un forum sur tout et rien, pour enfin croiser nos sujets et nos points de vue
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GalerieGalerie  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Textes et petits poèmes sans prétention.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Pandora
Vampiro-Jedi
Vampiro-Jedi
avatar

Nombre de messages : 3225
Age : 35
Localisation : Dans la pièce au sommet de la Tour Sombre
Humeur : Attend l'Illumination
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Jeu 3 Nov - 11:09

C'est toujours aussi joli Sunny Pando *pleins de popo de merci de nous mettre tes poèmes*

_________________
*Quintuplette*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/profile/PandoraBlack
sunny
Soleil du forum
avatar

Nombre de messages : 1305
Age : 2015
Localisation : in the sky
Humeur : en lambeaux ...
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Jeu 3 Nov - 21:48

Pour celles et ceux qui ont envie de se plonger dans Alfred de Vigny, vous trouverez sous ce lien non seulement Eloa, La Soeur des Anges, mais également Moïse, un autre grand poème de cet auteur. Bonne lecture !
http://abu.cnam.fr/cgi-bin/donner_html?vignypoesie1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sunny
Soleil du forum
avatar

Nombre de messages : 1305
Age : 2015
Localisation : in the sky
Humeur : en lambeaux ...
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Mer 23 Nov - 20:47

Pas de poème et un peu plus long ...
Si vous le voulez bien, je vous emmène à la rencontre de Heylel et Yeshua ...


L'un e(s)t l'autre


Dans l’antichambre de l’enfer, Lilith la ravissante démone était fort occupée à passer une couche de vernis carmin sur les ongles de ses pieds. Elle regarda l’immense sablier qui se trouvait dans un coin de la pièce avec ennui. Il lui fallait absolument commencer à travailler ; les humains qui se pressaient devant l’impressionnant portail noir en fer forgé, étaient toujours les esclaves des horaires, ils ne savaient pas encore que l’éternité se riait du temps. Elle s’approcha de la grille et fit signe d’ouvrir aux deux diables qui la gardaient. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Le chemin menant à l’enfer était pris d’assaut par une armée de mauvais, que Pierre avait du se faire un plaisir de refuser là-haut. Elle eut un rire bref. Ce pauvre Pierre était vraiment fou à lier, il s’occupait de tout lui-même, examinait le cas de chaque mort. C’est tout juste s’il acceptait des anges assistants. Ridicule ! C’est comme si Astaroth ou Rhadamanthe eux-mêmes accomplissaient les formalités d’admission ici. A dire vrai, Lilith n’était pas surchargée de travail. Les refoulés du paradis arrivaient avec un dossier déjà complété et elle n’avait plus qu’à y apposer le sceau infernal avant de les remettre aux différents démons en charge des arrivants.

Elle retourna s’asseoir derrière son imposant bureau et la longue file d’attente se mit en branle. Certains avançaient en traînant les pieds, d’autres essayaient d’afficher un air goguenard. Elle souriait à chacun avant de tamponner son dossier. Elle savait que ce seul sourire inquiétait bien plus les futurs damnés que si elle les avait menacés.
L’un d’eux se plaignit d’une voix geignarde, que certains traînaient en chemin, se laissant dépasser par tout le monde ou faisaient semblant d’être épuisés et de ne plus pouvoir avancer. Elle lui répondit que cela n’avait aucune importance et il exigea de parler à son supérieur. Cela la fit rire franchement et sans lui répondre, elle le remit au démon qui l’attendait. Cela l’amusait toujours beaucoup de voir comment les humains se représentaient l’enfer. Certains essayaient simplement de nier son existence, mais la plupart croyaient encore dur comme fer au diable cornu, aux pieds fourchus, à la longue queue et aux traits repoussants. Elle s’imagina leur tête quand ils rencontreraient Heylel* pour la première fois.

Petit à petits les groupes se mirent en route derrière leur démon responsable. Certains prenaient d’immenses ascenseurs, d’autres descendaient par des couloirs plutôt sombres vers leurs nouveaux appartements. A part la chaleur, étouffante, et l’absence de voûte céleste, tout ressemblait beaucoup à ce qu’ils connaissaient sur terre. On montra à chacun sa chambre : petite, confortable et … noire, dans ses moindres détails. Puis on les rassembla dans un amphithéâtre immense en pierre basaltique. Quand l’impressionnant Mephisto fit son entrée, un silence pesant se propagea dans les rangs. Mephisto adorait jouer les personnages démoniaques : beauté perverse et sombre, yeux de braise, sourire ironique voire franchement sardonique, stature imposante, drapée dans une cape, il ne manquait jamais de faire son petit effet sur les humains. Sans attendre, il salua les nouveaux arrivants et leur expliqua leur future vie. Comme sur terre, ils auraient tous une occupation quotidienne, qui leur permettrait de subsister, car en enfer rien n’est gratuit. En dehors des heures de travail, chacun pouvait se distraire à sa manière. Interdits, les nouveaux damnés s’entre-regardèrent … ainsi il y avait donc des distractions en enfer ? Comme s’il n’avait rien remarqué, Mephisto enchaîna avec le brio d’un publicitaire : « Nulle part ailleurs, on ne vous proposera, ce que nous avons ici. L’enfer est un casino géant, un invraisemblable lupanar, une arène, un bûcher des vanités, une orgie romaine, un gigantesque champ de bataille … profitez en ! Dans une petite éternité, les meilleurs d’entre vous, pourront commencer leur formation de démons. Sur ce je vous salue. » Ignorant les visages perplexes, comme les questions qui fusaient, Mephisto s’enveloppa dans sa cape de jais et quitta la scène. Les mêmes démons que précédemment, rassemblèrent leurs groupes et les reconduisirent sans un mot à leurs chambres respectives, silencieuses comme des cellules, noires comme les ténèbres, chaudes comme un âtre.

**********


Très loin de là, dans un luxuriant jardin, débordant de fleurs, un homme incroyablement beau s’étirait voluptueusement au soleil. « Il fait si bon ici, tu devrais vraiment m’inviter plus souvent » dit-il en se tournant vers un second personnage, qui lui, paressait à l’ombre. Une voix étrangement semblable lui répondit : « Tu sais bien que si cela ne tenait qu’à moi … mais pour ménager la susceptibilité des archanges, j’attends toujours qu’ils soient absents. Michel est en vacances sur son Mont bien aimé. J’ai envoyé Gabriel comme messager près du pape, ce qui laisse présager une absence prolongée, vu les ergotages habituels et Raphaël s’applique à trouver une autre cachette pour les derniers rouleaux de Qumran, qui ont encore échappé aux archéologues … va comprendre pourquoi ! Nous sommes donc tranquilles pour quelques jours. » Heylel éclata de rire : « Tu sais Yeshua*, j’ai toujours l’impression que nous nous sommes fait avoir dans cette histoire de ciel et d’enfer, même si la plupart du temps, cela nous arrange bien. » Yeshua sourit. Il aimait ces moments volés, où il retrouvait son jumeau comme au tout début de l’univers. Parfois il songeait, qu’il aurait du s’arrêter de créer, juste avant de fabriquer le premier homme… et surtout avant les anges. Quel besoin avait-il de légions célestes et d’humains qui ne causent que des problèmes ? Lucifer et lui vivaient dans un Eden, s’entendaient comme larrons en foire et profitaient de leur éternité. D’où leur était venu soudain à l’un cette pointe d’ambition qui l’a poussé à créer un monde et à l’autre ce zeste d’ennui, qui l’a poussé à se singulariser ? Yeshua secoua sa longue crinière lumineuse, comme pour chasser les pensées importunes, plongea la main dans la cascade fraîche à ses côtés et envoya des milliers de gouttelettes irisées vers Heylel. Celui-ci se leva d’un bond et entraîna son frère d’un seul élan dans l’onde transparente. Deux grands enfants joueurs et rieurs, dans un jardin paradisiaque … voilà donc à quoi ressemblait l’aube des temps ? Quand ils se séchèrent plus tard au soleil, Yeshua dit incidemment : « Sais tu que Loiseau vient d’arriver au paradis ? Nous aurons un excellent dîner ce soir ». « Mais tu me prends tous les meilleurs » rétorqua Heylel mi-figue, mi-raisin. » Tu as déjà le meilleur boulanger et te voilà avec un cuisinier d’élite. Tiens, d’ailleurs j’ai une arrivée à te signaler aussi : Staline vient enfin d’arriver en enfer. Imagine que ce moujik a réussi à traîner en route depuis près de cinquante ans. Follement courageux le petit père des peuples … Je me demande quel job on va lui confier. Enfin, je ne suis pas là pour parler boutique avec toi. Profitons des vacances. Et, magnifique dans sa nudité parfaite, ses longs cheveux d’ébène pour seul ornement, Lucifer entreprit de servir deux verres de champagne.

Tout près de l’entrée du paradis, dans un immense cumulus blanc de cinquante étages, les anges s’activaient. Les bureaux immaculés bourdonnaient d’une vie intense. Comme toujours, c’est à l’étage des anges gardiens qu’il y avait le plus à faire. Il était grand temps que la nouvelle promotion vienne en renfort. La terre devenait un endroit de plus en plus dangereux.
Au rez-de-chaussée, grognon comme presque toujours, Pierre houspillait les anges secrétaires qui travaillaient avec lui. Celles-ci s’éclipsaient en riant, dès qu’elles pouvaient trouver une occasion. Le café Eden Roc, dans le nuage voisin, était un de leurs endroits favoris. Les anges portiers, et les chérubins le fréquentaient assidûment, autant pour y boire le traditionnel nuage de lait givré avec une goutte de café, que pour y bavarder de tout et de rien. Ce jour là, un seul sujet de conversation : l’arrivée de Heylel. Les angelottes du Lyceum Coeli voulaient créer un fan club et même des anges-guerrières confirmées, qui faisaient partie des corps des Trônes et des Dominations, se sentaient une âme de midinette. Si le secret du séjour du Prince des Ténèbres était éventé, le Paradis était pris d’une fébrilité inhabituelle. Les vieux saints devenaient bougons – sauf Augustin, dont les yeux prenaient un air rêveur et Marie Madeleine qui souriait pleine d’indulgence -, les bienheureuses se pomponnaient, les légions célestes étaient soumises à une discipline toute militaire par leurs chefs, et les chœurs des séraphins chantaient à pleins poumons. Mais par-dessus tout, on entendait dans les strates, un bruit assez inhabituel : les éclats de rire d’un dieu et d’un démon.

**********


Faisant les cents pas, dans son bureau digne d’un ministre, Asmodée ne décolérait pas. Il avait essayé de joindre Heylel et malgré des recherches approfondies, celui-ci était demeuré introuvable. Il avait intrigué pendant une éternité pour arriver à introduire cette traînée de Messaline dans l’intimité du Prince des Enfers et voila que cette incapable ne s’était même pas rendue compte que Heylel avait filé. Au terme d’une enquête rapide, il s’est avéré que l’adorable petite Lilith qui dirigeait le bureau des admissions était la dernière à avoir aperçu le boss. Le passage de Heylel avait provoqué l’habituel remue-ménage : toutes les femmes présentes étaient devenues immédiatement des groupies hystériques et les hommes, langues pendantes, avaient compris d’un seul coup d’oeil que leur idéal serait à jamais inatteignable … mais aucun des damnés n’avait saisi qu’il venait de voir Satan en personne. Celui-ci, sourire aux lèvres et aura charismatique en bandoulière avait passé les grilles de l’enfer en chantonnant.
Asmodée savait bien où s’était rendu Heylel et il désapprouvait ce voyage au plus haut point. Mais en bon diable, il voyait aussi le côté avantageux des choses. L’absence du chef suprême lui permettait d’intriguer à loisir, de grappiller des miettes de pouvoir à droite et à gauche, de jouer au patron, mêmes si les autres « grands » tels Belzébuth, n’avaient aucunement l’intention de le laisser faire. Mais cette fois ci, il avait un léger avantage pensait-il, aucun à part lui, ne savait encore que Heylel avait pris la clef des champs … ou plutôt du jardin d’Eden. Il décida aussitôt de prendre un peu d’avance et envoya un petit groupe de démons d’élite fomenter une guerre sur terre. Cela ne semblait pas trop difficile : il y avait déjà de nombreux « points chauds » sur la planète et en chatouillant un peu l’ego de l’un, en titillant la volonté de puissance d’un autre, on devrait arriver assez rapidement à un joli conflit mondial. Et une guerre c’était autrement rentable pour l’enfer que d’attendre que les méchants arrivent au compte-gouttes. Il fallait absolument qu’il réussisse ce projet, ce qui ne manquerait pas de conforter sa position … Asmodée rêvait … il aurait tant aimé être calife à la place du calife.

Ce qu’Asmodée ignorait, c’est qu’en partant, Heylel avait intimé à Lilith l’ordre de distiller la nouvelle de son départ à dose homéopathique, mais en veillant à ce que tous les barons infernaux soient au courant. Trop heureuse d’être distinguée pour cette mission diplomatique, Lilith s’en était acquittée avec brio. Tout comme Asmodée, Belzébuth avait décidé de provoquer une arrivée massive de damnés en enfer et une catastrophe naturelle lui semblait un bon moyen d’y arriver. Il envoya quelques escouades de choc dans tous les endroits de la terre où l’équilibre naturel était déjà gravement compromis. Ce serait vraiment un miracle si ses envoyés ne parvenaient pas à réveiller toutes les cupidités et stupidités des dirigeants concernés. Et pour faire bonne mesure, il décida de faire activer par ses troupes les volcans dormant sous les glaces des pôles. Dans quelques semaines à peine, la plupart des terres habitées seraient immergées et alors … à l’instar d’Asmodée, Belzébuth ne cachait pas qu’il se verrait bien à la tête d’un enfer surpeuplé, à la place de Heylel … Et il n’était pas le seul. Les ténèbres bruissaient d’intrigues, de méchanceté et d’idées farfelues.

**********



(la suite dans le post suivant ... Citadelle ne m'autaurisant pas à tout mettre en une seule fois ....)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sunny
Soleil du forum
avatar

Nombre de messages : 1305
Age : 2015
Localisation : in the sky
Humeur : en lambeaux ...
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Mer 23 Nov - 20:50

L'un e(s)t l'autre
(suite et fin)

Dans le coin le plus reculé, mais aussi le plus beau de l’Eden, Yeshua s’était créé son petit paradis personnel. Il s’y retirait le septième jour de la semaine, en se félicitant à chaque fois d’avoir eu la bonne idée de terminer sa création par une journée de repos. Et il y venait aussi en Août, depuis qu’il avait découvert que les humains avaient inventé une chose merveilleuse, qu’ils appelaient vacances d’été. En fait, c’est lors de l’une des dernières visites de Heylel, que les deux frères, au cours d’une petite séance d’observation par les lucarnes du ciel (regarder à loisir et en cachette la fourmilière humaine les amusait toujours énormément tous les deux), avaient remarqué que les hommes se déplaçaient beaucoup à cette période de l’année. Ils avaient alors eu l’idée d’une escapade secrète sur terre pour voir par eux-mêmes de quoi il retournait. Ils en étaient revenus ravis et plus complices que jamais. En quelques jours ils avaient essayé le surf à Hawaï, dégusté des homards fraîchement pêchés à Martha’s Wineyard, assisté au coucher de soleil dans la foule baba cool d’Ibiza, visité les Pyramides de Gizeh, plongé dans les eaux cristallines des Maldives et flâné dans les ruelles de Montmartre. Depuis lors, Yeshua avait décrété être indisponible en Août et avait interdit qu’on le dérangeât dans son jardin secret. Heylel n’avait pas besoin de ce genre d’interdiction. Il était plus que rare que quiconque en enfer ose pénétrer dans son antre, sans y avoir été expressément invité.

C’est dans ce jardin secret que les deux frères passaient leur temps, à discuter, se baigner, se reposer, bref à profiter l’un de l’autre. Une nuit, alors qu’ils admiraient tous les deux les myriades d’étoiles qui étincelaient comme des diamants piqués dans le velours noir de l’univers, ils sentirent une présence derrière eux. Yeshua se tourna interrogatif, alors que Heylel était déjà prêt à malmener l’intrus. Pourtant en la voyant, les deux ne purent s’empêcher de sourire. Celle qui avait osé braver l’interdit, c’était Elle, l’ange préférée de Yeshua, celle qui inlassablement avait essayé de faire l’intermédiaire entre le ciel et l’enfer, après le grand bouleversement. Celle qui finalement, compatissant avec les humains, qui faisaient les frais de cette rupture avait décidé, d’emmener avec elle tous les anges de bonne volonté pour que chaque habitant de la terre ait un ange gardien. Elle les regarda tous deux gravement et leur dit simplement : « Si vous ne faites rien, la terre va disparaître. Une série de catastrophes naturelles est en train de la submerger et comme si cela ne suffisait pas, des guerres viennent d’éclater un peu partout. Cela dépasse mes compétences. » Yeshua secoua tristement la tête, s’il intervenait, cela signifierait à tout jamais la fin du libre arbitre des hommes. Heylel, lui, avait compris, il avait sa tête des mauvais jours quand il embrassa son jumeau, avant de plonger vers son royaume. Déjà loin, il cria : « Active la ligne rouge. Tu auras de mes nouvelles ! »

**********


Quand Heylel arriva près des majestueuses grilles de l’enfer, celles-ci se mirent à fondre. La chaleur devenait intolérable. Lui seul, terrible et majestueux dans sa colère semblait ne rien remarquer. La longue file des humains s’était égaillée en tous sens à son approche et Lilith elle-même se fit toute petite, derrière son immense bureau. Sans s’arrêter et sans un mot, le maître des enfers se rendit dans la Salle du Trône. Il y fut rejoint presque instantanément par Rhadamanthe. Ce dernier était une curiosité en enfer. Il n’avait rien de commun avec les autres diables. Il n’était pas mauvais … il n’était pas bon non plus. Il avait simplement choisi de vivre dans les profondeurs infernales, car c’est là qu’il se sentait chez lui. Aucun autre ne pouvait se flatter d’avoir autant que lui la confiance de Heylel (si tant est que Heylel sache encore ce qu’est la confiance). En tout cas, il l’avait établi Juge des Enfers et c’est lui qui décidait du devenir de tous les damnés importants que lui envoyait Lilith. Et Rhadamanthe s’adonnait à son travail, sans état d’âme aucun, mais également avec la plus grande neutralité. Il savait reconnaître la valeur d’une âme, comme s’il l’avait pesée. Satan lui demanda de réunir immédiatement les grands démons et, efficace comme toujours, Rhadamanthe les rassembla, râleurs et inquiets, en un temps record. L’atmosphère dans la Salle du Trône était à couper au couteau.

Chacun s’attendait à une colère monstrueuse, qui ferait trembler l’enfer sur ses fondations, ou pire une de ces rages froides, au cours desquelles, Satan donnait la pleine mesure de sa puissance. Pourtant ce fut un Heylel souriant qui entra dans la salle et s’assit sur le trône. Il les regarda un à un, s’attardant sur les visages, fouillant les regards. Mais la lueur amusée dans ses yeux ne les rassurait pas du tout et son silence ne laissait rien présager de bon. Quand il parla enfin, sa voix était douce, presque gaie : « Je vous félicite mes amis, vous vous êtes montrés parfaitement dignes de votre mission, en mon absence. Si vous avez d’autres bonnes idées de ce genre, ne vous gênez pas. J’ai vu que nous aurons bientôt une foule de nouveaux arrivants. Je compte sur vous, pour gérer cet afflux au mieux. » Il les congédia sur ces quelques mots et ils se retirèrent mal à l’aise, décidant de se faire oublier pour quelques temps en attendant de voir clairement quelles étaient les intentions du Maître. Heylel se rendit dans son bureau, s’installa confortablement dans son fauteuil de cuir noir, peaufina en souriant son plan, puis tendit la main vers le téléphone.

**********


Du haut de son nuage rose préféré, Yeshua regardait tristement le monde. Depuis sa création, il n’avait cessé d’être une source de tracas et de travail. Et voila qu’une fois de plus tout allait mal. Oubliant sa légendaire bonne humeur et faisant fi de sa bonté naturelle, Yeshua claqua la porte de son bureau et s’enferma à double tour. Dans le tourbillon de ses sentiments furieux, il se revit aux origines faisant un avec son jumeau Heylel. Et puis, on ne sait d’où, étaient apparues des pensées et ils avaient découvert qu’en les laissant s’agiter, puis mûrir ces pensées prenaient forme et se matérialisaient. Ils y avaient pris un plaisir énorme et c’est ainsi que l’univers prit peu à peu forme. C’était un jeu passionnant et d’autant plus amusant, qu’ils constataient à chaque fois que leurs pensées étaient en fait uniques ou complémentaires. Quand Yeshua a ainsi laissé grandir en lui la pensée de l’eau, sachant déjà qu’elle serait plurielle, mais imaginant d’abord les océans avec leurs vagues, leurs marées, leur profondeur, leur mystère, Heylel pensait sources et ruisseaux et rivières et fleuves. Et dans un grand éclat de rire ils avaient formulé en même temps l’idée des lacs et des étangs. Oh oui, cela avait été plus que passionnant, c’était tout simplement génial, et l’éternité ne leur semblait pas assez longue pour ce jeu là. Le point d’orgue de cette période ludique avait été le Jardin. Non seulement ils avaient réussi à y mettre toutes les belles choses qui avaient déjà été crées, mais ils avaient fignolé, affiné, embelli … Comment oublier la naissance d’une goutte de rosée ou l’éblouissement d’un rayon de soleil, qui tel une fine pluie d’or joue dans une frondaison mouvante. Comment oublier l’apparition du premier arc-en-ciel et l’élégance du saule devenu pleureur. Yeshua souriait en évoquant ces souvenirs là. Le changement avait commencé, imperceptible, quand dans leur esprit étaient nés les anges. Contrairement aux astres ou aux saisons, ces êtres de lumière à leur image, étaient devenus des compagnons. C’est vers cette époque là que pour la première fois, l’âme pensante de Yeshua et Heylel n’avait plus été unique. L’un voyait les anges comme de simples créatures capables de se mouvoir, de réfléchir et d’exécuter des ordres, l’autre les considérait comme une création à part et promise à de hautes tâches … et soudain, ils s’étaient retrouvés dans deux corps différents. Cela les avait beaucoup amusés d’être devenus doubles. Et ils trouvaient tout deux que cela enrichissait beaucoup leur existence. Les monologues intérieurs étaient devenus dialogues. Les longues séances de création se terminaient par des jeux dans le Jardin ou sur une plage. Les soirées se prolongeaient à regarder apparaître les étoiles en buvant un verre de vin. Si le bonheur n’existait pas encore, ils venaient de l’inventer…

Un jour naquit en Yeshua l’idée de peupler la planète Terre. Et pour la première fois Heylel fut jaloux. Quel besoin son frère avait-il de créer encore de nouveaux êtres. Les anges ne suffisaient-ils pas ? Quand Yeshua pensa à l’immense bouleversement qui avait suivi, il se demanda encore pourquoi, tous les deux, ils avaient préféré leurs idées à l’amour fraternel. Comment concevoir aujourd’hui qu’il ait pu exister quelqu’un ou quelque chose qui avait plus d’importance que Heylel, son double, son autre lui-même. Et même si les deux frères s’étaient rapidement et définitivement réconciliés, le bien et le mal avaient fait leur apparition et n’avaient plus pu être bannis de l’univers. Et … Heylel habitait désormais en enfer, loin de Yeshua. Ce dernier se rendit compte, que depuis ce moment là, il n’avait plus vraiment eu l’esprit joyeux. Rien de ce qu’il avait fait n’avait pu colmater la faille. Quand les humains s’étaient tournés vers d’autres dieux, il s’était mué en Trinité, le père, le fils et l’esprit. Mais l’esprit n’était plus vraiment là, depuis le départ de Heylel. Et pour la première fois, Yeshua se sentit las. Très las. Il resta encore un moment dans son bureau, à mettre au point son plan, puis se décida à appeler Elle et les trois archanges, quand le téléphone tinta discrètement.

**********


Quand il entendit la voix de Yeshua, qui répondait d’un simple « Oui », à l’autre bout de la ligne, Heylel se sentit si heureux, qu’il sut immédiatement que sa décision était la bonne. Lui aussi avait beaucoup réfléchi, mais contrairement à son double céleste, ses pensées habituellement sombres avaient cédé le pas à une joyeuse attente. Il s’était senti libéré d’un poids. Comme si un énorme rocher devenait sable et s’écoulait tout doucement … le mal peut-être ? Comme si la puissance qui l’étouffait, devenait invisible et inconsistante … Les ors et les ténèbres de l’enfer lui paraissaient soudain laids et insupportables. Il savait, tout son être savait que sa place n’était pas là. « Yeshua », il cria presque son nom. « Dans quelques heures, je serai dans le Jardin … pour toujours … si tu le veux … ou ailleurs … » Yeshua se sentit soudain léger aussi et sourit. Encore une fois, il dit simplement « Oui » et raccrocha.

Ravi de ce qu’il préparait, Satan appela Rhadamanthe et Samael. D’une voix posée il leur expliqua qu’il allait tout simplement disparaître des enfers, abandonner son rôle de Satan, de grand méchant, de tentateur, de séducteur sombre. Et devant leurs regards totalement ébahis, il se mit à rire, d’un rire d’une gaieté folle, un rire tel que les profondeurs infernales n’en avaient jamais entendu. Il leur dit aussi ce qu’il attendait d’eux. Quitter son empire était une chose, mais le laisser en proie à l’anarchie en était une autre. Heylel instituait Rhadamanthe Juge Suprême des Enfers : il voulait une personnalité forte et équilibrée pour lui succéder, capable de tenir tête aux grands démons, même s’il n’était pas doué des mêmes pouvoirs que lui. Quant à Samael, qui était un peu son préféré, il le destinait à être le nouveau Prince de la Géhenne et l’époux de la belle Lilith. Une nouvelle génération de démons naîtrait … Il savait fort bien qu’il jouait ainsi un très mauvais tour aux Grands de son royaume. Lors de sa réflexion un peu plus tôt, il avait soudain repensé à une phrase prononcée par une femme et entendue par hasard alors qu’il observait les humains avec Heylel : « La méchanceté me fait peur, quand elle s’allie à la bêtise … » et une voix masculine lui avait répondu : « La méchanceté est bien plus inquiétante quand elle est alliée à l’intelligence … » Cela l’avait fait sourire et avec beaucoup de malice il avait décidé d’inventer un ultime défaut avant de partir. Il allait endormir la colère de ses lieutenants avec des titres bien ronflants … la vanité … quel joli mot, pour un joli péché …
Heylel fut plus magnifique que jamais pendant la cérémonie de passation de pouvoirs. On ne voyait que lui. Sa beauté sombre portait en elle tous les chef d’œuvres que la terre ne verrait jamais : une Vénus de Milo en ébène, un Taj Mahal en basalte, un Kohinoor fumé …
Ainsi donc Léviathan devint le Maître des Océans et le Prince des Menteurs, Baal devin Général des Armées Infernales, Asmodée devint Archi Démon et Astaroth fut nommé Prince des Trônes et Trésorier des Enfers. Belzebuth boudait ferme dans son coin, car Heylel le faisait attendre … mais un coffre rempli d’or et le titre de Chef Suprême des Démons le remirent d’aplomb. Heylel se demanda combien de temps, ils mettraient pour se rendre compte que leurs titres et les pouvoirs qui s’y rapportaient, interféraient légèrement les uns avec les autres. Mais cela ne faisait plus que l’amuser. Il jeta un dernier regard sur ce qui avait été sa vie pendant une petite éternité et passa une ultime fois la lourde grille, le pas et le cœur léger …

**********


Dans le grand bureau de Yeshua régnait la consternation. Elle, l’ange préférée du Seigneur le regardait d’un air incrédule, Michel flamboyait de colère, Gabriel désapprouvait ouvertement et Raphael pensait qu’il fallait aller chercher Pierre. Yeshua acquiesça en souriant. Evidemment, à l’arrivée de Pierre, la situation ne s’arrangea pas. Les récriminations reprirent de plus belle. Mais Yeshua resta déterminé. Il abandonnait les cieux à leurs bons soins, il les savait capables de s’occuper du monde et des âmes. Il leur faisait confiance. Lui, il s’éclipserait discrètement. Sa décision était irrévocable. Il dut résister à maints assauts. Leurs arguments étaient redoutables, mais il tint bon. Doucement, Elle lui fit remarquer qu’il pouvait continuer à vivre dans le Jardin et qu’on ne ferait appel à lui qu’en cas d’extrême urgence. Mais tout aussi doucement, il refusa. Il prit beaucoup de temps pour mettre en place avec eux les moindres détails, pour les encourager, les conforter, les réconforter. Il leur assura qu’une partie de lui serait toujours avec eux. Il n’y eu pas de cérémonie. Yeshua arpenta les cieux et bénit chacun de ses anges, l’assurant de son amour. Puis quand Heylel arriva, ils se retirèrent tous les deux dans le Jardin.



Nul ne fut témoin de leurs retrouvailles, mais ce jour là naquit quelque part au fin fond de l’univers une petite planète parfaite. L’éternité y coule comme une source sur de jolis cailloux polis. Il s’y crée de petits miracles comme les ailes poudrées d’un papillon ou le parfum d’une rose. Il y flotte comme une brise impalpable de quelque chose qu’on pourrait nommer la paix ou le bonheur … On y entend le rire de Yeshua et de Heylel …





*Note :
Heylel : mot hébreu pour Etoile du Matin, traduit plus tard en Lucifer, porteur de lumière.
Yeshua : nom hébreu de Jésus. A l’origine j’avais pris Yahvé ou Jehovah. Pour diverses raisons, dont l’une est la consonance avec Heylel, j’ai choisi de garder Yeshua.

Merci de tout cœur à l’ami patient et érudit, qui m’a aidée à mettre un peu de cohérence, sinon théologique, du moins sémantique, dans ce petit texte et qui m’a encouragée à le terminer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meryt
Dieu-Serpent
avatar

Nombre de messages : 1356
Localisation : Dans le naos du temple sur son coussin
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Mer 23 Nov - 22:05

Elle l'a posté !!!!!!! enfin ! Il est pas génial ce texte !!!!!!????
oui, bon, c'est tout ce que je trouve à dire, mais j'ai pas envie d'analyser hein ? surtout que Sun, elle sait déjà ce que j'en pense, hé hé........ lovedevil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zaza
Grand-Maître de la Parole
Grand-Maître de la Parole
avatar

Nombre de messages : 1812
Age : 29
Localisation : Marseille
Humeur : 1° année de droit
Date d'inscription : 08/10/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Mer 23 Nov - 22:43

Eh bien Sun !!! confetti je...je sais pas quoi dire là !! Il me semble qu'il y a un gros travail de recherches, ce que je félicite totalement !! Non vraiment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marie-jean-luc.skyblog.com
Kusanagi
Senseï-Administratrice
Senseï-Administratrice
avatar

Nombre de messages : 5083
Age : 39
Localisation : sur le wired
Humeur : CHIEUSE...
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Jeu 24 Nov - 0:22

Il est super beau, ce texte...

*mais euh, ça me fait penser à du Pratchett... je sais je le vois partout, mais c'est la description des Enfers, rhôô, c'est tout!!*

C'est un fort beau conte (mais moi aussi j'ai pleins des réflexions dessus... mais comme c'est un conte, en fait, elles ont pas grand intérêt... lovedevil )

_________________
Choose Life!
Tuplette.I love Wall.E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/Cho-sanNieA/
Nanou
Nenupharo-jedi
Nenupharo-jedi
avatar

Nombre de messages : 5219
Age : 33
Localisation : Lyon, France, Terre, Système Solaire...
Humeur : Rude and not Ginger...
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Jeu 24 Nov - 0:52

popo Sunny j'ai adoré lovejap

_________________
Nanou's Touch
¤ Quintuplette ¤

Eat shit Jessica it's carrot !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bluewaterlily.skyblog.com
sunny
Soleil du forum
avatar

Nombre de messages : 1305
Age : 2015
Localisation : in the sky
Humeur : en lambeaux ...
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Jeu 24 Nov - 1:10

Merci à vous, Meryt, Zaza et Marina ! Merci à toi Loeayn, d'avoir de nouveau enlevé ton message

Marina, je n'ai jamais lu Pratchett. Mais ravie de voir que je ne suis pas la seule à voir les choses de façon un peu décalée ...
Et puis , conte ou pas, bien sûr que cela me ferait plaisir de lire tes réflexions sur le sujet ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sunny
Soleil du forum
avatar

Nombre de messages : 1305
Age : 2015
Localisation : in the sky
Humeur : en lambeaux ...
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Jeu 24 Nov - 1:12

Mici ma Nanou !!! Enooorme popo à toi !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loeayn
Oracle assistant-chef de la Pythie
Oracle assistant-chef de la Pythie
avatar

Nombre de messages : 1742
Age : 31
Localisation : Ailleurs.
Humeur : Ironique
Date d'inscription : 24/11/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Jeu 24 Nov - 1:18

Je suis obligé de répéter ce que j'en pense?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kusanagi
Senseï-Administratrice
Senseï-Administratrice
avatar

Nombre de messages : 5083
Age : 39
Localisation : sur le wired
Humeur : CHIEUSE...
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Jeu 24 Nov - 12:45

Loeayn a écrit:
Je suis obligé de répéter ce que j'en pense?

Ouais.

_________________
Choose Life!
Tuplette.I love Wall.E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/Cho-sanNieA/
Nanou
Nenupharo-jedi
Nenupharo-jedi
avatar

Nombre de messages : 5219
Age : 33
Localisation : Lyon, France, Terre, Système Solaire...
Humeur : Rude and not Ginger...
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Jeu 24 Nov - 14:27

moi je sais ^^

mais tout le monde a le droit d'en profiter et de mettre son grain de sel, donc vas-y, Mat, répète !
et au passage je suis d'accord avec lui *popo Sunny*

_________________
Nanou's Touch
¤ Quintuplette ¤

Eat shit Jessica it's carrot !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bluewaterlily.skyblog.com
Loeayn
Oracle assistant-chef de la Pythie
Oracle assistant-chef de la Pythie
avatar

Nombre de messages : 1742
Age : 31
Localisation : Ailleurs.
Humeur : Ironique
Date d'inscription : 24/11/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Jeu 24 Nov - 18:02

Je vais répéter presque mot pour mot ce que je lui ai dit à cette bonne Sun' (en fait, c'est même mon histo MSN remanié, c'est pour ça que je tutoie):

j'aime : l'aspect myhtologique et génétique que tu développes, je le trouve profondément poétique et doux. La plupart des mythes font dans le sang et le choc (Tiamat, Cronos), mais toi non, tu te pares de la douceur de plumes.
J'aime : cette idée de non-méchant, ces références constantes qui font du paradis un lieu vivant et pas un archaïsme. Idem pour l'enfer, qui soulèverait presque une miniconsidération politique. Le ton de conte sur lequel tu narres me plait moins, je trouve qu'il manque légèrement de fluidité, mais je suppose que c'est compensé par un langage châtié et parfaitement maîtrisé.

J'aurais préféré ... peut être un découpage en versets, pour séquencer encore plus. ou alors un récit simple, mais on y aurait perdu en richesse de sens et puis aussi en impact. Donc en fait, c'est bien comme ça.

Déjà, par rapport à l'extrait que tu m'avais refilé il y a longtemps, c'est vachement plus lisse, muri. Tu grandirais pas encore, des fois? De ce que je me rappelle, c'était beaucoup plus naïf. Là, tu exposes une réalité finie et sans grosse ambiguité. Du coup, on a l'impression que tu nous édifies, ça fait très biblique... un conte biblique. Je dis conte, parce que tu ne perds pas l'aspect plaisant du conte.

Ah, un autre truc, aussi : tes personnages ont de l'éclat.

Même à froid, j'ai rien trouvé d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kusanagi
Senseï-Administratrice
Senseï-Administratrice
avatar

Nombre de messages : 5083
Age : 39
Localisation : sur le wired
Humeur : CHIEUSE...
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Ven 25 Nov - 0:02

Bon, alors à moi, mes réflexions:

Hum, en gros, pour le style, pareil que Loeayn, en fait... j'aime beaucoup ce conte-mythe qui ne nous montre pas un enfantement du monde dans la douleur (c'est pas significatif, ça?)

Le seule reproche que je ferais, c'est que ça servirait sans problème à un shojo de la plus magnifique espèce, tes personnages de Yeshua et euh, truc, là... *zut, comment qui s'apelle, ça va pas assez loin ce retour!!!*. En moins sanglant, quand même (en pas sanglant du tout, même. Ma Sun, comme ça, je saurais quoi te conseiller comme manga!

Mais ton Satan est pas trop éloigné de celui-que j'imagine... sauf que chez moi, il reste archange, donc plutôt frère de Michel et Gabriel... (Dieu étant chez moi légèrement dépassé par les évènements... et plutôt en congé perpétuel, laissant un certain Jesus réglé les problèmes. Lequel Jésus passe son temps à regarder les hommes se taper dessus pour causes religieuses, en se demandant, avec Mahommet, Boudha et Abraham, où ils ont bien pû se planter, parce que là, y'a un truc....).
*Nan, un jour, faudrait que je vous mette ça aussi par écrit, tiens...* lapinou

_________________
Choose Life!
Tuplette.I love Wall.E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/Cho-sanNieA/
sunny
Soleil du forum
avatar

Nombre de messages : 1305
Age : 2015
Localisation : in the sky
Humeur : en lambeaux ...
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Ven 25 Nov - 2:47

Kusanagi a écrit:
Bon, alors à moi, mes réflexions:

Hum, en gros, pour le style, pareil que Loeayn, en fait... j'aime beaucoup ce conte-mythe qui ne nous montre pas un enfantement du monde dans la douleur (c'est pas significatif, ça?)

Le seule reproche que je ferais, c'est que ça servirait sans problème à un shojo de la plus magnifique espèce, tes personnages de Yeshua et euh, truc, là... *zut, comment qui s'apelle, ça va pas assez loin ce retour!!!*. En moins sanglant, quand même (en pas sanglant du tout, même. Ma Sun, comme ça, je saurais quoi te conseiller comme manga!

Mais ton Satan est pas trop éloigné de celui-que j'imagine... sauf que chez moi, il reste archange, donc plutôt frère de Michel et Gabriel... (Dieu étant chez moi légèrement dépassé par les évènements... et plutôt en congé perpétuel, laissant un certain Jesus réglé les problèmes. Lequel Jésus passe son temps à regarder les hommes se taper dessus pour causes religieuses, en se demandant, avec Mahommet, Boudha et Abraham, où ils ont bien pû se planter, parce que là, y'a un truc....).
*Nan, un jour, faudrait que je vous mette ça aussi par écrit, tiens...* lapinou


Merci à Loeayn (enfin lui je savais déjà) et Marina pour leur critique un peu plus en détails ...

Euhhh, Marina ... truc, il s'appelle Heylel ... ! C'est pas un joli nom ça ? Et puis l'autre ... Yeshua ... si c'est pas Jésus en hébreu, je m'y connais plus ...
D'ailleurs ton idée que Satan reste un archange, tu n'es pas la seule à l'avoir eue. On m'a bien expliqué que ce n'était pas génial de faire un couple d'un créateur et d'une créature, mais parfois je suis têtue : mon duo dieu/diable et non ange/ange déchu, j'y tenais, et finalement Yeshua et Heylel sont tellement atypiques dans beaucoup de choses qu'on me pardonnera cette petite liberté que j'ai prise (d'ailleurs je me demande si ces finesses théologiques sont importantes pour ceux qui lisent ce petit conte Embarassed ).

Sinon l'idée de voir ça comme un manga, je trouve ça plutôt amusant study Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandora
Vampiro-Jedi
Vampiro-Jedi
avatar

Nombre de messages : 3225
Age : 35
Localisation : Dans la pièce au sommet de la Tour Sombre
Humeur : Attend l'Illumination
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Ven 25 Nov - 15:40

Pfffiu, que dire? C'est vraiment un très beau texte Sunny...
J'adore la vision très *bureaucratique* des choses ^^ (et ça fait effectivement penser à du Pratchett, mais pas au disque monde... plutôt à un livre qu'il a écrit avec Neil Gaiman, j'en parlerai dans l'autre topic quand j'aurais un peu plus de temps)

Vraiment félicitations Sunny, j'ai des images pleins la tête là nanou
Et merci merci merci d'écrire des choses pareilles et de nous les offrir popo

_________________
*Quintuplette*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/profile/PandoraBlack
Loeayn
Oracle assistant-chef de la Pythie
Oracle assistant-chef de la Pythie
avatar

Nombre de messages : 1742
Age : 31
Localisation : Ailleurs.
Humeur : Ironique
Date d'inscription : 24/11/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Ven 25 Nov - 16:58

Quand je disais que Sun pourrait avoir plus de prétention... Et puis tout ça... Purée, c'est beau, rien que de penser à ce conte... Je dirais qu'il y a comme une noblesse dans ton verbe.

Quant à ... Helyel, l'ombre aimante, ou ce que tu veux, je crois que l'élément clef, c'est le clos. C'est une sorte de nouveau monde. Personnellement, si je peux me permettre de rajouter quelque chose, c'est très américain. Comme si les Pères fondateurs s'étaient barrés pour avoir la paix. Loin, ils rient
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sangoku
Gardien de la citadelle
Gardien de la citadelle
avatar

Nombre de messages : 821
Age : 35
Localisation : B-4 (à 1000 km de Satan City)
Humeur : Saiyajin Senshitachi
Date d'inscription : 20/01/2005

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Ven 25 Nov - 18:44

J'interviens jamais ici mais là je dois dire que ça m'a plu mais vraiment plu !

Une bureaucratie sur une pensée religieuse de notre monde.
L'inversement des rôles prépondérants sur ce que nous supposons est génial.
Faire de Heylel et Yeshua, une sorte de fusion de gentillesse dans leur charisme antinomique est très bien trouvé. On sent une approche familiale extrême. Les personnages ont un charisme sans méchanceté et vraiment bien ficelé sans jamais laisser transparaître la vision manichéenne des mythes.
C'est simplement écrit et ça coule tout seul avec des questions qui nous arrivent en plein milieu sans jamais décrocher.
Tu donnes à tes lieux, non pas un semblant terrien, mais bien un autre monde qui paraît plus beau que le notre.

En fait, c'est assez difficile de dire tout ce que l'on ressent sur ton texte parce que c'est tellement "féérique" en quelque sorte que ça nous laisse voir un monde nouveau et bien différent.

Tu as du talent et en tout cas, tu as su me captiver sur 7 pages (format Word) et je te félicite grandement !
Whaoouuh ! lovejap
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sunny
Soleil du forum
avatar

Nombre de messages : 1305
Age : 2015
Localisation : in the sky
Humeur : en lambeaux ...
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Ven 25 Nov - 20:54

C'est vraiment trop génial que vous arriviez tous à entrer dans ce monde, dont j'ai timidement ouvert la porte ... et surtout à vous y sentir à l'aise ... salut!

J'aime lire vos remarques, lire ce que ce conte vous inspire ou vous fait ressentir. C'est en fait ça le plus beau : bien sûr, je pose un cadre et je raconte une histoire, mais j'espère avoir laissé assez de flou et de liberté pour que chacun puisse l'interpréter et la meubler à sa manière. Et ainsi Heylel et Yeshua feront partie de votre propre imaginaire ...
Enfin bref, je suis vraiment heureuse et touchée que ça vous ait plu. gêne

Pando, j'ai noté Pratchett sur ma prochaine liste librairie (mais j'aimerais également - si je peux - lire un peu des Chroniques de Narnia avant la sortie du film en Décembre ... c'est pas gagné encore ...)

Et Sangoku, ça m'a fait très plaisir de te lire ici. Merci à toi aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kusanagi
Senseï-Administratrice
Senseï-Administratrice
avatar

Nombre de messages : 5083
Age : 39
Localisation : sur le wired
Humeur : CHIEUSE...
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Ven 25 Nov - 21:23

Quand on te dis que tu est géniale, Sun!! Tu arrives même à attirer Sangoku sur les chemins de l'écriture dans ce topic (parce que bon, je suis sûre qu'il nous lit, quand même lovedevil )

_________________
Choose Life!
Tuplette.I love Wall.E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/Cho-sanNieA/
Sangoku
Gardien de la citadelle
Gardien de la citadelle
avatar

Nombre de messages : 821
Age : 35
Localisation : B-4 (à 1000 km de Satan City)
Humeur : Saiyajin Senshitachi
Date d'inscription : 20/01/2005

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Sam 26 Nov - 16:37

Kusanagi a écrit:
Quand on te dis que tu est géniale, Sun!! Tu arrives même à attirer Sangoku sur les chemins de l'écriture dans ce topic (parce que bon, je suis sûre qu'il nous lit, quand même lovedevil )

Bien sûr ! Je lis ce que vous écrivez mais je n'interviens jamais. Pourquoi ? Je ne sais pas, une certaine timidité peut être.
En tout cas, il y a du talent, ça c'est sûr.
Faut continuer sur la lancée. Je suis avec vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leeloo
Fantôme du forum
avatar

Nombre de messages : 498
Age : 434
Localisation : in my fucking dreams
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Sans prétention aucune.   Sam 26 Nov - 16:40


Tous les moyens, hélas, sont bons pour retarder le moment fatidique qui me verra enfin attablée devant la dissert' que je dois rédiger pour mercredi, je disais donc, tous les moyens sont bons, même celui de raconter publiquement ma vie, pour la 197 026e fois depuis que j'ai internet.
Puis ce n'est pas un sujet que je crée uniquement pour moi, c'est juste une occasion pour s'entraîner à écrire, et donc, c'est un sujet "portes ouvertes" (je me sens vraiment creuse à préciser ça). D'ailleurs, telle que Kusa me connait (...), je peux très bien effacer tout ça dans une heure (en faisant bien attention que personne n'aurait répondu, *promis*).
Ceci dit, après, effectivement, il n'y a aucune prétention derrière tout ça, c'est juste pour m'obliger à écrire. En même temps, vous ne risquez pas grand chose, puisque je n'ai pas de connexion en semaine (donc peu de messages en perspective) (vous suivez ?)
Allez, hop, j'arrête et je balance le truc.


Des gens se promènent au bord de la route, je les vois d'ici, d'en bas, par la fenêtre. Ils marchent vite comme s'ils couraient après un rendez-vous, comme si cette promenade était plus une corvée qu'autre chose, alors que j'imagine que personne ne les a obligés à faire ça, aujourd'hui, pendant l'heure du déjeuner.
La femme est blonde, je le vois d'ici. Et si son chien continue de tirer aussi fort sur la laisse, elle risque bientôt d'être amputée d'une main.
Tout est gris, tiens, il pleut un peu.
Quand elle m'a appelée de Paris, je lui ai dit, oh, ici, ciel bleu. Quand elle m'a appelée de Paris, elle m'a dit boules de neige. Comme si Paris en elle-même n'était pas une chance suffisante.
Je pense à ces boucles d'oreilles qu'elle m'a offertes et qu'elle a achetées rue Lepic, pour le symbole, je repense à nos deux visages déconfits quand j'ai ouvert le paquet et que l'une des deux boucles était cassée. C'est si triste. Je suis sûre que ça peut se réparer, elle, elle en a douté puis elle a décidé d'y croire aussi. Seulement, j'attends encore. Le paquet cadeau, lui, est accroché au-dessus de mon bureau. Pour le symbole.
Je devrais travailler mais au lieu de ça, je lis tout ce qu'une fille a bien voulu écrire sur sa vie. Vie archivée mois par mois... et comme pour toutes les autres vies, chaque mois rappelle des anniversaires, à fêter ou à oublier. Je suis sidérée de voir qu'on peut autant souffrir, et qu'on peut être aussi vivant. J'ai envie de pleurer quand elle se met à parler de quelqu'un que je ne connais absolument pas. Puis j'enchaîne avec le mois qui suit. Archives.
Ce matin, j'ai un peu pleuré dans mon bain. Sans trop savoir pourquoi. J'avais l'impression d'être belle, en pleurant comme ça. Les larmes coulaient bien sur les côtés, je les sentais caresser mes joues. Puis, elles rejoignaient l'eau, qui se transformait alors en bain de larmes. Moment suspendu. Mais quand je suis sortie de la baignoire, j'avais vraiment froid.
J'aurais voulu que N. reste avec moi, dans le bureau. Une écharpe polaire lui est destinée, sur l'appui de fenêtre. Elle aurait pu dormir là, au-dessus du chauffage. Non, elle a préféré rester dans le salon, sur le vieux canapé en cuir rouge, détruit au fur et à mesure par tous les chats qu'on a eus, et qui ont fait leurs griffes dessus.
Au moindre bruit, je sursaute. J'aimerais que les chats restent dans la maison, la nuit. Pour ne pas être seule. Mais leurs bruits me feraient peur. Et puis, eux, la nuit, ils n'ont pas du tout envie de dormir. Ou un chien, au moins ça. Un petit chien qui dormirait sur mon lit. Mais je n'ai pas ça non plus. Alors je ferme ma porte de chambre à clé, et je me glisse dans le lit, la couette qui m'arrive au niveau du front. Vraiment. Je me cache pour avoir moins peur, et je me supplie de m'endormir vite, de ne pas penser à mille choses. Ca ne marche pas trop.
J'ai un peu froid aux mains. J'ai la peau toute sèche. C'est tellement épuisant, tous ces trucs de filles, et les crèmes pour le corps, et celles pour les mains, et celles pour le visage. Le maquillage, les après-shampooings, l'épilation. Les chaussures à talon, les boucles d'oreilles assorties aux vêtements, les anti-cernes. Je n'ai jamais su être une fille. Je traîne les pieds quand je marche et je mets de gros pulls, je dors toujours avec des chaussettes et je ne me parfume pas. Il y a du travail, beaucoup de travail. C'est ce qu'ils ont dit à Magalie, hier. La fille de la Star'ac. Ils lui ont dit : on va te relooker, pour qu'à présent les petites filles disent : je veux être Magalie de la Star'ac. Ca m'a choquée. On vit dans une société où il faut être beau pour que les autres nous envient. Sauver les apparences, toujours. Les filles doivent se maquiller. Impensable qu'elles sortent avec un teint blafard et un simple beurre de cacao sur les lèvres. Il faut éviter les gros manteaux. Mettre de jolis pantalons qui nous mettent en valeur, ou des jupes, mais pas trop longues, ni trop évasées. Ca change tout. Mercredi, j'ai essayé leur mascarade. J'ai mis des chaussures à talons, le genre de chaussures qui fait retourner tout le monde pour savoir qui fait autant de bruit en marchant. Hormis ça, j'étais comme d'habitude - quelconque. J'ai eu droit à des regards insistants et à un "Wow" anonyme. Rien qu'à cause du bruit des chaussures. Sidérant. Je ne serai jamais jolie, je le sais. J'ai déjà une soeur qui remplit très bien ce rôle, alors ce n'est pas bien grave.
Il faudrait que je me lève, respire et marche vers l'avant... il faudrait surtout que j'aille rentrer du bois, que j'allume le feu. J'espère juste que je ne vais pas tuer un escargot, encore, aujourd'hui. C'est ce qui est arrivé hier. La bûche était dans le feu, c'était trop tard. Je l'ai vu dans les flammes, lui si gros, si rond, et j'ai vite refermé pour ne plus rien voir. Un jour, je ferai la liste de tous ces animaux qui sont morts à cause de moi.
Quand Aude m'a parlé d'un potage, car je crois bien que c'est le mot qu'elle avait employé, un potage que sa mère avait fait et qu'elle avait bu un dimanche, vers 15h, en se réveillant d'une sieste qui lui était tombée dessus sans qu'elle comprenne, quand Aude m'a parlé de ce potage, de ce petit instant, je l'avais enviée. Son histoire avait des odeurs de famille, de cocon rassurant. Elle, sa mère, un bol de potage, et son chat qu'elle a surnommé Dalida parce qu'il louche. Image d'Epinal.
Je vais aller me réchauffer un bol de soupe - parce qu'ici, c'est de la soupe. Ca ne change rien au goût, mais ça change tout. Je vais manger toute seule, parce que c'est encore ce que je fais de mieux. Avec pour compagnie le silence de cette maison, bien trop grande. Et ensuite, je ne sais pas.
Maintenant, il pleut trop pour que j'aille chercher du bois.
J'attendrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kusanagi
Senseï-Administratrice
Senseï-Administratrice
avatar

Nombre de messages : 5083
Age : 39
Localisation : sur le wired
Humeur : CHIEUSE...
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Sam 26 Nov - 17:50

Il est environ 15h36, y reste plus que 4 minutes avant que ce message disparaisse. lapinou

Personnellement, il a arrêter de neiger à Paris. Et le potage, la soupe, déjà j'aime pas, mais à 15h, après une sieste, j'préfère un bon chocolat chaud préparé par mes soins.
Mais euh, sinon, c'était joli. J'veux bien essayer aussi, sans aucune prétention, bien sûr.

J'ai froid aux mains. J'ai toujours froid aux mains quand il neige. Et il neige. Depuis ce matin, il neige. On est tranquille, dans la rue, avec ça. Les voitures descendent au pas, ça les changent, et ça préserve les chats.

J'ai dû aller balayer la neige, dans l'allée. Et ça a fini en batailles de boules de neige, comme par hasard, avec mon frère. De toute façon, ça finit toujours comme ça.

Maintenant, je suis là, devant un ordi, avec des mains gelée, à tenter d'écrire ma vie aussi monotone, plate et vide que la plaine de Waterloo, de nos jours. Et encore, à en croire Victor Hugo, là-bas, y'a un rouge-gorge dans un lion en bronze.

Il a arrêter de neiger. La neige fond même, j'entends le bruit dans les arbres. Aujourd'hui, j'ai presque pas pensé à ça. Hier non plus, enfin, je crois pas. C'est peut-être normal, on arrête d'y penser doucement. Mais j'ai peur. J'ai peur de Noël.

J'aime bien Noël. Vraiment. Mais cette année, je suis plus sûre. J'ai peur de Noël parce que les autres ne l'aiment pas. Cette année, ils en ont peur aussi, alors...ça fait deux mois que j'ai peur. Dès le début, en fait, ils en ont eu peur et moi aussi. Je voudrais le célébrer, pour elle, même si elle n'est plus là, parce qu'elle l'aimait bien. Mais comme ils en ont peur, je crois que ça va être triste. On ne chantera même pas. Pourtant, elle aimait bien quand on chantait.

Dès fois, je pleure encore quand j'y pense. Les larmes viennent comme ça, parce que je regarde ma bouteille d'eau, parce que je vois un objet, un lieu. Parce que je suis sous la douche. Je sais pas, j'ai cette boule dans la gorge, et ça passe. Je sais que je ne la reverrais plus, puis ça passe. C'est marrant, là j'y pense et je ne pleure pas, dès fois j'y pense pas et je pleure...

J'ai vraiment froid aux mains.

_________________
Choose Life!
Tuplette.I love Wall.E


Dernière édition par le Sam 26 Nov - 20:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/Cho-sanNieA/
sunny
Soleil du forum
avatar

Nombre de messages : 1305
Age : 2015
Localisation : in the sky
Humeur : en lambeaux ...
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   Sam 26 Nov - 19:01

Ah bon ? Il faut qu'il fasse noir pour avoir peur ? Et il faut qu'il neige pour avoir froid ? Et il faut que Noël approche pour qu'on sente bien que quelqu'un vous manque ?
Mais en fait ce n'est pas l'obscurité et l'hiver et les fêtes qui font ça. C'est parce qu'on a froid au coeur et que c'est atroce. Parce qu'on se sent seul, même au milieu d'une foule de gens et que c'est peut être pire qu'être seul dans son coin. C'est toujours dans le coeur et dans la tête que ça se passe, même si nous nous imaginons que c'est du à un fait extérieur.

Et à ces moments là nous ne nous sentons pas seulement tristes et malheureux, nous le sommes vraiment. Comme un enfant abandonné, comme un paria, comme un sans espoir ... et pourtant ...
Leeloo, ta copine qui mange du potage frais et pas de la soupe réchauffée, peut être qu'elle aimerait parfois être à ta place et se retrouver seule, sans personne sur le dos. Peut être qu'elle t'envie aussi pour d'autres raisons ... pour ta merveilleuse faculté de t'exprimer, pour ta spontanéité, pour ta sensibilité ...
Et toi Marina, bien sûr que vous allez fêter Noël. Et bien sûr qu'elle sera là (même si ce n'est pas physiquement) et que vous allez chanter pour elle si ce n'est avec elle et que vous ferez les recettes qu'elle vous a fait aimer et que vous entourerez encore plus le grand père que les autres années. Et bien sûr que vous sentirez son sourire au milieu de vous, même si cela fera verser quelques larmes.

Alors les filles, haut les coeurs et courage. Des moments sombres, il y en aura toujours (parole de Sun, qui elle même a ses shadows), mais souriez ou du moins essayez ! Vous n'êtes pas seules ... il y a des tas de gens qui vous aiment et vous envoient des tas de pensées positives.

Enorme popo à vous deux. Je vous aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Textes et petits poèmes sans prétention.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Textes et petits poèmes sans prétention.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Poèmes sans prétention.
» Petits poèmes en prose
» Sans prétention
» petits poèmes à la terre
» petits dios sans prétention

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Citadelle :: La Bibliothèque :: Tous écrivains-
Sauter vers: