un forum sur tout et rien, pour enfin croiser nos sujets et nos points de vue
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GalerieGalerie  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quelque chose de nostalgique alors que je suis heureux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loeayn
Oracle assistant-chef de la Pythie
Oracle assistant-chef de la Pythie
avatar

Nombre de messages : 1742
Age : 31
Localisation : Ailleurs.
Humeur : Ironique
Date d'inscription : 24/11/2004

MessageSujet: Quelque chose de nostalgique alors que je suis heureux.   Sam 2 Juil - 2:21

Ben on m'a dit une belle chose dessus (le soleil lui même). Alors... voila.
Précision, je ne crois pas que ca soit autobiographique.

--- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- ---

Vendredi 15 Mai, 14h35. Conditions d’écriture : devant la laverie, mon linge tourne et tourne, il s’essore. Détail : une clope se balade sur un pas de porte au gré du vent.

« Euh … eh bien en fait, je ne sais pas. » C’est ce qu’elles avaient dit. Ou plutôt ce qu’ « elles » avait dit. Et c’est de ça que tout est parti.
Ma prof de médiévale m’a répondu cela à la question : « Et vous, vous êtes catastrophiste ou hyperromaniste ? Ca m’a rappelé Elle.
Son souvenir avait jailli derrière Madame Véronie, que je pourrais appeler Mademoiselle si je savais mieux choisir mes mots. Néanmoins le respect d’élève à enseignant que je lui dois la vieillit. Or, elle est sans doute aussi âgée que Béatrice. Et que moi, par la même occasion. Mais Béatrice, elle, n’avait pas répondu à la même question.
Béatrice m’est venue, comme ça, sur un coup de voix de cette prof. C’est troublant et inexplicable, mais souvent, mes souvenirs me remontent comme ça, aussi effervescents qu’une aspirine. Tout aussi inexplicablement, j’associai aussi leurs traits. Leurs visages se confondirent dans ma mémoire, la courbe de la joue de Béatrice et celle de Melle Véronie. Comme leurs cheveux avaient le même pli, comme leurs yeux se faisaient semblables malgré leur différence de couleur. C’était comme si Béa se superposait à ma vision (comme si je n’étais pas déjà assez myope…).
Ce moment d’absence à contempler mon passé dans le présent m’a valu le discrédit de la prof : je ne daignais même pas écouter les réponses aux questions que je posais. Alors elle m’a sermonné une bonne minute avant de retourner à son cours. Ca a fait rire et jaser pas mal de monde, car paraît-il mon regard était vissé sur le décolleté de la prof (poitrine magnifique, au demeurant, mais elle n’était qu’une pâle copie de celle de Béatrice). Moi, ça ne m’a pas fait rire. Parce que ce n’était pas vraiment la première fois. J’avais souvent eu ça, mais à ce moment là j’avais une réminiscence capable de drainer un être tout entier, dans toute sa hauteur. C’est sans précédent.

Jeudi 17 décembre, 16h25. Conditions d’écriture : dans mon fauteuil, un chocolat chaud à la main. Détails : Il neige, je pleure et je compte bien continuer.

J’ai été fouiller dans les affaires de Phil ce matin. J’ai trouvé un tas de choses, des tas de poussières tout aussi nombreux, et puis ses journaux intimes. Je ne l’avais jamais vu plonger un seul regard dedans, ni aucun jet d’encre, et pourtant il achetait sans cesse de nouveaux cahiers. Ils étaient toujours noirs de choses qu’il devait écrire quand les autres dormaient, le bougre d’insomniaque.
Et là, j’ai ouvert un journal au hasard, et il a fallu que ça tombe sur... Déjà que ça n’allait pas fort fort avant, que je lise ça… « ça » concerne un sujet fort personnel, c’est à dire moi.
Au début, cela m’avait semblé étrange. Je ne l’avais jamais vu si sensible, à fleur de peau. Il cachait sa sensibilité derrière un sourire joyeux qui pourtant semblait vrai. Sas mots avaient toujours résonné joyeusement dans mon esprit.
Je me trompais. La moindre sensation le transcendait ou le hérissait. Je pensais l’avoir connu mieux que quiconque. Je sais que c’est vrai, mais je pense qu’il était bien le seul à se connaître vraiment. Lui, le loup solitaire au milieu d’une meute confiante. Celui qui montre ses crocs alors que les autres n’y voient qu’un sourire. Le chat du Cheshire dont on ne voit que le sourire. Ce sourire… ce masque.
Ses paroles m’ont touchée, simplement parce que je les ai les à un moment ou je n’aurais pas dû. C’était le moment où mes barrières étaient baissées, l’instant ou j’ai laissé ma sensibilité me percer la cuirasse.
C’était un ami d’enfance. Juste un ami. Mais il me disait qu’il bâtissait souvent des relations à sens unique, comme un pont à une seule voie. Je me souviens d’un jour, d’une soirée d’été entre amis. Les autres étaient endormis. Et nous, nous parlions, comme d’habitude, au coin du feu du barbecue.

« Tu sais, Béa, il y a des fois ou je me demande si je ne suis pas fou. J’ai l’impression que je vis avec mes souvenirs.
-Mais non, je …
-Ne dis rien. Tu ne sais pas. Je t’ai vue il y a quelques semaines de ça, mais pas normalement. Quelqu’un d’autre m’a évoqué toi. Tu t’es superposé à elle. Elle a éveillé un écho en moi, un écho de toi. Elle a prononcé une phrase qui m’a rappelé toi. Mais cette phrase, qui aurait dû avoir une certaine importance, tu ne l’as jamais prononcée comme ça. »

Je voyais son regard s’enfiévrer. Je n’avais jamais compris ce moment de notre existence, mais en lisant cette page j’ai pu avoir un aperçu de son tourment. Je me dis que c’est le destin qui a voulu que je lise cette page justement, sur quarante cahier de deux cent pages, il a fallu que je tombe la dessus. J’ai choisi le moment précis qui allait m’assommer.
Lorsqu’il m’a dit cela, j’étais consciente que notre passé était un flanc de montagne que nous escaladions et dont le sommet était inaccessible. Je savais que nous marchions dessus, sur notre vécu, afin d’aller toujours plus haut.
Jusqu’à aujourd’hui, je n’avais jamais compris que lui voyait son sommet à la fois derrière et devant lui. A l’époque, je lui avais demandé innocemment :
« Alors, c’est quelle phrase qui t’a rappelé mon existence ? »
Il s’est tu. Lui, si habile à parler des heures durant, avait visiblement été pris de court. Il avait envie de changer de sujet ? Il détourna la tête puis la prit entre ses mains. Enfin, il planta son regard dans le mien et après un long silence, me demanda de but en blanc :
« Est ce que tu m’aimes ? »

« Euh… eh bien, en fait, je ne sais pas. » C’est ce que j’ai répondu.

Et c’est à cet instant là que tout a commencé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leeloo
Fantôme du forum
avatar

Nombre de messages : 498
Age : 434
Localisation : in my fucking dreams
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: Quelque chose de nostalgique alors que je suis heureux.   Sam 2 Juil - 10:10

Première à lire publiquement ce texte, finalement c'est un privilège un peu trop grand...

Déjà, le titre de ton message est formidable - si. Ensuite...

Ensuit, c'est un peu triste comme une fin d'après-midi d'hiver, où on recule le moment où il faudra allumer, et qu'on regarde la pluie grise tomber dehors, alors qu'ici, dedans, il fait chaud... où on se sent triste et bien, dans notre grand pull en laine.
Un peu ça.
Comme un voile rose pâle sous la pluie. Je ne sais pas.

J'ai beaucoup aimé, alors au lieu de dire n'importe quoi, juste, merci...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loeayn
Oracle assistant-chef de la Pythie
Oracle assistant-chef de la Pythie
avatar

Nombre de messages : 1742
Age : 31
Localisation : Ailleurs.
Humeur : Ironique
Date d'inscription : 24/11/2004

MessageSujet: Re: Quelque chose de nostalgique alors que je suis heureux.   Sam 2 Juil - 10:41

Merci... d'avoir aimé. Désolé si je poste là où on ne m'attend pas... c'est pas mon genre de faire aussi intimiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quelque chose de nostalgique alors que je suis heureux.   Sam 2 Juil - 11:55

Vous ne trouvez pas que Leeloo et Loeayn ont un bel echo ? Le commentaire égal à la nouvelle !
Décidement beaucoup de talents !!

(J'ai beaucoup aimé Loeayn mais toujours un peu dérangeant pour moi ;-)
j'ignore totalemet pourquoi mais c'est sans doute ce qui fait le charme de ta prose !
Mj
Revenir en haut Aller en bas
Pandora
Vampiro-Jedi
Vampiro-Jedi
avatar

Nombre de messages : 3225
Age : 35
Localisation : Dans la pièce au sommet de la Tour Sombre
Humeur : Attend l'Illumination
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Quelque chose de nostalgique alors que je suis heureux.   Sam 2 Juil - 18:11

Finalement tu as changé le prénom ;-) *je pourrai bouder... mais non lol Bleble * Très joli Mathieu, vraiment, comme Leeloo, j'aime beaucoup...

_________________
*Quintuplette*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/profile/PandoraBlack
Loeayn
Oracle assistant-chef de la Pythie
Oracle assistant-chef de la Pythie
avatar

Nombre de messages : 1742
Age : 31
Localisation : Ailleurs.
Humeur : Ironique
Date d'inscription : 24/11/2004

MessageSujet: Re: Quelque chose de nostalgique alors que je suis heureux.   Sam 2 Juil - 20:04

ca me gênait trop... merci vous deux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sunny
Soleil du forum
avatar

Nombre de messages : 1305
Age : 2015
Localisation : in the sky
Humeur : en lambeaux ...
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Quelque chose de nostalgique alors que je suis heureux.   Dim 3 Juil - 16:23

J'ai relu ... mais je n'arrive toujours pas à appréhender ces textes de façon rationnelle ... j'en resterai donc à mon premier avis. Par contre, j'avais oublié de te dire que certaines phrases m'ont laissé rêveuse ... déjà, comme Leeloo, je suis fan du titre que tu as donné à ton post et puis je pourrais citer : " Il neige, je pleure et je compte bien continuer ", " ... je n'avais jamais compris que lui voyait son sommet à la fois derrière lui et devant lui ", etc ...

Continue, à nous enchanter comme cela Loeayn, s'il te plait !!!


sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azertipi
Modo-mélomane
avatar

Nombre de messages : 720
Age : 29
Localisation : Paris
Humeur : Moscovite...
Date d'inscription : 29/09/2004

MessageSujet: Re: Quelque chose de nostalgique alors que je suis heureux.   Lun 4 Juil - 12:45

Mon petit chevalier... J'avoue qu'à la première lecture, je n'ai rien compris. J'ai trouvé que c'était joliment écrit, mais je n'ai pas tout suivi.
Et puis j'ai relu, relu, relu encore. Et là... Je n'ai plus de mots pour te dire ce que j'ai ressenti. L'image que Leeloo a employée est très juste, je ne saurais pas trouver mieux, alors je ne dirai rien. Simplement, comme elle l'a dit : Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loeayn
Oracle assistant-chef de la Pythie
Oracle assistant-chef de la Pythie
avatar

Nombre de messages : 1742
Age : 31
Localisation : Ailleurs.
Humeur : Ironique
Date d'inscription : 24/11/2004

MessageSujet: Re: Quelque chose de nostalgique alors que je suis heureux.   Lun 4 Juil - 13:44

Je fonds, mesdemoiselles...

Je fonds encore plus, Ma Dame...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kusanagi
Senseï-Administratrice
Senseï-Administratrice
avatar

Nombre de messages : 5083
Age : 39
Localisation : sur le wired
Humeur : CHIEUSE...
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: Quelque chose de nostalgique alors que je suis heureux.   Lun 4 Juil - 15:03

Hop, hop! Mon Assistant! C'est quoi ce texte?

Déjà, le titre.... nan, mais c'est quoi ce titre!!! Mais c'est pas juste, ça! Je vais te nommer "faiseur officiel de titre" pour la Pythie dans ses oeuvres si ça continu!!

Et l'histoire... rhââ, l'histoire.... je suis pas sûre d'avoir tout suivie, mais je m'en fiche! J'aime trop les phrase, la façon dont c'est raconté, les mots, les sonorités.... Love

J'aime juste la relire pour les phrases, pour ces petites phrases, si semblables et si différentes à chaque lecture....

Valà.

j'arrête.

Sinon, je sais pas...

_________________
Choose Life!
Tuplette.I love Wall.E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/Cho-sanNieA/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelque chose de nostalgique alors que je suis heureux.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelque chose de nostalgique alors que je suis heureux.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si vous aviez pu changer quelque chose...
» Un p'tit quelque chose de bleu dans le ciel
» la musique qui vous rappel quelque chose
» Quelque chose d'exotique
» Rechercher quelque chose sur le forum à l'aide de Google

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Citadelle :: Archives :: Textes-
Sauter vers: