Symphonie n°5
(quelle dificulté pour couper !!)

Alors j'ai mis un extrait du final du final !

Gorecki

Symphonie n°3 "Chant de deuil

Extrait du 3ème mouvement.
Pas gaie mais superbe

Beethoven


Symphonie n°3 Héroïque
Extrait du 2ème mouvement "Marche funèbre " Là encore difficile de choisir, chaque mouvement s'étendant sur 12 à 15 minutes
J'ai renoncé au premier thème du mouvement (le plus connu)

Et pour terminer : un Bonus surprise à découvrir

http://citadelle-fr.com/relais_musical.htm

Bonne écoute
Mj
Revenir en haut Aller en bas
Meryt
Dieu-Serpent
avatar

Nombre de messages : 1356
Localisation : Dans le naos du temple sur son coussin
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Jeu 30 Mar - 22:05

Mwaaaaaaaaaaaaarf ! Very Happy Very Happy Very Happy

Quelle bonne idée, Mj ! je dis rien. Je laisse le loisir de découvrir quel est le bonus à ceux qui auront la bonne idée de venir faire un tour ici.

Ca faisait un bail que je l'avais pas entendu !

Ecoute-moi ça Mimi (et comble les lacunes de ton éducation musicale) Mr. Green popo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Jeu 30 Mar - 22:59

Ecoute-moi ça Mimi (et comble les lacunes de ton éducation musicale)

Lol! j'ai écouté ce *chef-d'oeuvre* dès le premier jour, mais j'ai pas eu le temps de poster quoi que ce soit.
Merci à MJ pour ce grand moment, et merci à toi Meryt pour m'avoir fait découvrir ces quatres phénomènes.
Juste pour dire, je préfère ça, que Messiaen enervé


Dernière édition par le Dim 2 Avr - 23:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Séléné
Gardien de la citadelle
Gardien de la citadelle
avatar

Nombre de messages : 797
Age : 895
Localisation : Béziers
Humeur : Je chante des génériques de dessins animés avec la bande de fous qui me sert de collègues !!!
Date d'inscription : 27/12/2004

MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Dim 2 Avr - 22:12

bouhouhou! Elle veut pas s'ouvrir, la surprise !!! bouhouhou!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Dim 2 Avr - 23:46

Elle veut pas s'ouvrir, la surprise !!!

Aie! Je viens d'essayer, et pour moi ça marche.
Faut voir ça avec MJ parceque moi...aucune idée euh?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Lun 3 Avr - 21:42

mimi a écrit:
Elle veut pas s'ouvrir, la surprise !!!

Aie! Je viens d'essayer, et pour moi ça marche.
Faut voir ça avec MJ parceque moi...aucune idée euh?

Ah ben désolée Séléné ! moi aussi ça marche ! et tu sais bien que je suis complètement inapte à percer les secrets de l'informatique Un seul conseil : essaie encore une fois et sinon tu m'écris et je te fais avec plaisir une faveur toute personnelle . lol!
Mj
Revenir en haut Aller en bas
Séléné
Gardien de la citadelle
Gardien de la citadelle
avatar

Nombre de messages : 797
Age : 895
Localisation : Béziers
Humeur : Je chante des génériques de dessins animés avec la bande de fous qui me sert de collègues !!!
Date d'inscription : 27/12/2004

MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Lun 3 Avr - 22:36

J'aime pas réclamer, mais ça marche toujours pas ! ça me dit que la page n'existe pas!!!! bouhouhou! bouhouhou! bouhouhou!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azertipi
Modo-mélomane
avatar

Nombre de messages : 720
Age : 29
Localisation : Paris
Humeur : Moscovite...
Date d'inscription : 29/09/2004

MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Mer 12 Avr - 13:20

Que dire, sinon que ce topic est absolument fabuleux, merveilleux, etc ?
J'en ai lu une bonne partie avec grand intérêt, et des tas de choses m'ont donné envie de réagir... Je n'en ai pas le temps là maintenant, mais j'aimerais et essayerai de trouver un moment pour le faire d'ici la fin de mes vacances.
Continuez, c'est super !

Az, fan de Haendel, Correli, Mozart, Chopin, et Bach (entre autres...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Mer 12 Avr - 18:49

Azertipi a écrit:
Que dire, sinon que ce topic est absolument fabuleux, merveilleux, etc ?
J'en ai lu une bonne partie avec grand intérêt, et des tas de choses m'ont donné envie de réagir... Je n'en ai pas le temps là maintenant, mais j'aimerais et essayerai de trouver un moment pour le faire d'ici la fin de mes vacances.
Continuez, c'est super !

Merci à toi, AZ, pour ton intervention fort sympathique et qui donne du baume au coeur. Ben oui, en ce moment, ça s'endort un peu, j'ai pas trop le temps d'intervenir, mais je vais essayer de m'y replonger au plus vite. Notamment avec Rossini et Sibelius...ah oui, c'est pas tout à fait la même chose!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Jeu 13 Avr - 22:24

Pour faire suite à Rossini et que je vous veux vous parler d'une ouverture d'une de ses oeuvres, voyons d'abord en quoi consiste précisément une ouverture.

L'ouverture sert souvent à préparer le public au drame qui va suivre : elle expose les thèmes musicaux qui jalonneront les divers moments.

Une ouverture peut soit introduire un ouvrage dramatique, opéra ou ballet, soit être exécutée seule, comme une pièce de concert. Les ouvertures françaises du XVIIIème siècle étaient constituées d'un enchaînement de trois sections, la première lente, la deuxième rapide et la troisième de nouveau lente. Cette forme servit à la composition de cantates et d'oratorios, ensembles chantés qui ne sont pas des opéras.
Pour les ouvertures italiennes, un enchaînement de sections différent - vif/lent/vif - fut mis au point par Alessandro Scarlatti dans les années 1690. Reprise par un maître comme Rossini, cette version devint l'une des formes les plus populaires de musique. L'ouverture italienne joua un rôle trés important dans l'élaboration du genre symphonique, que Haydn, Mozart, Beethoven et d'autres compositeurs portèrent à son apogée aux XVIIIème et XIXème siècles.

Voici quelques ouvertures célèbres dont j'aurai trés certainement l'occasion de vous parler un de ces quatre.

1689 - Didon et Enée - Purcell
1810 - Egmont - Beethoven
1816 - Le Barbier de Séville - Rossini
1829 - Guillaume Tell - Rossini
1830 - Les Hébrides - Mendelssohn
1831 - Norma - Bellini
1843 - Le Vaisseau fantôme - Wagner
1858 - Orphée aux Enfers - Offenbach
1862 - La Force du destin - Verdi
1880 - HMS Pinafore - Sullivan
1925 Portsmouth Point - Walton

Et puis tant d'autres...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Jeu 13 Avr - 22:25

Je vais donc terminer avec Rossini (pour aujourd'hui, car j'y reviendrai pour d'autres oeuvres bien évidemment) en vous proposant donc l' "Ouverture" de "Guillaume Tell".
Surtout connu pour ses opéras-comiques, Rossini a aussi écrit des drames, comme cet opéra tiré de la légende du héros suisse Guillaume Tell, célèbre pour avoir percé d'une flèche la pomme posée sur la tête de son fils.
Inspiré d'une pièce du dramaturge allemand Friedrich von Schiller portant le même titre, Guillaume Tell traite d'un thème cher à Rossini, la quête de la liberté politique, personnifiée par ce héros qui lutta contre la domination autrichienne. Ecrit à Paris, cet opéra de tradition française inclut des scènes de ballet. C'est la dernière oeuvre que Rossini composa pour la scène, à l'âge de 37 ans, aprés avoir signé prés de quarante opéras. Il vécut encore une trentaine d'années sans revenir à ce genre musical.

L'ouverture de Guillaume Tell est sans doute l'une des oeuvres les plus originales de Rossini. Elle débute par un mouvement lancinant de solos de violoncelle. Cette évocation d'une idylle pastorale prépare le drame à venir et se fait l'écho d'un monde idéal. Un violent orage éclate, (tonnerre et éclairs étant symbolisés par la brusque montée de l'orchestre), suivi par le calme de la campagne aprés la tempête. L'appel d'un berger est le prélude à un merveilleux solo de cor anglais. Alors que tout semble s'apaiser, une trompette lance un appel aux armes, annonce de la lutte pour la liberté dans laquelle, guidé par son sens de la justice, l'homme ordinaire, personnifié par Guillaume Tell, devient un héros.

A savoir que cette ouverture (le passage qui succède à l'appel de la trompette notamment) fut utilisée par Stanley Kubrick pour son génialissime Orange Mécanique. Dans les deux cas, c'est du trés bon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Mar 18 Avr - 22:49

Je dois dire que le fait de pouvoir m'exprimer sur une de mes passions, en l'occurence, la musique classique, et de se savoir lu par certains d'entre vous, me pousse à aller puiser des informations dans des domaines totalement méconnu.
Prenez Sibelius, je ne peux pas dire qu'il m'était aussi familier qu'un Mozart, qu'un Bach ou qu'un Beethoven. Voilà maintenant trois semaines que j'essaye de m'imprégner de certaines de ces oeuvres et ma foi, il en ressort quelques jolies choses. Alors pour aujourd'hui je me contente de vous présenter deux de ses oeuvres qui comptent parmi ces principales compositions.

Tout d'abord, voici, "Finlandia Op.26", qui nous donne immanquablement des indices sur la *couleur musicale* du compositeur et sur sa volonté à représenter fièrement son pays.
Sibelius avait déjà célébré l'esprit de son pays dans des oeuvres telles que le poème symphonique "Kullervo" ou d'autres tirés de la légende de Lemminkäinen lorsqu'il composa "Finlandia". En rapport direct avec le spectacle théatral "Léve-toi, Finlande!", il s'agit d'un acte de patriotisme destiné à prouver au monde la détermination de la Finlande. L'ouverture menaçante entonnée par les cuivres et les timbales évoque la férule du régime tsariste. Mais bientôt la musique s'accélère, passe du mode mineur, sombre, au mode majeur, plus lumineux, et débouche sur une marche enlevée.
L'interlude, murmuré par les bois et les cordes, ressemble à une prière pour la paix, puis arrive la fin triomphante.

Pour suivre, un deuxième morceau qui me paraît incontournable lorsque l'on survole l'oeuvre de Sibelius, la "Symphonie n°2 en ré Op.43 : 1er mouvement".
Sibelius avait passé l'âge de 30 ans lorsqu'il composa sa première symphonie. Influencée par la musique romantique, notamment celle de Tchaïkovski, cette "Symphonie n°1" allait être la première d'une longue série.
Avec la "Symphonie n°2", Sibelius développe une veine beaucoup plus personnelle. Bien que l'oeuvre ait été en grande partie écrite en Italie entre 1901 et 1902, son caractère, et tout particulièrement celui du premier mouvement, est entièrement finlandais. La forme générale de ce mouvement suit les règles classiques de la symphonie, mais les idées musicales de Sibelius sont fort originales, surtout dans leur traitement : phrse trés rythmée aux cordes, petit air guilleret aux bois, pizzicati et nouvelle rafale d'airs et de phrases. Dans l'exposition inaugurale, ces idées sont présentées de manière un peu fragmentaire.
Toutefois le développement central, trés cohérent du point de vue musical, unit tous ces éléments, conférant ainsi à l'ensemble une intensité dramatique extraordinaire. Pour finir, la paix revient et le mouvement se termine presque de la même façon qu'il avait commencé. La symphonie quant à elle s'achève sur une note émouvante de fierté patriotique, mais rien ne surpasse la force et l'économie de ce premier mouvement. Ce sont justement là les qualités qui rangent Sibelius parmi les symphonistes les meilleurs et les plus originaux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Mer 19 Avr - 12:46

Sibélius !!!
Ici je vais me permettre une petite entorse à mes principes et en complèment de cette très riche présentation de Mimi je vais vous inviter sur mon site .
C'est que par Sibélius on touche à l'une de mes cordes les plus sensibles !
Ce n'est certes pas le plus grand compositeur (d'ailleurs il serait ridicule de tenter d'établir un palmarès) mais j'adhère totalement à sa sensibilité qui je crois bien caractérise un type de tempérament , un univers émotionnel.

Si vous avez la patience de suivre les liens vous pourrez voir que je l'associe naturellement à Tolkien; J'ignore si Tolkien connaissait Sibélius (probablement ) mais je ne suis pas seule à faire cette association. Le lien évident est le Kalevala que Tolkien chérissait autant que Sibélius . L'oeuvre et les deux créateurs , le romancier et le musicien, subliment et vénèrent l'univers finlandais bien au delà du seul nationalisme pour Sibélius. C'est un monde particulier, à la fois rude et sensible, mélancolique et naïf , où s'allient les couleurs vives par tradition , et les subtiles nuances de gris des terres froides septentrionales et de Carélie orientale. Pays de glace et de neige, de plaines sans fin au nord mais aussi forets mystérieuses et angoissantes où la végétation cernant l'eau des lacs compose mille labyrinthes hostiles à l'homme .
Pour résister et survivre dans cette nature redoutable mais aussi contre ses démons qui le méneraient à la folie du mal des solitudes l'homme s'est entouré d'esprits bienfaisants mais exigeants et capricieux , qu'on apaise par des rituels chantants perpetués par les bardes qui scandent des milliers de vers parfois durant plusieurs jours .

Si la vitalité de ce peuple crée des thèmes aux accents enthousiastes et exaltants qu'on retrouve dans Finlandia ou Karelia suite , la Mélancolie parait le sentiment dominant de la musique de Sibélius comme elle semble dominer Väinämöinen le héros du Kalevala.

Et pour moi, cette mélancolie née d'une résignation devant l'implacable nature à la fois si belle et si cruelle ne pouvait que fournir par le Cygne de Tuonella , le parfait accord avec le cygne de Mallarmé prisonnier des "transparents glaciers", symbolisant l'incompréhension du poète et ses efforts desespérés dans sa quête du Beau.
http://citadelle-fr.com/sibelius.htm
http://citadelle-fr.com/le_cygne.htm
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Jeu 20 Avr - 13:02

Des entorses comme celle-ci, trés chère MJ, tu peux t'en permettre tant que tu veux.
J'ai parcouru tout ça avec grand intérêt, et ce fut fort instructif.
J'ai notamment apprécié le détail sur la Symphonie n°2, et aussi, je me suis penché sur le Kalevala, jusque là inconnu à mes yeux.
Finalement Sibelius m'a appris pas mal de choses.
J'ai pu également y voir des oeuvres dont je voulais parler plus tard, notamment Le Cygne de Tuonela, Op.22, accompagné d'un charmant poème. Que dire de plus.
Si... Faisons remarquer Le Concerto pour violon en ré mineur, OP.47 qui fut le seul concerto de Sibelius, mais qui est aussi l'un des plus beaux qui soient pour cet instrument. De fait, on le compare aux grands concertos pour violon de Beethoven, Mendelssohn, Brahms ou encore Tchaïkovsky. Personnellement, j'adore le 3ème mouvement.

Bref...popo MJ popo
Revenir en haut Aller en bas
sunny
Soleil du forum
avatar

Nombre de messages : 1305
Age : 2015
Localisation : in the sky
Humeur : en lambeaux ...
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Jeu 20 Avr - 13:20

)Et moi aussi j'en apprends des choses ...
Remarquez, moi ce n'est pas compliqué ... je ne connaissais Sibelius que de nom (je trouvais ça joli, doux ... ça me faisait penser à zibeline ... Embarassed )

Merci à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Jeu 20 Avr - 13:29

Popo Sunny popo
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Ven 21 Avr - 1:17

Nouvelle mise à jour : Donc pour rester fidèle à Mimi Embarassed
du Sibélius Et je suis bien d'accord pour dire que son concerto pour violon est un des plus beaux du répertoire !!
Pour cette raison j'ai mis un extrait de chacun des 3 mouvements ; l'interprétation est excellente Christian Ferras au violon avec Herbert von karajan pour diriger l'opéra philharmonique de Berlin.
Et puis un extrait de cette célèbre Vasle triste !!
Tout ça pour compléter ce qu'on vous a déjà proposé : le Cygne de Tuonela et un petit bout de Karelia suite .

SIBELIUS Valse triste de Kuolema op. 44 ( extrait)

Concerto pour violon et orchestre en ré mineur op.47 Violon Christian Ferras, dir H.V. Karajan

- 1er mouvement Allegro moderato (extrait)

- 2ème mouvement Adagio di molto (extrait)

- 3ème mouvement Allegro ma non tanto (extrait)

Karelia suite op. 11 extrait

Le cygne de Tuonela de Légende op 22 n°3


http://citadelle-fr.com/relais_musical.htm

Bonne écoute
Mj
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Lun 8 Mai - 19:40

J'arrive enfin à me trouver cinq minutes! Oufff! Quel emploi du temps...et c'est pas fini!
Enfin, heureusement que la musique a toujours sa place quelquepart, et pour ça, j'ai pas perdu mon temps.
Nous nous étions donc quittés avec Sibélius. Compositeur finlandais qui me réjouit depuis quelques temps. Oh comme je te comprends MJ, d'apprécier ce compositeur. Je ne pensais pas qu'un compositeur de l'époque moderne arriverait aussi facilement a me séduire, et bien c'est chose faite.
Aussi, je me permet d'en remettre une couche à propos de la "Valse Triste" Op.44 (qui est déjà dans le relais musical).

En 1903, Sibelius composa quelques musiques d'accompagnement pour le drame "Kuomela" (La Mort) écrit par son beau-frère, Armas Järnefelt. La pièce met en scène une mère agonisante qui rêve qu'elle danse, son partenaire symbolisant la mort. La pièce écrite par Sibelius pour cette scène allait devenir la célèbre "Valse Triste", dont on notera le titre français, signe des temps. S'intéressant peu à cette oeuvre, il en céda les droits à son éditeur, perdant ainsi une véritable fortune. Le présent arrangement qui est en ma possession est orchestré avec légèreté pour cordes et bois. La valse commence lentement et de manière hésitante, tandis que la mère se meurt. Puis elle s'élève peu à peu jusqu'à atteindre un climax fièvreux avant de s'achever, de même que le rêve, dans l'épuisement et la mort.

Je reviendrai bien entendu sur Sibelius une autre fois, mais revenons à une époque beaucoup plus ancienne, a savoir, l'ére baroque, avec l'un des ses plus grands représentant, Händel.

On dit que Händel composa sa "Water Music" pour retrouver les bonnes grâces de son ancien employeur, l'Electeur de Hanovre, qui devint George Ier d'Angleterre en 1714. En 1712, Händel avait en effet obtenu un congé pour se rendre en Angleterre, d'où il ne revint jamais...
En fait, l'oeuvre fut présentée pour la première fois en 1717, lors d'une procession royale sur la Tamise, bien aprés que Händel et le roi eurent réglé leur différend.
Je vous propose donc la "Water Music", Suite n°1 en fa majeur, et notamment sa somptueuse "Ouverture", qui est normalement suivie d'un "Adagio" et d'un "Menuet pour cor".

Je ne sais pas...mais, aujourd'hui j'ai envie de vous faire partager du lourd, du costaud, du magique. Alors pourquoi pas!
Quoi de plus doux pour les oreilles que ce splendide 2ème mouvement du "Concerto pour clarinette, K622" de Mozart.
Il n'existe aucune partition manuscrite complète de ce concerto; pourtant, sa simplicité si caractéristique laisse peu de doutes sur sa paternité. Voici un autre exemple de ce que Mozart écrivit pour ses amis, cette fois pour le clarinettiste Anton Stadler, lui aussi franc-maçon. Dans ce mouvement, Mozart exploite le timbre velouté de la clarinette jusqu'aux notes les plus basses.

Et enfin pour conclure mon *intrusion du jour*, je terminerai avec Beethoven. Quand je vous promet du lourd, je ne mâche pas mes mots.

Symphonie n°7, Op.92 - 2ème mouvement. Un pur joyaux!!!
Pour vous situer, les cinéphiles s'y retrouveront, ce deuxième mouvement fut utilisé dans la dernière scène du film "Irréversible", où l'on peut y voir Monica Bellucci dans un parc entrain de lire un livre. La musique apporte une force et une émotion incroyable à cette scène finale.
Composée dans les années 1811-1812, cette symphonie vit le jour à l'apogée de la gloire de Beethoven. Il en dirigea la première en 1813, à l'occasion d'une représentation de charité au profit des soldats autrichiens et bavarois victimes des guerres napoléoniennes. Fuyant le vacarme des bombardements français sur Vienne, Beethoven dut se réfugier dans une cave pour composer en toute quiètude. Du début à la fin, cette oeuvre exhale une énergie palpable.
Contrairement aux autres symphonies de Beethoven, elle rompt avec le legs de ses pères musicaux, Haydn et Mozart. Le rythme est vif, malgré les sonorités lugubres, presque funèbres, de ce deuxième mouvement, annoncé par un unique accord lourd de pressentiments. Puis les cordes basses commencent à marquer la cadence et l'impression de tragédie imminente se renforce, suivie de quelques éclats de lumière, avant que l'implacable malaise ne se réinstalle, jusqu'à la fin du mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Mer 17 Mai - 16:04

Richard Wagner...Pour aujourd'hui je vais me contenter de vous parler que d'une seule oeuvre de ce compositeur, à savoir "Der Ring Des Nibelungen" (L'anneau du Nibelung).
Qui ne connait pas "La Chevauchée des Walkyries"! Thème imposant utilisé dans l'excellent film de Francis Ford Coppola, "Apocalypse Now", lors de l'attaque des hélicoptères. Innoubliable.

Wagner travailla sur "L'anneau du Nibelung" pendant plus de 25 ans. Cet opèra d'une durée de 18 heures contient toutes les idées du compositeur visant à créer une continuité et une unité musicales et dramatiques.
L'anneau se compose de quatre drames musicaux : "Das Rheingold" (L'Or du Rhin), "Die Walküre" (La Walkyrie), "Siegfried" et "Götterdämmerung" (Le Crépuscule des dieux). Inspiré de la mythologie nordique et teutonne, ce conte fait intervenir des dieux, des géants, des héros, des dragons et des nains (les Nibelung).

Das Rheingold constitue le soubassement du drame. Alberich le nain dérobe une pépite d'or aux Filles du Rhin à partir de laquelle il façonne un anneau magique. Par une ruse, Wotan, divinité suprême, parvient à récupérer l'anneau afin de s'acquitter de la construction de sa demeure céleste, le Walhalla, mais une malédiction attachée par Alberich à la bague conduit à la tragédie.
Die Walküre se caractérise par l'entrée en scène de la Walkyrie Brunnhilde, fille préférée de Wotan. Au début de l'acte III, Brunnhilde et ses soeurs parcourent le firmament sur le dos de leurs juments ailées dans la célébre "Chevauchée des Walkyries". La musique évoque la cavalcade aérienne, tandis que le thème, interprété par des cuivres tonitruants, est l'un des leitmotive qui lient les différentes parties de l'Anneau, tel un kaleidoscope orchestral. Par pitié pour Siegmund et Sieglinde, condamnés par Wotan, leur père, Brunnhilde désobéit à celui-ci. Pour la punir, ce dernier la condamne à son tour à sommeiller sur un rocher entouré de flammes dont seul un héros peut la délivrer.
Siegfried, le héros éponyme du troisième volet de la tétralogie, est le fils de Sigmund et de Sieglinde. C'est sur lui que compte Wotan pour sauver le monde de la malédiction de l'anneau. Il ressoude les morceaux de Nothung, l'épée magique ayant appartenu à Siegmund, tout en chantant "Hoho! Hoho! Hohei!". L'orchestre rend de manière saisissante le rougeoiment du métal lorsque Siegfried bat l'enclume avec son marteau en écho aux martèlements des Nibelung et à la voix du nain Mime. Siegfried tue Fafner, le dragon gardien de l'anneau, avec l'épée. Il s'empare de l'anneau et traverse le rideau de feu pour réveiller Brunnhilde.
Dans Göttendämmerung, la malédiction de l'anneau agit contre Siegfried et Brunnhilde par l'entremise du méchant Hagen, fils d'Alberich, qui cherche à s'approprier l'objet. Il tue Siegfried au moment où celui-ci lui tourne le dos. Les acolytes de Hagen, choqués par la traîtrise, portent la dépouille aux accents de la "Marche funèbre", magnifique lamento orchestral.
Pour conclure le drame, Brunnhilde monte sur le bûcher funéraire, mettant fin, par ce sacrifice, à la malediction. Le Rhin sort de son lit, les Filles du Rhin réclament leur anneau, Hagen se noie et le Walhlla, fruit de l'avidité et de la corruption, s'écrase à terre, en proie aux flammes.

Outre cet opéra de Wagner, nous pouvons également retrouver Les Niebelungen dans le film de Fritz Lang de 1924. Film évidemment qui m'avait émerveillé la première fois que je l'ai visionné.

Pour la partie musicale donc, évidemment "La Chevauchée des Walkyries", et surtout ne pas sous-estimer la "Marche funèbre" qui est absolument magnifique.

Voilà, j'espère que je vous ai fait un peu plaisir sur ce coup là, et puis, bonne écoute, qui sait!
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Senseï-Administratrice
Senseï-Administratrice
avatar

Nombre de messages : 5083
Age : 40
Localisation : sur le wired
Humeur : CHIEUSE...
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Mar 23 Mai - 21:55

Pour les passionnés d'opéra, ce soir, il y a Simon Boccanegra, de Verdi, en direct de l'Opéra bastille, sur Arte

_________________
Choose Life!
Tuplette.I love Wall.E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/Cho-sanNieA/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Mer 24 Mai - 0:31

Tellement habitué à ne plus voir de message ici, ben, je l'ai vu trop tard celui-là enervé
Dommage, j'aurais pu le voir pour une fois, en plus je ne connais pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Dim 18 Juin - 14:26

Coucou! Me revoilou!
Voilà, mon année musicale touche à sa fin et je suis bien content quand même. Un peu de vacances ne feront pas de mal. Même si il faut continuer à travailler un peu, mais c'est un peu plus relax.
Histoire de faire causette, sachez que mon audition de fin d'année s'est passée impeccablement bien, malgré le stress qui m'envahit dans ces moments que je redoutent plus que tout. Il y avait un monde...c'était terrible!
Enfin, j'ai pu me décontracter un peu en exécutant un quatre mains jazzy avec ma fille qui a fait forte impression sur le public, pour enchaîner avec mon menuet d'Händel, seul face à la foule attendant la moindre fausse note. Que nenni! J'étais à fond dans mon sujet, malgré une petite hésitation dans la troisième mesure avec un "trompage" de doigté. Mais pas de panique, ni blocage (effort surhumain de ma part), j'ai récupérer le clavier avec brio m'imposant comme le patron.
Une bonne chose de faites!

Alors pour vous faire partager mon émotion, je vous présente donc ce trés joli menuet d'Händel qui est tiré du "Concerto Grosso en Fa, Op.3, n°4"
Le "grand concerto" est l'un des genres musicaux les plus prisée de la période baroque. Contrairement au concerto de la période romantique, qui oppose un soliste à l'orchestre, le "concerto grosso" associe un petit ensemble de cordes ou, plus rarement, de bois (comme ici) à un groupe instrumental plus important. Forcément, mon interprétation au piano seul, à beaucoup moins d'impact qu'avec un ensemble, mais le charme persiste tout de même.
Händel composa deux séries de "concerti grossi", le premier étant l'opus 3, publiè en 1734 mais probablement composé dix ans plus tôt. Le premier mouvement s'ouvre et se termine par un thème majestueux entrecoupé d'un passage intermèdiaire plein d'allant. Dans les deuxième et troisième mouvements, l'on assiste à de vifs échanges entre bois et cordes. Le concerto se conclut par ce gracieux menuet, que j'ai eu l'immense joie d'interpréter.

Je sais que le topic classique n'est pas trés fréquenté, mais recevez néanmoins pleins de popos de ma part. Je voudrais rajouter que je suis ravi du retour de Meryt parmi nous. Alors Meryt "si tu nous regardes"! (célèbre phrase culte n'est-ce pas!).
Les vacances approchent, alors j'en profite pour vous souhaiter de bonnes vacances d'été et... amusez vous bien.
Pour ma part, je reviendrai bientôt pour vous parler du sieur Franz Liszt.
Revenir en haut Aller en bas
sunny
Soleil du forum
avatar

Nombre de messages : 1305
Age : 2015
Localisation : in the sky
Humeur : en lambeaux ...
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Dim 18 Juin - 15:20

Félicitations Michel !!!
Champagne pour cette audition réussie ... tchin-tchin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meryt
Dieu-Serpent
avatar

Nombre de messages : 1356
Localisation : Dans le naos du temple sur son coussin
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Dim 18 Juin - 21:34

Oh mon Mimi ! mais voui que je suis là et je te reçois 5/5 lovedevil

Mais... mais c'est du piano que tu joues, monstre ! Razz Et je le savais même pas Confused *et moi qui dit toujours tout le mal que je peux du piano ! j'ai encore l'air fin*
Promis, j'en dirai plus de mal (je me contenterai d'en penser) Razz Mr. Green

Pour le concerto de Haendel, je vois pas ce que c'est. Tu pourrais pas nous en mettre un extrait ? parce que si ça se trouve, je le connais, mais j'ai pas retenu son nom. Tu sais, faut pas m'en demander trop.

Encore toutes mes félicitations pour ton audition. Je sais que c'est très stressant à la fois pour celui qui la passe et pour les siens qui transpirent à grosses gouttes pendant ce temps. Mr. Green

Liszt vraiment ? bon. Si tu y tiens... Confused (on peut toujours le respecter en tant que beau-père de Wagner !) *soupir* Euh, Sun, je reprendrais bien un peu de champ ! drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   Dim 18 Juin - 22:03

Merci Sunny pour tes félicitations, elles me vont droit au coeur. Par contre, pas de champ pour moi.

Et oui Meryt, c'est du piano que je joue! Mais tu as tout à fait le droit de ne pas apprécier cet instrument, je ne t'en voudrais pas pour ça. D'ailleurs, est-ce que je t'en veux, hein? Bon...

Pour un extrait du Menuet ou du concerto dont il est tiré, faut voir ça avec MJ, mais je ne la vois plus traîner dans le coin, alors, gros point d'interrogation.
Merci également pour tes félicitations, et comme tu as raison de préciser qu'il n'y avait pas que moi qui avait le stress, car je l'ai transmis à mes proches effectivement.
Pour Liszt...heu oui...c'est un pianiste désolé...mais quel pianiste!!! (M'est avis que tu as une préférence pour Wagner! Ben pas moi!)
lapinou
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Classique...Passionnément   

Revenir en haut Aller en bas
 
Classique...Passionnément
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Passionnément photo
» QUAND LE PASSE RESURGIT ^
» Lio et Noubia : Passionnément 80 (02/09/2007)
» HDR, un peu, beaucoup, passionnément...
» Bérénice Bejo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Citadelle :: Archives :: Images et Sons-
Sauter vers: