un forum sur tout et rien, pour enfin croiser nos sujets et nos points de vue
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GalerieGalerie  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mélancolie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Mélancolie   Mer 14 Déc - 23:16

Je ne crois pas que nous ayons parlé d’une exposition qui se tient à Paris au Grand Palais , jusqu’au 16 janvier ?
Mélancolie . Génie et folie en Occident .
La richesse de l’exposition déjà mérite la visite Mais elle présente l’avantage supplémentaire d’être soignée au niveau de l’organisation qui réussit la synthèse d’une démarche chronologique et multidisciplinaire (la mélancolie d’un point de vue médical , psychologique ou artistique).
Le Thème est séduisant ? par l’aveu de sa séduction on se trouve en parfait accord avec l’idée qui sous-tend l’exposition selon laquelle l’Occident ,et sa culture, est mélancolique.
Je ne sais pas si vous serez d’accord avec cette généralité. Rome ne me paraît pas particulièrement mélancolique (d’ailleurs peut représentée) Faut-il renier son influence ?
Par ailleurs ne pourrait-on pas apprécier des œuvres mélancoliques sans l’être soi-même ?

Présentation de l’exposition :

Mélancolie.
Génie et folie en Occident
13 octobre 2005 - 16 janvier 2006
Aucune disposition d'âme n'a occupé l'Occident aussi longtemps que la mélancolie. Le sujet touche au cœur des problèmes auxquels l'homme est aujourd'hui sensible : de l'histoire à la philosophie, de la médecine à la psychiatrie, de la religion à la théologie, de la littérature à l'art. La mélancolie, par tradition cause de souffrance et de folie, est aussi le tempérament des hommes marqués par la grandeur, les héros et les génies.
Sa désignation comme "maladie sacrée" implique une dualité. Mystérieuse, la mélancolie l'est toujours, bien qu'elle soit soumise aujourd'hui, sous son appellation de "dépression", à un paradigme médico-scientifique. L'iconographie de la mélancolie est d'une infinie richesse et il n'est donc pas étonnant que ce soit l'histoire de l'art qui ait su la première étudier l'histoire culturelle du malaise saturnien.
L'exposition se propose d'introduire le public à cette richesse encore mal connue, en montrant, avec plus de 200 œuvres, la permanence et les variations de cette humeur sacrée, depuis l'antiquité jusqu'à nos jours, de Durer à Picasso, en passant par La Tour, Friedrich, Füssli, Goya, Delacroix, Rodin, Munch, De Chirico...

(Exposition organisée par la Réunion des musées nationaux et les musées de Berlin.)
voilà !!
J'aimerais bien connaitre votre opinion sur cette maladie de l'âme qui produit des merveilles !

Mj
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Senseï-Administratrice
Senseï-Administratrice
avatar

Nombre de messages : 5083
Age : 39
Localisation : sur le wired
Humeur : CHIEUSE...
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: Mélancolie   Mer 14 Déc - 23:45

Bon, j'ai pas vu l'expo, donc, jemanque peut-être de données développées dedans, masi comme je te l'ai déjà dit, Mj...

Pour moi, mélancolie et dépression sont deux choses distinctes.

La dépression est une maladie psychologique, aux multiples causes, sans doute, et ce n'est pas un simple état. C'est une souffrance réelle... je trouve que les oeuvres de dépressifs (et elles sont rares) rendent bien compte de cette souffrance, et le peu que j'ai croisée font assez mal...

La mélancolie est plutôt pour moi un état de l'âme, si on veut, de l'esprit, mais autant entretenu que subi... je sais, j'ai été énormément marqué par la vision qu'avaient certains romantiques, sans doute, ce qui fait que j'ai plus l'impression que la mélancolie est un état dans lequel on se complait... c'est créatif.

Ceci dit, je ne trouve pas que l'Occident soit si mélancolique. bon, d'accord, ça fait partie des 4 humeurs de la médecine classique. m'enfin, la Chapelle Sixtine , la Renaissance Italienne, j'vois pas ou est le mélancolique là-dedans.... gêne

*vais p'têt vraiment aller la voir, cette expo!*

_________________
Choose Life!
Tuplette.I love Wall.E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/Cho-sanNieA/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mélancolie   Jeu 15 Déc - 17:58

Déjà un point sur lequel on pourrait être d'accord !
La mélancolie propre et spécifique à l'occident, je n'y crois pas trop .
Tu as cité la renaisssance italienne , de mon coté j'avais cité Rome ! Effectivement je n'y lisais pas la mélancolie comme dominante ; ce qui ne signifie pas qu' elle soit absente de toute leur inspiration artistique ou philosophique !!

Mais je pense que le premier point à définir est notre perception de la mélancolie , ce qui n'est pas simple !!!

Tu distingues les deux états il me semble comme étant d'origine différente . Je vois plutot en ce qui me concerne une différence dans la permanence . Un même mal , les mêmes symptomes , une même souffrance .
La mélancolie affecterait un individu de manière constante pour en modeler la personnalité et je dirais façonner son tempérament.

La depression pour des causes diverses, modifierait temporairement , le psychisme d'un individu.

La gamme d'intensité est pour moi la même avec pour point culminant ces intentions suicidaires qu'on retrouve chez les victmes des deux etats au summum de leurs souffrances , mais le mélancolique , plus familier aves les manifestations de son mal est sans doute mieux armé pour vivre avec et supporter une existence où le bonheur est inaccessible .
Je vois dans cette lutte perpétuelle entre désir de mort ou de renoncement et instinct de survie, ces élans sublimes qui les poussent à accomplir de grandes choses puisque tant d'artistes sont de cette humeur mélancolique !!

Quant à qualifier un mouvement de mélancolique comme on le fait pour le romantisme , je crois qu'il suffit que quelques maitres aient donné le ton pour influencer leurs contemporains !

Mais il y a l'autre aspect qui correspond à ce penchant que je trouve général, en faveur de ce que produit la mélancolie.
Honnêtement je suis de ceux là . Mais est-ce une tendance vraiment générale ? Et pourquoi , si nous ne sommes pas nous mêmes mélancoliques ?
Mj
Revenir en haut Aller en bas
Loeayn
Oracle assistant-chef de la Pythie
Oracle assistant-chef de la Pythie
avatar

Nombre de messages : 1742
Age : 31
Localisation : Ailleurs.
Humeur : Ironique
Date d'inscription : 24/11/2004

MessageSujet: Re: Mélancolie   Jeu 15 Déc - 20:28

C'est pas Freud qui dissociait deuil et mélancolie? Je crois que pour lui, le deuil est un travail d'acceptation de la perte de ce qu'on ne peut pas/plus avoir et la mélancolie une pathologie de complaisance dans le "j'ai pas, snif."

Bref, sinon, le débat est intéressant, et j'ai peu de temps. Alors, hop...
je le remets à plus tard, le post géant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mélancolie   Jeu 15 Déc - 21:34

Loeayn a écrit:
C'est pas Freud qui dissociait deuil et mélancolie? Je crois que pour lui, le deuil est un travail d'acceptation de la perte de ce qu'on ne peut pas/plus avoir et la mélancolie une pathologie de complaisance dans le "j'ai pas, snif."

Je ne sais pas dans quel contexte ce situe l'opinion de Freud mais je crois comprendre l'opposition des deux termes . Il est certain que par le deuil on cesse de se révolter contre un fait inéluctable; on enferme sa peine dans un passé comme dans un univers fermé pour nous permettre de tourner la page et de regarder vers l'avenir.
Cette attitude peut nous paraitre raisonnable et empreinte de la plus grande sagessse ., je ne dis pas le contraire .
Mais encore faut-il être apte à le faire !!

Et c'est cette aptitude qui fait défaut au mélancolique , ou même admettons-le , qui peut nous faire défaut quand la peine est trop grande .

Et ce manque d'aptitude chez le mélancolique s'applique à toutes circonstances puisque c'est le bien -fondé même de l'existence qu'il met en doute .

La pathologie complaisante me semble ignorer les tourments réels du mélancolique et je crois que je pourrais la comparer aux reproches qu'on pourrait faire à quelqu'un qui n'a pas la foi .

Voilà: je me pose en défenseur de la mélancolie !! mais discutons-en si vous le voulez bien !!! flower
Mj
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Senseï-Administratrice
Senseï-Administratrice
avatar

Nombre de messages : 5083
Age : 39
Localisation : sur le wired
Humeur : CHIEUSE...
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: Mélancolie   Ven 16 Déc - 0:21

Alors, j'avais fait un super beau post... pis une mauvaise manip, et pfiou, plus rien! Et comme j'ai la flemme de recommencer...

Bref, tout ça pour dire que j'as été me rensigner un ch'ti... déjà, en cherchant les définitions dans le dico.

Alors, le dico de mon ordi me dit:
Mélancolie: Disposition triste et rêveuse

le Petit Larousse, lui, me sort:
Etat de dépression, de tristesse vague, de dégout de la vie. Caractère de ce qui inspire cet état (ex: La mélancolie d'un paysage d'automne... la vache, si l'automne ça fait ça, qu'est-ce que ça doit être un paysage d'hiver!!!)
Et le dico en rajoute, avec la définition psychatrique: Dépression intense caractérisé par un ralentissement psychomoteur, une tristesse avec douleur morale et idée de suicide, constituant l'une des phases de la psychose maniaco-dépressive... (Pas faire de mauvais esprit, mais ça m'apparait pas très créatif, comme état...)

Bref, étymologiquement, la mélancolie... malenconia, en italien du latin melancholia, est à la base en médecine ancienne, suivant la théorie des humeurs, un excès de bile noire (secrété par la rate... en anglais Spleen, tiens ça me rapelle quelque chose). Bon, maintenat, on sait que la bile est secrété par le foie. On attribuait à cet excès des états de tristesse ou de colère excessive (pas éloigné de la psychose maniaco-dépressive de la psychatrie moderne....)

Bref, médecine ou esthétique, on en ressort un peu avec une impression de mot fourre-tout, qui sert à expliquer une état de tristesse et d'ennui qui perdure. Il existe d'ailleurs deux types de mélancolie: la mélancolie noire... qui serait en fait une dépression, et la douce mélancolie, plus saine, qui est cette recherche d'un beau idéal teintée de tristesse face au monde.

Et puis, il ya dirions nous l'acceptation commune... qui correspond plutôt elle à la première définition que j'ai mis...

je vous met un article assez complet, dessus, je reviendrais quand je l'aurais bien lu...
http://www.ditl.info/arttest/art2878.php

_________________
Choose Life!
Tuplette.I love Wall.E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/Cho-sanNieA/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mélancolie   Sam 17 Déc - 2:42

Excellent ce lien !! je n'ai pas tout lu mais je le conserve !
Bon je pense qu'on a fait le tour sur la nature de cette mélancolie ,; on est bien d'accord les contours en restent assez flous , il y a le permanent et le psychosomatique et chaque époque pour l'avoir reconnue , a proposé des attitude différentes à son égard .

Mais il est aussi un fait que nombre d'oeuvres d'art s'en inspire ou en font l'objet essentiel de leur réalisation. Or si ces oeuvres ont acquis leur immortalité c'est qu'elles sont appréciées .
Est-ce que ça ne témoigne pas d'un penchant général en faveur de cet état qui somme toute relève d'une perversion pathologique .

N'y a -t-il pas en chacun de nous un mélancolique qui sommeille ?
Mj euh?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mélancolie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mélancolie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Citadelle :: Archives :: Ecrits et pensées-
Sauter vers: