un forum sur tout et rien, pour enfin croiser nos sujets et nos points de vue
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GalerieGalerie  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Seigneur des Anneaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
leeloo
Fantôme du forum
avatar

Nombre de messages : 498
Age : 435
Localisation : in my fucking dreams
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 13:57

Loeayn a écrit:

Nietszche, Nietszche, Nietszche !!! Rah, faut que je fasse un topic sur Jea Baptiste Botul, merci Leeloo de m'y faire penser... Je m'incline devant tes intuitions si immensément belles... desolé

Merde... tu vas vraiment nous parler de Botul ? Botul, c'est le couillon qui nous a pondu un livre sur la sexualité de Kant, hm ?
Mais j'attends ça avec impatience... j'aimerais bien voir ce qu'il y a à dire sur "lui"... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandora
Vampiro-Jedi
Vampiro-Jedi
avatar

Nombre de messages : 3225
Age : 36
Localisation : Dans la pièce au sommet de la Tour Sombre
Humeur : Attend l'Illumination
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 13:59

[quote="leeloo"]
Pandora a écrit:

Dans un autre style *c'est le moins qu'on puisse dire*, j'ai beau aimer American Psycho, lire sur au moins une trentaine de pages le nombre de soins corporels que Bateman se fait chaque jour, c'est chiant.[/color][/b]

Ouais ! Ouais ! Ouais ! Vive B.E.Ellis !!
Euh, je sais, ce n'est pas exactement ce que tu disais, mais... ah, American Psycho... le monument...
Au contraire de toi, je trouvais ça formidable qu'un homme trouve le temps de faire autant de soins, de faire autant de sport, de sortir autant, et de réussir à faire acte de présence à son boulot. Bateman, ce héros...

Lol, si si je confirme Leeloo, vive B.E.Ellis ;-) *au fait, rien à voir avec le SDA mais puisqu'on est dans Ellis, tu sais si il a ressorti un autre livre après Glamorama?*
Pis au niveau *héros* le ptit frère Sean Bateman est pas mal non plus hum!

_________________
*Quintuplette*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/profile/PandoraBlack
Gothmog
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 14:08

Hého, fiche moi le camp de mon joli sujet Tolkien là... Ellis n'a rien à faire ici.
N. (fasciste)
Revenir en haut Aller en bas
Pandora
Vampiro-Jedi
Vampiro-Jedi
avatar

Nombre de messages : 3225
Age : 36
Localisation : Dans la pièce au sommet de la Tour Sombre
Humeur : Attend l'Illumination
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 14:12

Gothmog a écrit:
Hého, fiche moi le camp de mon joli sujet Tolkien là... Ellis n'a rien à faire ici.
N. (fasciste)

ninja ttt ttt, mon hors sujet est très bien où il est chevalier *pis te plains pas, le topic est pas encore parti totalement en sucette*
Pando (rebelle)

_________________
*Quintuplette*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/profile/PandoraBlack
Gothmog
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 14:21

Tu me connais, cela ne saurait tarder... Un topic... Un sujet... Un forum!
Hurk hurk hurk!
N.
Revenir en haut Aller en bas
Pandora
Vampiro-Jedi
Vampiro-Jedi
avatar

Nombre de messages : 3225
Age : 36
Localisation : Dans la pièce au sommet de la Tour Sombre
Humeur : Attend l'Illumination
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 14:25

La Citadelle résistera aux assauts du Balrog duel

_________________
*Quintuplette*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/profile/PandoraBlack
Gothmog
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 14:27

Mouahahahahahahaha...
Seul contre tous, hein? Je préfère diviser pour mieux régner!
N. Ouch
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Senseï-Administratrice
Senseï-Administratrice
avatar

Nombre de messages : 5083
Age : 40
Localisation : sur le wired
Humeur : CHIEUSE...
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 14:28

Gothmog a écrit:
Tu me connais, cela ne saurait tarder... Un topic... Un sujet... Un forum!
Hurk hurk hurk!
N.

Ben tu suivrais le mouvement général, alors, ici... dingue le nombre de topic qui partent en "sucette"...

Au fait, j'ai bien aimé aussi "American Psycho"... me souviens plus trop de sa préparation le matin... mais en y réfléchissant, je crois que j'ai tout englobé dans la maniaquerie du personnage.

Ce qui m'a surtout marqué, c'est la scène des cartes de visite.

_________________
Choose Life!
Tuplette.I love Wall.E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/Cho-sanNieA/
Gothmog
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 14:29

Tiens, voui, les cartes de visite, ça je crois aussi que c'est le moment le plus emblématique du film... sinon sa chute!
N.
Revenir en haut Aller en bas
Pandora
Vampiro-Jedi
Vampiro-Jedi
avatar

Nombre de messages : 3225
Age : 36
Localisation : Dans la pièce au sommet de la Tour Sombre
Humeur : Attend l'Illumination
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 14:30

Kusanagi a écrit:
Gothmog a écrit:
Tu me connais, cela ne saurait tarder... Un topic... Un sujet... Un forum!
Hurk hurk hurk!
N.

Ben tu suivrais le mouvement général, alors, ici... dingue le nombre de topic qui partent en "sucette"...

Au fait, j'ai bien aimé aussi "American Psycho"... me souviens plus trop de sa préparation le matin... mais en y réfléchissant, je crois que j'ai tout englobé dans la maniaquerie du personnage.

Ce qui m'a surtout marqué, c'est la scène des cartes de visite.

Jusqu'où ça va la fierté hein? ^^

_________________
*Quintuplette*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/profile/PandoraBlack
Gothmog
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 14:32

Mais qu'est-ce que tu me fais dire? Ici on cause TOLKIEN. Grrrrrr
Tiens, voilà :

Il y eut Eru, le Premier, qu'en Arda on appelle Ilúvatar; il créa d'abord les Ainur, les Bénis, qu'il engendra de sa pensée, et ceux-là furent avec lui avant que nulle chose ne fût créée. Et il leur parla, leur proposa des thèmes musicaux, ils chantèrent devant lui et il en fut heureux. Un long temps s'écoula où ils chantèrent chacun seul, ou à quelques-uns, pendant que les autres écoutaient, car chacun ne comprenait que cette part de l'esprit d'Ilúvatar d'où lui-même était issu, et le sentiment de leur ressemblance mit longtemps à venir. Pourtant une meilleure compréhension leur vint à mesure qu'ils écoutaient et les fit croître en accord et en harmonie.

Et il fut un jour où Ilùvatar fit rassembler tous les Ainur pour leur soumettre un thème magnifique qui leur dévoilait des choses plus grandes et plus merveilleuses qu'il ne leur en avait encore révélé. Son début glorieux et sa splendide conclusion éblouirent tant les Ainur qu'ils se prosternèrent devant Ilúvatar sans pouvoir dire un mot.

Alors Iluvatar leur parla : « De ce thème que j’ai proclamé devant vous, je souhaite maintenant que tous ensemble, harmonieusement, nous fassions un Grande Musique. Et comme j’ai doué chacun de vous de la Flamme Immortelle, vous allez pouvoir faire preuve de vos dons, chacun jouant, sil le veut, de son habileté et de son talent pour embellir et glorifier ce thème. Moi je resterai à écouter et à me réjouir que grâce à vous la beauté se soit muée en musique. »

Alors les voix des Ainur, tels des harpes, des luths, des flûtes et des trompettes, des violes et des orgues, tels des chœurs aux voix innombrables, commencèrent à tisser le thème d'Ilúvatar dans une harmonie grandiose. Le son des mélodies qui se fondaient sans fin l'une dans l'autre s'éleva pour tisser une harmonie qui dépassa les limites de l'ouïe en hauteur comme en profondeur, les demeures d'Ilúvatar furent pleines à déborder d'une musique dont les échos atteignirent le Vide, et ce ne fut plus le vide. Jamais plus les Ainur ne composèrent une telle musique, bien qu'il soit dit qu'une musique encore plus grande, celle des chœurs des Ainur et des Enfants d'Ilúvatar, doive s'élever devant Eru après la fin des temps. Alors les thèmes d'Ilúvatar seront joués dans leur vérité et adviendront à l'Etre au même moment, car tous alors comprendront pleinement la partie qu'il leur a destinée, chacun atteindra à la compréhension des autres, et Ilúvatar, satisfait, accordera le feu secret à leurs esprits.

Donc Ilúvatar restait à écouter et, pendant longtemps, il fut content, car la musique était sans failes. Mais à mesure que le thème progressait, il vint au cœur de Melkor d'y mêler des thèmes venus de ses propres pensées et qui ne s'accordaient pas au thème d'Ilúvatar. De cette manière il cherchait à augmenter la puissance et la gloire de sa propre partie. Melkor était le plus doué des Ainur en savoir comme en puissance et il partageait les talents de tous les autres. Souvent, seul, il s'était aventuré dans les espaces du vide pour chercher la Flamme Eternelle, car il avait en lui un furieux désir d'amener à l'Etre des œuvres de sa propre volonté, et il lui semblait qu'Ilúvatar n'avait aucune pensée pour le Vide, alors que lui-même ne pouvait souffrir qu'il restât vide. Mais il ne trouva pas le Feu, partage d'Ilúvatar. Et la solitude lui fit concevoir des pensées à part, différentes de celles de ses frères.

Il les fit venir dans sa musique, et une discordance aussitôt s'éleva tout autour. Beaucoup de ceux qui chantaient près de lui tombèrent en désarroi, leur pensée se troubla, leur musique hésita, et certains tentèrent de s'accorder à lui plutôt qu'à leur première inspiration. Alors la discordance gagna du terrain et les mélodies se perdirent dans une mer de sons turbulents. Ilúvatar continua pourtant d'écouter jusqu'à ce que son trône parût au milieu d'une tempête, comme si des océans de noirceur se faisaient la guerre les uns les autres avec une rage inextinguible.

Alors Ilûvatar se leva, les Ainur sentirent qu'il leur souriait, il leva sa main gauche et un nouveau thème naquit au milieu de la tempête, semblable à celui du début et pourtant différent, qui gagna en puissance et en beauté nouvelles. Mais la discordance de Melkor s'enfla jusqu'au tumulte pour s'affronter au nouveau thème, la bataille sonore gagna en violence, si bien qu'un grand nombre des Ainur, découragés, s'arrêtèrent de chanter, et que Melkor eut le dessus. Alors Ilúvatar se leva de nouveau, et les Ainur comprirent que son humeur était sévère. II leva sa main droite et voici qu'un troisième thème, différent des autres, s'éleva du chaos! D'abord il sembla toute douceur et tendresse, à peine un frémissement de sonorités calmes, de mélodies délicates, mais rien ne pouvait l'éteindre et il se mit à gagner en force et en profondeur. II semblait à ce moment que deux musiques s'affrontaient devant le trône d'Ilúvatar, en complet désaccord. L'une était large et pleine et splendide, lente cependant et empreinte d'une incommensurable tristesse, de là surtout venait sa beauté. L'autre avait maintenant atteint son unité propre, mais elle était bruyante et vaine, sans cesse répétée, avec un ensemble tapageur en guise d'harmonie, comme si de nombreuses trompettes jouaient la fanfare sur quelques notes. Cette musique voulait submerger l'autre par la violence de ses cris, et il semblait pourtant que ses notes les plus triomphantes fussent reprises par celle-ci et mêlées dans son mouvement solennel.

Au milieu de cet affrontement, alors que les espaces d'Ilúvatar vibraient et que le vacarme envahissait des silences encore jamais troublés, Ilúvatar se leva pour la troisième fois, et son visage faisait peur à voir. Il leva les deux mains: d'un seul accord, plus profond que l'Abîme, plus haut que le Firmament, aussi perçant que la lumière de son œil, la Musique s'arrêta.

Alors iluvatar parla et dit : « Puissants sont les Ainur, et Melkor est le plus puissant d'entre eux, mais qu'il sache ainsi que tous les Ainur, que je suis Ilúvatar, ces thèmes que j'ai chantés, je vous les montrerai pour que vous puissiez voir ce que vous avez fait. Et toi, Melkor, tu verras qu'on ne peut jouer un thème qui ne prend pas sa source ultime en moi, et que nul ne peut changer la musique malgré moi. Celui qui le tente n'est que mon instrument, il crée des merveilles qu'il n'aurait pas imaginées lui-même! »

[à suivre]

N. (bien fait!)
Revenir en haut Aller en bas
Gothmog
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 14:33

[la suite]

Les Ainur furent pris de peur sans comprendre encore les mots qui leur étaient adressés, et Melkor fut rempli de honte, en même temps que d'une colère secrète. Puis Ilúvatar se leva dans toute sa splendeur et s'avança hors des régions harmonieuses qu'il avait créées pour les Ainur, et ceux-ci le suivirent.

Quand ils arrivèrent dans le Vide, Iluvatar leur dit : « Voyez votre musique ! » Et il leur communiqua une vision, leur donnant la vue alors qu’ils n’avaient encore que l’ouïe. Ils virent un Monde nouveau apparaître devant eux, une sphère au milieu du Vide, soutenue par le Vide, mais qui n’était pas le Vide. A mesure qu’ils regardaient et qu’ils s’émerveillaient, ce Monde dévoilait son histoire et il leur semblait le voir vivre et se développer. Quand les Ainur eurent contemplé en silence pendant quelque temps, Ilúvatar leur dit encore: Voyez votre Musique! » Ceci vient de votre art et chacun de vous trouvera, dans ce que je présente à vos yeux, les créations mêmes qu'il croit avoir inspirées ou inventées. Et toi, Melkor, tu verras tes pensées les plus secrètes, tu comprendras qu'elles ne sont qu'une part de l'ensemble, tributaires de sa gloire. »

En ce temps-là, Ilúvatar parla aux Ainur de bien d'autres choses, et comme ils se souviennent de ses paroles, ainsi que de la musique que chacun d'eux créa, les Ainur connaissent une grande part de ce qui fut, de ce qui est, de ce qui sera, et peu de choses leur échappent. Pourtant il en est qu'ils ne peuvent voir, pas même rassemblés en conseil, car Ilúvatar n'a révélé à personne ce qu'il garde en réserve, et chaque époque voit apparaître des nouveautés qui ne sont dans aucune prédiction, car elles ne sont pas issues du passé. Or donc, comme cette vision d'un Monde nouveau se déroulait devant eux, les Ainur virent qu'il renfermait des choses dont ils n'avaient pas idée. Ils'assistèrent avec stupéfaction à l'arrivée des Enfants d'Ilúvatar dans la demeure qui leur était aménagée, et comprirent qu'eux-mêmes, tandis qu'ils élaboraient leur musique, avaient participé à la création de cette demeure sans y avoir d'autre dessein que sa propre beauté. Les Enfants d'Ilúvatar ne furent conçus que par Lui, ils vinrent avec le troisième thème, ils étaient absents du thème proposé à l'origine et aucun des Ainur ne prit part à leur création. Quand ils les virent, ils les aimèrent d'autant plus d'être différents d'eux-mêmes, êtres étranges et libres où ils voyaient l'esprit d'Ilúvatar dans une lumière nouvelle, où ils apprenaient à connaître une part de sa sagesse qui, jusqu'alors, était restée cachée, même à eux, les Ainur.

Les Enfants d'Ilúvatar sont les Elfes et les Humains, les Premiers-Nés et les Successeurs. Et parmi toutes les splendeurs de ce monde, ses vastes régions, ses espaces nouveaux, ses orbes flamboyants, Ilúvatar choisit l'endroit de leur demeure dans les Profondeurs du Temps et parmi les étoiles innombrables. Cette demeure pourrait sembler peu de chose à ceux qui ne considèrent que la majesté des Ainur, sans voir leur terrible acuité, eux qui peuvent choisir la plaine d'Arda tout entière pour les fondations d'une colonne qui se dresse si haut que le sommet en est plus acéré qu'une aiguille; ou à ceux qui ne verraient dans ce Monde que les Ainur continuent d'édifier qu'une immensité sans mesure et resteraient aveugles à la précision extrême qu'ils apportent à chacune des choses de ce Monde.

Quand les Ainur eurent contemplé la vision de cette demeure et qu'ils virent les Enfants d'Ilúvatar, beaucoup d'entre eux parmi les plus forts tendirent toute leur volonté et leur esprit vers ce lieu. Melkor fut le premier de ceux-là, comme il avait été le plus grand, dès le début, à tenir sa partie dans la Grande Musique.

Il sembla, et lui-même commença par le croire, qu'il voulait se rendre en cette demeure et y ordonner toutes choses pour le bien des Enfants d'Ilúvatar, et contrôler les tourbillons de chaleur et de glace qui le traversaient, alors qu'il désirait plutôt soumettre à sa volonté les Elfes et les Humains: il enviait les dons qui leur avaient été promis par Ilúvatar, il voulait pour lui-même avoir des serviteurs et des sujets, s'entendre appeler Seigneur et se sentir le maître d'autres volontés.

Pendant ce temps, les autres Ainur admiraient cette demeure enchâssée dans les vastes espaces du Monde, ce que les Elfes appelèrent Arda, la Terre; leurs cœurs étaient remplis de joie et de lumière, leurs yeux émerveillés étaient noyés de couleurs, mais le grondement de l'océan leur donnait une grande inquiétude. Ils observaient l'air et le vent, et toutes les substances dont Arda était faite, le fer et la pierre et l'or et l'argent et beaucoup d'autres matières, mais de toutes c'est l'eau qu'ils admiraient le plus. Ainsi les Eldar disent que l'eau recèle encore l'écho de la musique des Ainur plus que toute autre substance de la Terre; et nombreux sont les Enfants d'Ilúvatar qui ne se lassent pas d'écouter les voix de la Mer sans pourtant savoir ce qu'ils cherchent à entendre.

C'est donc vers l'élément liquide que celui des Ainur que les Elfes appellent Ulmo tourna ses pensées, lui qu'Ilúvatar avait plus que tout autre pénétré de sa musique. A l'air et au vent surtout s'attacha Manwë, le plus noble des Ainur. Aulë médita sur la substance de la Terre, lui qu'Ilúvatar n'avait guère moins doté que Melkor en talent et en savoir, mais Aulë trouve sa joie et sa fierté dans l'acte de création et dans le résultat de cette création, non dans sa possession ni dans sa maîtrise. C'est ainsi qu'il donne et ne garde pas par-devers lui, qu'il est libre de tout souci et passe sans cesse à une œuvre nouvelle.

Iluvatar s’adressa à Ulmo et lui dit : « Ne vois-tu pas comment, dans ce petit royaume au plus profond du Temps, Melkor a entrepris la guerre contre ton domaine ? Il a imaginé un froid extrême et cruel sans avoir pu encore détruire la beauté de tes sources, la limpidité de tes lacs. Prends garde à la neige, au travail rusé du givre ! Melkor a prévu chaleurs et fournaises ardentes, sans pourtant éteindre ni taire tout à fait la musique de la mer. Vois plutôt le haute splendeur des nuages et des nuées toujours changeante, écoute la pluie tomber sur la terre ! Ces nuages te rapprochent de Manwë, ton ami, celui que tu aimes. »

Et Ulmo répondit : « En vérité, l’Eau est devenue lus belle encore que n’imaginait mon cœur, mes plus secrètes penséesn’avaient pas rêvé le flocon de neige et ma musique toute entière ignorait le bruit de la pluie. Je vais rejoindre Manwë et jouer avec lui des mélodies qui te réjouiront pour l’éternité ! » Et, depuis toujours, Manwë et Ulmo sont des alliés, en toutes choses ils ont fidèlement servi les buts d'Ilúvatar.

Mais au moment même où parlait Ulmo, alors que les Ainur contemplaient cette vision, elle disparut, retirée de leur vue, et il leur sembla percevoir ce qu'ils n'avaient jusqu'alors connu que par la pensée : l'Obscurité. Or, ils s'étaient épris de la beauté de cette vision, plongés dans le déploiement d'un Monde qui venait à être, leurs esprits en étaient envahis; car l'histoire restait incomplète et les cercles du temps ne s'étaient pas rejoints lorsque la vision leur fut ôtée. Certains disent que la vision s'arrêta avec l'accomplissement de la Domination des Humains et l'effacement des Premiers-Nés, et c'est pourquoi, bien que la Musique enveloppe toutes choses, les Valar n'ont pas vu de leurs yeux les Derniers Temps ni la fin du Monde.

Les Ainur étaient inquiets, mais Ilúvatar leur parla de nouveau: « Je sais que vos esprits désirent que ce que vous avez vu vienne vraiment à être non seulement dans vos pensées, mais comme vous-mêmes existez, et aussi autrement. Alors je dis : Eä ! Que ces choses soient ! Et je répandrai dans le Vide la Flamme Eternelle, et elle sera au cœur du Monde, et le Monde sera, et ceux d’entre vous qui le veulent pourront y descendre. » Et soudain les Ainur virent une lueur lointaine, comme un nuage au cœur de flamme, et ils surent que ce n'était pas seulement une vision, mais qu'Ilúvatar avait créé du nouveau: Eä, le Monde qui Est.

Il advint donc que, parmi les Ainur, certains demeurent encore avec Ilúvatar au-delà des confins du Monde, alors que d'autres, et parmi eux beaucoup des plus grands et des plus admirables, prirent ce que leur avait accordé Ilúvatar et descendirent sur le Monde. Mais à une condition - venue d'Ilúvatar ou peut-être seulement de leur amour: désormais leurs pouvoirs seraient limités au Monde et contenus par lui, et ils y resteraient éternellement, jusqu'à sa fin, de sorte qu'ils en seraient la vie et qu'il serait leur vie même. En suite de quoi ils furent nommés les Valar, les Puissances du Monde.

Quand les Valar pénétrèrent dans Eä, ils furent en même temps surpris et désorientés, car il en était comme si rien encore n'existait de ce qu'ils avaient perçu dans la vision, comme si tout était sur le point d'advenir sans avoir nulle forme, et tout était ténèbres. Car la Grande Musique n'avait été que la naissance et l'épanouissement de l'esprit dans les Espaces Eternels, la Vision elle-même un présage, mais maintenant ils étaient arrivés au commencement du Temps et les Valar surent que le Monde n'avait été qu'Annonce et Prophétie qu'ils devaient désormais accomplir. Alors ils entreprirent d'immenses travaux dans les déserts inexplorés et sans limites, en des époques sans nombre et sans souvenirs, jusqu'au moment où, dans les profondeurs du Temps, au sein des grands espaces d'Eä, advint le moment et le lieu où fut créée la demeure des Enfants d'Ilúvatar. De cette œuvre, Manwë et Aulë et Ulmo firent la plus grande part, mais Melkor aussi était là dès le début qui se mêla de tout, faisant quand il le pouvait selon ses désirs et ses projets; et il alluma de grands feux. Melkor convoitait la Terre, encore jeune et pleine d'ardeur, et il dit aux autres Valar: « Ceci est mon propre royaume, et je le nommerai d’après moi-même ! »

Dans l’esprit d’Iluvatar, Manwë était le frère de Melkor, c’était lui la voix principale du second thème qu’Iluvatar avait opposé aux dissonances de Melkor, et il fit appel à toutes sortes d'esprits grands et moins grands pour qu'ils descendent sur les terres d'Arda pour l'aider dans sa tâche, de peur que Melkor ne retarde à jamais l'accomplissement de son œuvre et que la Terre se flétrisse avant d'avoir fleuri. Et Manwë dit à Melkor: « Tu ne prendras pas ce royaume pour tien, et injustement, car beaucoup d’autres n’y ont pas moins travaillé que toi. » Alors ce fut la discorde entre Melkor et les autres Valar, Melkor se retira, gagna d'autres régions et fit là-bas ce qu'il voulut, mais ne chassa pas de son cœur le désir qu'il avait du Royaume d'Arda.

Les Valar se mirent à prendre forme et couleur, et comme c'était l'amour des Enfants d'Ilúvatar qui les avait fait venir dans ce monde, et l'espoir qu'ils avaient d'eux, ils prirent la forme qu'ils avaient entrevue dans la Vision d'Ilúvatar, hormis la splendeur et la majesté. D'autant que cette forme venait de la connaissance qu'ils avaient du Monde visible, plutôt que du Monde lui-même, et ils n'en avaient pas besoin, sinon comme nous-mêmes d'un vêtement, alors que nous pouvons aller nus sans rien perdre de notre substance. Ainsi les Valar peuvent marcher, s'ils le veulent, dénudés, et les Eldar eux-mêmes ne peuvent les percevoir clairement. Quand ils préfèrent se vêtir, les Valar prennent qui une forme mâle, qui une forme femelle, car les différences de tempérament qu'ils avaient depuis toujours et qui s'incarnaient dans ce choix ne venaient pas de leur volonté, pas plus que, chez nous, mâles et femelles ne sont déterminés par leur vêture, à laquelle pourtant on les reconnaît. Les formes dont se parent les Puissants ne ressemblent pas toujours à celles des rois et des reines des Enfants d'Ilúvatar, car parfois ils peuvent n'être vêtus que de leur propre esprit, rendu sensible sous l'espèce d'une imposante majesté.

Les Valar firent venir à eux de nombreux compagnons, de même rang qu'eux ou de moindre stature, et ensemble ils œuvrèrent à ordonner la Terre et à calmer ses agitations. Alors Melkor vit ce qui avait été fait : les Valar parcouraient la Terre comme des puissances visibles, vêtues des vêtements du Monde, aimables à voir, et resplendissantes, et bienheureuses. Il vit que la Terre devenait le jardin de leurs plaisirs, car ses tempêtes étaient désormais apaisées. Son envie n'en fut que plus forte, et lui aussi prit une apparence visible, mais son humeur et la malveillance qui le dévorait étaient telles que cette forme était sombre et terrible. Il descendit sur Arda, plus fort et plus majestueux qu'aucun autre Valar, telle une montagne qui s'élève sur l'océan pour dresser sa tête au-dessus des nuages, couverte de glace et couronnée de flammes et de nuées, et dans les yeux de Melkor il y avait comme une flamme dont la chaleur foudroie, dont le froid est mortel.

Ainsi commença la première bataille entre Melkor et les Valar pour la domination d'Arda. De ces tumultes, les Elfes n'eurent guère à en connaître. Ce qui en est raconté ici vient des Valar eux-mêmes, avec qui les Eldalië conversèrent au pays de Valinor, et qui en furent instruits, mais les Valar ne dirent jamais que peu de choses sur les guerres d'avant la venue des Elfes. Pourtant, on raconte parmi les Eldar que les Valar continuèrent, malgré la présence de Melkor, à gouverner la Terre et à la préparer pour la venue des Premiers-Nés. Ils édifiaient des terres et Melkor les détruisait, ils creusaient des vallées et Melkor les comblait, ils élevaient des montagnes et Melkor les abattait, ils faisaient le lit des océans et Melkor les dispersait. Rien ne pouvait trouver la paix ni croître dans la durée car, aussi sûrement que les Valar entreprenaient une tâche, Melkor venait la détruire ou la corrompre. Pourtant leurs travaux ne furent pas vains: si aucun endroit, aucune œuvre ne vit s'accomplir entièrement leurs intentions ou leur volonté, si tout prit des formes et des couleurs autres que celles que les Valar avaient d'abord imaginées, la Terre néanmoins prit forme et consistance. Or donc, la demeure des Enfants d'Ilúvatar fut enfin établie dans les Abîmes du Temps, parmi les étoiles innombrables.

N. (hu hu hu)
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Senseï-Administratrice
Senseï-Administratrice
avatar

Nombre de messages : 5083
Age : 40
Localisation : sur le wired
Humeur : CHIEUSE...
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 14:59

L'est mignon, le balrog, quand il s'énerve...

_________________
Choose Life!
Tuplette.I love Wall.E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/Cho-sanNieA/
Gothmog
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 15:30

Et vouiiiiii...
N.
Revenir en haut Aller en bas
Galathilion
Colonel sous la table
Colonel sous la table
avatar

Nombre de messages : 188
Age : 29
Localisation : Ais de Provença, Prouvènço, Occitania
Humeur : Content
Date d'inscription : 31/05/2005

MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 16:11

J'adore ton résumé du Silmarillion ! Un peu long certes, mais tellement bien orthographié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gothmog
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 16:18

Il s'agit de l'Ainulindalë, Galath... C'est juste la création d'Arda. L'Histoire commence après!
N. :op
Revenir en haut Aller en bas
Galathilion
Colonel sous la table
Colonel sous la table
avatar

Nombre de messages : 188
Age : 29
Localisation : Ais de Provença, Prouvènço, Occitania
Humeur : Content
Date d'inscription : 31/05/2005

MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 16:21

Exat ! J'avais mal lu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gothmog
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 16:25

Tiens, voilà un autre moment de bravoure linguistique dont j'adore la sonorité gaelique :


A Elbereth Gilthoniel
silivren penna miriel
O menel aglar elenath !
Na-chaered palan-diriel
O galadhremmin ennorath,
Fanuilos, le linnathon
nef aear, si nef aearon !


Ô Elbereth qui illumine les étoiles
Dont le scintillement blanc étincelle comme des joyaux
Et fait décliner depuis [le] firmament [l’]éclat [de] la foule des étoiles !
Ayant contemplé de loin de grandes distances,
Depuis [les] terres du milieu émaillées d’arbres,
Fanuilos, pour toi je chanterai
De ce côté de l'Océan, ici de ce côté du Grand Océan !

N.
Revenir en haut Aller en bas
Galathilion
Colonel sous la table
Colonel sous la table
avatar

Nombre de messages : 188
Age : 29
Localisation : Ais de Provença, Prouvènço, Occitania
Humeur : Content
Date d'inscription : 31/05/2005

MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 16:30

Ok, Arwen dans la Communautée de l'Anneau ! Pas besoin de l'avoir traduit j'avais comprit ! Enfin je pense pas pour les autres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gothmog
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 16:36

Si tu captes l'elfique, je ne doutes pas une seconde qu'un langue réelle t'échappe.

THE AMBARKANTA
" Of the Fashion of the World "

About all the World are the Ilurambar, or Walls of the World. They are as ice and glass and steel , being above all imagination of the Children of Earth cold , transparent , and hard. They cannot be seen , nor can they passed , save by the Door of Night.
Within these walls the Earth is globed : above , below , and upon all sides is Vaiya , the Enfolding Ocean. But this is more like to sea below the Earth and more like to air above the Earth. In Vaiya below the Earth dwells Ulmo . Above the Earth lies the Air , which is called Vista , and sustains birds and clouds . Therefore it is called above Fanyamar , or Cloudhome ; and below Aiwenorë or Bird-land . But this air lies only upon Middle-earth and the Inner Seas , and its proper bounds are the Mountains of Valinor in the West and the Walls of the Sun in the East . Therefore clouds come seldom in Valinor, and the mortal birds pass not beyond the peaks of its mountains . But in the North and South , where there is most cold and darkness and Middle-earth extends nigh to the Walls of the World , Vaiya and Vista and Ilmen flow together and are confounded .
Ilmen is that air that is clear and pure being pervaded by light though it gives no light . Ilmen lies above Vista , and is not great in depth , but is deepest in the West and East , and least in the North and South . In Valinor the air is Ilmen , but Vista flows in at times especially in Elvenhome , part of which is at the eastern feet of the Mountains ; and if Valinor is darkened and this air is not cleansed by the light of the Blessed Realm , it takes the form of shadows and grey mists . But Ilmen and Vista will mingle being of like nature , but Ilmen is breathed by the Gods , and purified by the passage of the luminaries; for in Ilmen Varda ordained the courses of the stars , and later of the Moon and Sun .
From Vista there is no outlet nor escape save for the servants of Manwë , or for such as he gives powers like to those of his people , that can sustain themselves in Ilmen or even in the upper Vaiya , which is very thin and cold . From Vista one may descend upon the Earth . From Ilmen one may descend into Valinor . Now the land of Valinor extends almost to Vaiya , which is most narrow in the West and East of the World , but deepest in the North and South . The Western shores of Valinor are therefore not far from the Walls of the World . Yet there is a chasm which sunders Valinor from Vaiya , and it is filled whith Ilmen above the earth to the lower regions , and to the Earthroots , and the caves and grottoes that are at the foundations of the lands and seas . There is Ulmo's abiding-place . Thence are derived the waters of Middle-earth . For these waters are compounded of Ilmen and Vaiya and Ambar ( which is Earth ) , since Ulmo blends Ilmen and Vaiya and sends them up through the veins of the World to cleanse and refresh the seas and rivers , the lakes and the fountains of Earth . And running water thus possesses the memory of the deeps and the heights , and holds somewhat of the wisdom and music of Ulmo , and the light of the luminaries of heaven .
In the regions of Ulmo the stars are sometimes hidden , and there the Moon often wanders and is not seen from Middle-earth . But the Sun does not tarry there . She passes under the earth in haste , lest night be prolonged and evil strengthened ; and she is drawn trough the nether Vaiya by the servants of Ulmo , and it is warmed and filled whith life . Thus days are measured by the courses of the Sun , which sails from East to West through the lower Ilmen , blotting out the stars ; and she passes over the midst of Middle-earth and halts not , and she bends her course northward or southward , not waywardly but in due procession and season . And when she rises above the Walls of the Sun it is Dawn , and when she sinks behind the Mountains of Valinor it is evening .
But days are otherwise in Valinor than in Middle-earth . For there the time of greatest light is Evening . Then the Sun comes down and rests for a while in the Blessed Land , lying upon the bosom of Vaiya . And when she sinks into Vaiya it is made hot and glows with rosecoloured fire , and this for a long while illumines that land . But as she passes toward the East the glow fades , and Valinor is robbed of light , and is lit only with stars ; and the Gods mourn then most for the death of Laurelin . At dawn the dark is deep in Valinor , and the shadows of their mountains lie heavy on the mansions of the Gods . But the Moon does not tarry in Valinor , and passeth swiftly o'er it to plunge in the chasm of Ilmen , for he pursues ever after the Sun , and overtakes her seldom , and then is consumed and darkened in her flame . But it happens at times that he comes above Valinor ere the Sun has left it , and then he descends and meets his beloved , and Valinor is filled whith mingled light as of silver and gold ; and the Gods smile remembering the mingling of Laurelin and Silpion long ago .

The Land of Valinor slopes downward from the feet of the Mountains , and its western shore is at the level of the bottoms of the inner seas . And not far thence , as has been said , are the Walls of the World ; and over against the westernmost shore in the midst of Valinor is Ando Lomen the Door of Timeless Night that pierceth the Walls and opens upon the Void . For the World is set amid Kuma , the Void , the Night without form or time . But none can pass the chasm and the belt of Vaiya and come to that Door , save the great Valar only . And they made that Door when Melko was overcome and put forth into the Outer Dark ; and it is guarded by Eärendel .

The Middle-earth lies amidst the World , and is made of land and water ; and its surface is the centre of the world from the confines of the upper Vaiya to the confines of the nether . Of old its fashion was thus . It was highest in the middle , and fell away on either side into vast valleys , but rose again in the East and West and again fell away to the chasm at its edges . And the two valleys were filled with the primeval water , and the shores of these ancient seas were in the West the western highlands and the edge of the great land upon the other side . But at the North and South it did not fall away , and one could go by land from the uttermost South and the chasm of Ilmen . The ancient seas lay therefore in troughs , and their waters spilled not to the East or to the West ; but they had no shores either at the North or at the South , and they spilled into the chasm , and their waterfalls became ice and bridges of ice because of the cold ; so that the chasm of Ilmen was here closed and bridged , and the ice reached out into Vaiya , and even unto the Walls of the World .

Now it is said that the Valar coming into the World descended first upon Middle-earth at its centre , save Melko who descended in the furthest North . But the Valar took a portion of land and made an island and hallowed it , and set it in the Western Sea and abode upon it , while they were busied in the exploration and first ordering of the World . As is told they desired to make lamps , and Melko offered to devise a new substance of great strengh and beauty to be their pillars . And he set up these great pillars north and south of the Earth's middle yet nearer to it than the chasm ; and the Gods placed lamps upon them and the Earth had light for a while .
But the pillars were made with deceit , being wrought of ice ; and they melted , and the lamps fell in ruin , and their light was spilled . But the melting of the ice made two small inland seas , north and south of the middle of Earth , and there was a northern land and a middle land and a southern land . Then the Valar removed into the West and forsook the island ; and upon the highland at the western side of the West Sea they piled great mountains , and behind them made the lanf of Valinor . But the mountains of Valinor curve backward , and Valinor is broadest in the middle of Earth , where the mountains march beside the sea ; and at the north and south the mountains come even to the chasm . There are those two regions of the Western Land which are not of Middle-earth and are yet outside the moutains : they are dark and empty . That to the North is Eruman, and that to the South is Arvalin ; and there is only a narrow strait between them and the corners of Middle-earth , but these straits are filled with ice .
For their further protection the Valar thrust away Middle-earth at the centre and crowded it eastward , so that it was bended , and the great sea of the West is very wide in the middle , the widest of all waters of the Earth . The shape of the Earth in the East was much like that in the West , save for the narrowing of the Eastern Sea , and the thrusting of the land thither . And beyond the Eastern Sea lies the Eastern Land , of wich we know little , and call it the Land of the Sun ; and it has mountains , less great than those of Valinor , yet very great , wich are the Walls of the Sun . By reason of the falling of the land these mountains cannot be descried , save by highflying birds , across the seas wich divide them from the shores of Middle-earth .
And the thrusting aside of the land caused also mountains to appear in four ranges , two in the Northland , and two in the Southland ; and those in the North were the Blues Mountains in the West side , and the Red Mountains in the East side ; and in the South were the Grey Mountains and the Yellow . But Melko fortified the North and built there the Northern Towers , which are also called the Iron Mountains , and they look southward . And in the middle land there were the Mountains of the Wind , for a wind blew strongly there coming from the East before the Sun ; and Hildorien the land where Men first awoke lay between these mountains and the Eastern Sea . But Cuivienen where Oromë found the Elves is to the North beside the waters of Helkar .

But the symmetry of the ancient Earth was changed and broken in the first Battle of the Gods , when Valinor went out against Utumno , which was Melko's stronghold , and Melko was chained . Then the sea of Helcar ( which was the northern lamp ) became an inland sea or great lake , but the sea of Ringil ( which was the southern lamp ) became a great sea flowing north-eastward and joining by straits both the Western and Eastern Seas.
And the Earth was again broken in the second battle , when Melko was again overthrown , and it has changed ever in the wearing and passing of many ages. But the greatest change took place , when the First Design was destroyed , and the Earth was rounded , and severed from Valinor. This befell in the days of the assault of the Numenoreans upon the land of the Gods , as is told in the Histories . And since that time the world has forgotten the things that were befor , and the names and the memory of the lands and waters of old has perished.
N.
Revenir en haut Aller en bas
Galathilion
Colonel sous la table
Colonel sous la table
avatar

Nombre de messages : 188
Age : 29
Localisation : Ais de Provença, Prouvènço, Occitania
Humeur : Content
Date d'inscription : 31/05/2005

MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 16:46

Je capte l'Elfique certes ! Mais l'Anglais je le comprend qu'a moitié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gothmog
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 17:00

Rhââââ! T'es à moitié lourd, hein?
Bon, autre chose alors (et trouves vite un traducteur) qui devrait te plaire:


L’épilogue du Seigneur des Anneaux

Sam a conduit Frodon jusqu’aux Havres Gris. Il est resté sur le quai tandis que son maître s’embarquait pour l’Ouest avec Bilbon, Gandalf, Elrond et Galadriel. Puis il a regagné la Comté où l’attendaient sa femme et son premier enfant :

Rose l’entraîna à l’intérieur, l’installa dans son fauteuil et lui mit la petite Elanore sur les genoux.
« Il respira profondément. Eh bien, me voici de retour, dit-il. »


Le Seigneur des Anneaux s’achève sur ces mots. Tolkien pourtant a rédigé un épilogue qui se déroule quatorze ans plus tard. Bien que maintes fois remanié, ce texte n’a finalement pas été retenu dans la version finale. Le voici.

***

Un soir du mois de mars 1436, Maître Samsagace Gamegie se trouvait dans son bureau à Cul-de-Sac. Il était assis à la vieille table de travail bien usée et, s’accordant de fréquentes périodes de réflexion, couvrait des feuilles volantes de sa lente écriture ronde. Sur un lutrin à hauteur de sa taille reposait un grand livre rouge manuscrit.
Peu de temps auparavant, il en avait lu des passages à voix haute à sa famille. Car ce jour était un jour particulier : l’anniversaire de sa fille Elanore. Ce soir-là, avant le dîner, il avait enfin terminé le Livre. La lente progression le long de ses nombreux chapitres, même avec les omissions qu’il avait trouvées judicieuses, avait pris des mois, car il ne l’avait lu à voix haute que les grands jours. A la lecture d’anniversaire, outre Elanore, étaient présents le petit Frodon, la petite Rosie, et les jeunes Merry et Pippin ; mais les autres enfants n’y avaient pas assisté. Le Livre Rouge n’était pas encore pour eux, et ils étaient au lit bien tranquilles. Tête d’Or n’avait que cinq ans ; car Frodon s’était légèrement trompé dans sa prédiction : elle était venue après Pippin. Mais elle n’était pas la dernière de la lignée, car Samsagace et Rose semblaient bien partis pour rivaliser avec le vieux Géronte Touque pour le nombre d’enfants, avec autant de succès que Bilbo pour celui des années. Il y avait le petit Ham, et Daisy, et Primevère, toujours dans son berceau.
A présent, Sam savourait « un peu de tranquillité ». Le dîner était terminé. Seule Elanore restait avec lui, toujours éveillée parce que c’était son anniversaire. Elle s’assit sans bruit, regardant fixement le feu et jetant de temps à autre un coup d’œil à son père. C’était une belle fille, plus blanche de peau que la plupart des jeunes hobbites, et plus mince, et les lueurs du feu étincelaient dans sa chevelure d’or rouge. Elle avait reçu par don, sinon par héritage, un souvenir de la grâce des Elfes.
« Que fais-tu cher papa-Sam ? dit-elle enfin. Tu as dit que tu allais te reposer, et j’espérais que tu me parlerais.
_Juste un moment, Elanorellë, dit Sam alors qu’elle venait passer les bras autour de son cou, regardant par dessus son épaule.
_Cela ressemble à des Questions et des Réponses, remarqua-t-elle.
_Et c’est bien le cas, répondit Sam. M. Frodon m’a laissé les dernières pages du Livre, mais je n’ai encore jamais osé m’y mettre. Je suis toujours en train de prendre des notes, comme aurait dit le vieux M. Bilbon. Il y a ici toutes les nombreuses questions que Maman Rose, les enfants et toi avez posées ; et je rédige les réponses quand je les connais. La plupart des questions sont de toi, parce que tu es la seule à avoir entendu le Livre en entier plus d’une fois.
_Trois fois, » dit Elanore, en regardant la page écrite avec soin qui reposait sous la main de Sam.


Q Nains, & Co. Le petit Frodon dit que c’est eux qu’il préfère. Qu’est-il arrivé à Gimli ? Les Mines de la Moria ont-elles été réouvertes ? Reste-t-il encore des Orcs ?
R Gimli : il est revenu travailler pour le Roi, comme il l’avait dit. Il a ramené du Nord une grande partie de son peuple, et ils ont travaillé si longtemps en Gondor qu’ils s’y sont habitués et se sont installés là, dans les Montagnes Blanches, non loin de la Ville. Gimli se rend une fois par ans aux Cavernes Scintillantes. Comment je le sais ? Informations de M. Peregrïn, qui retourne souvent à Minas Tirith, où il est très bien considéré.
Moria : je n’ai aucune nouvelle. Peut-être la prédiction sur Durïn n’est-elle pas pour notre époque. Les lieux sombres ont encore besoin d’un bon nettoyage. Je crois cependant qu’il faudra beaucoup de peine et d’audace pour déloger les créatures mauvaises des salles de la Moria. Car il reste certainement beaucoup d’Orcs dans de tels endroits. Il n’y a guère de chance que nous arrivions jamais à nous débarrasser d’eux complètement.


Q Legolas. Est-il retourné chez le Roi ? Restera-t-il là-bas ?
R Oui, il y est retourné. Il est venu dans le sud avec Gimli, et a ramené beaucoup de ces gens de Vertbois-le-Grand (ainsi appellent-ils à présent la Forêt Noire). Ils disent que c’était merveille de voir ces compagnies de Nains et d’Elfes voyageant ensemble. Les Elfes ont rendu la Ville, et la terre où vit le Prince Faramir, plus splendides que jamais. Oui, Legolas restera là-bas, au moins aussi longtemps que Gimli ; mais je pense qu’il ira un jour vers la Mer. M. Meriadoc m’a raconté tout ceci car il est allé rendre visite à Dame Éowyn dans sa maison blanche.

Q Chevaux. Merry s’y intéresse énormément ; très anxieux à cause d’un poney qui lui appartient. Combien de chevaux les Cavaliers ont-ils perdus durant les combats, et en ont-ils d’autres à présent ? Qu’est-il arrivé au cheval de Legolas ? Qu’a fait Gandalf de Gripoil ?
R Gripoil est allé sur le Bateau Blanc avec Gandalf, bien sûr. J’ai vu cela de mes yeux. J’ai également vu Legolas laisser son cheval s’en aller librement d’Isengard vers Rohan. M. Meriadoc dit qu’il ne sait pas combien de chevaux furent perdu ; mais à présent, il y en a plus que jamais en Rohan, car nul ne les vole plus. Les Cavaliers ont aussi beaucoup de poneys, particulièrement dans le Harrowdale : des blancs, des marron, des gris. L’année prochaine, lorsqu’il reviendra des terres du Roi Eomer, il a l’intention d’en ramener un pour son homonyme.

Q Ents. Elanore aimerait en savoir davantage à leur propos. Qu’a vu Legolas à Fangorn ? Et revoit-il encore Sylvebarbe ? La petite Rosie s’inquiète beaucoup des Ents-femmes. Elle les cherche chaque fois qu’elle va dans un bois. Les découvrira-t-on jamais ? Elle aimerait que cela arrive.
R Legolas et Gimli n’ont pas raconté ce qu’ils ont vu, à ce qu’on m’a dit. Je n’ai entendu parler de personne qui ait vu un Ent depuis cette époque. Les Ents sont très secrets, et ils n’aiment pas trop les gens, grands ou petits. Je voudrais moi aussi qu’on retrouve leurs femmes ; mais je crains que le problème ne soit trop ancien et trop profond pour que les gens de la Comté puissent y remédier. Je pense que les Ents-femmes ne veulent peut-être pas qu’on les trouve ; et peut-être les Ents sont-ils à présent fatigués de chercher.

« Eh bien, ma chérie, dit Sam, cette première page n’est que le travail d’aujourd’hui .» Il soupira. «Elle n’est pas assez bien pour entrer dans le Livre telle quelle. Ça ne ressemble pas beaucoup à l’histoire comme l’a écrite M. Frodon. Mais il me faudra bien faire un chapître ou deux dans le style qui convient, d’une manière ou d’une autre. M. Meriadoc pourrait m’aider. Il est habile lorsqu’il s’agit d’écrire , et il est en train de faire un livre splendide entièrement sur les plantes.
_N’écris plus ce soir. Parle-moi, papa-Sam ! » dit Elanore, et elle l’entraîna dans un siège près du feu.
« Dis-moi, répéta-t-elle, tandis qu’ils s’asseyaient l’un près de l’autre dans la douce lumière dorée qui éclairait leurs visages, parle-moi de Lòrien. Est-ce que ma fleur y pousse toujours, papa-Sam ?
_ Eh bien, ma chérie, Celeborn vit toujours là-bas parmi ses arbres et ses Elfes, et je ne doute pas que ta fleur y pousse encore. Quoique, maintenant que je t’ai pour te regarder, je ne m’en préoccupe plus autant.
_Mais je ne veux pas me regarder, papa-Sam. Je veux regarder d’autres choses. Je veux voir la colline d’Amroth où le Roi a rencontré Arwen, et les arbres d’argent, et le petit niphredil blanc, et l’elanor dorée dans l’herbe qui est toujours verte. Et je veux entendre chanter les Elfes.
_ Alors tu les entendras peut-être un jour, Elanore. Je disais la même chose quand j’avais ton âge, et longtemps après, et il semblait n’y avoir aucun espoir. Et malgré tout, je les ai vus, et entendus.
_ J’avais peur qu’ils ne prennent tous la mer, papa-Sam. Car alors, il n’en resterait bientôt plus ici ; et alors, il n’y aurait plus que des endroits viles, et...
_ Et quoi, Elanorellë ?
_ Et la lumière s’affaiblirait.
_ Je sais, dit Sam. La lumière faiblit, Elanorellë . Mais elle ne disparaîtra pas encore. Je pense maintenant qu’elle ne disparaîtra jamais tout à fait, depuis que je t’en ai parlé. Car il me semble à présent que les gens peuvent se la rappeler, même s’ils ne l’ont jamais vue. Et pourtant, soupira-t-il, même ainsi, ce n’est pas pareil que de la voir vraiment, comme je l’ai fait.
_ Comme faire réellement partie d’une histoire ? demanda Elanore. Une histoire, ce n’est pas pareil, même quand elle raconte ce qui est arrivé. J’aimerais pouvoir revenir au bon vieux temps !
_ Les gens comme nous le souhaitent souvent, dit Sam. Tu es née à la fin d’un grand Age, Elanorellë ; mais, bien qu’il soit terminé, les choses ne s’achèvent pas aussi brutalement, comme on dit. C’est plutôt comme un crépuscule d’hiver. Les Hauts Elfes sont presque tous partis avec Elrond, maintenant. Mais pas vraiment tous ; et ceux qui ne l’ont pas suivi attendront encore un moment. Et les autres, ceux qui appartiennent à cette terre, resteront même plus longtemps. Tu as encore des choses à voir, et peut-être les verras-tu plus tôt que tu ne l’espères. »

[à suivre]
N.
Revenir en haut Aller en bas
Gothmog
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 17:00

[suite]

Elanore resta un instant silencieuse avant de reprendre la parole. « Au début, je n’ai pas compris ce que voulait Celeborn quand il a fait ses adieux au Roi. Mais je crois que je comprends maintenant. Il savait que Dame Arwen resterait, mais que Galadriel le quitterait. Je pense que c’était très triste pour lui. Et pour toi, cher papa-Sam. » Sa main tâtonna à la recherche de la patte brune de Sam, qui serra ses doigts fins. « Car ton trésor est parti lui aussi. Je suis heureuse que Frodon de l’Anneau m’ait vue, mais j’aimerais pouvoir me rappeler l’avoir vu.
_ C’était triste, Elanorellë, dit Sam, embrassant ses cheveux. Ça l’était, mais ce ne l’est plus désormais. Pourquoi ? Et bien, d’une part, M. Frodon est parti là où la lumière elfique ne faiblit pas ; et il a mérité sa récompense. Mais j’ai eu la mienne également. J’ai reçu de grands trésors. Je suis un hobbit très riche. Et il y a une autre raison que je te chuchoterai, un secret que je n’ai jamais dit à quiconque auparavant, ni encore inscrit dans le Livre. Avant de partir, M. Frodon a dit que mon heure pourrait venir. Je peux attendre. Je crois que, peut-être, nous ne nous sommes pas dit adieu pour de bon. Mais je peux attendre. J’ai au moins appris ça des Elfes, en tout cas. Le temps, ça ne les tracasse pas. Ainsi, je pense que Celeborn est toujours heureux parmi ses arbres, d’une façon elfique. Son heure n’est pas venue, et il n’est pas encore fatigué de son pays. Quand il le sera, il pourra s’en aller.
_ Et quand tu seras fatigué, tu partiras, papa-Sam. Tu partiras aux Havres avec les Elfes. Alors, je partirai avec toi. Je ne me séparerai pas de toi, comme Arwen a quitté Elrond.
_ Peut-être, peut-être, dit Sam en l’embrassant doucement. Et peut-être pas. Le choix de Lúthien et d’Arwen, ou quelque chose d’approchant se présente à beaucoup ; et il n’est pas sage de prendre sa décision avant l’heure.
« Et maintenant, ma petite chérie, je pense qu’il est tant de se mettre au lit, même pour une demoiselle de quinze printemps. Et j’ai quelque chose à dire à maman-Rose. »

Elanore se leva et passa la main dans ma chevelure brune et frisé de Sam, déjà mouchetée de gris. « Bonne nuit, papa-Sam. Mais...
_ Je ne veux pas de bonne nuit, mais, dit Sam.
_ Mais ne veux-tu pas me la montrer d’abord ? C’est ce que j’allais dire.
_ Te montrer quoi, chérie ?
_ La lettre du Roi, bien sûr. Tu l’as reçue il y a plus d’une semaine à présent. »
Sam s’assit. « Bonté divine ! Dit-il. Comme les histoires se répètent ! On vous rend la monnaie de votre pièce, et tout ça. Comme nous avons espionné le pauvre monsieur Frodon ! Et maintenant, les nôtres nous espionnent, sans intentions plus mauvaises que celles que nous avions, j’espère. Mais comment es-tu au courant ?
_Il n’y avait pas besoin d’espionner, dit Elanore. Si tu voulais la garder secrète, tu n’as pas été assez prudent. Elle est arrivée par le courrier du Quartier du Sud, tôt mercredi de la semaine dernière. Je t’ai vu la rapporter. Toute enveloppée de soie blanche et scellée de grands cachets noirs : il suffisait d’avoir entendu le Livre pour deviner immédiatement qu’elle venait du Roi. Est-ce de bonnes nouvelles ? Ne veux-tu pas me la montrer, papa-Sam ?
_ Eh bien, puisque tu en sais tant, il vaut mieux que tu apprennes le reste, dit Sam. Mais pas de conspiration, désormais. Si je te la montre, tu passes du côté des adultes et tu dois jouer le jeu. Je le dirais aux autres en tant utile. Le Roi arrive.
_ Il vient ici ? s’écria Elanore. A Cul-de-Sac ?
_ Non, chérie, dit Sam. Mais il revient dans le nord, ce qu’il n’a pas fait depuis que tu étais petiote. Mais maintenant sa maison est prête. Il n’ira pas dans la Comté, parce qu’il a ordonné que le pays soit fermé aux Grands Gens, et qu’aucun d’entre eux n’y pénètre après ces bandits ; et il ne dérogera pas à sa propre règle. Mais il chevauchera jusqu’au Pont. Et il a envoyé une invitation très spéciale pour chacun de nous, à chacun par son nom. »
Sam alla à un tiroir, le déverrouilla, en tira un rouleau dont il fit glisser l’étui. Le parchemin était écrit sur deux colonnes avec de belles lettres argentées sur fond noir. Il le déroula et posa une bougie à côté sur le bureau, afin qu’Elanore puisse le voir.
« Comme c’est beau ! s’écria-t-elle. Je peux lire le Langage Ordinaire, mais que dit l’autre côté ? Je crois que c’est de l’Elfique, mais tu m’en as encore appris si peu de mots.
_ Oui, c’est écrit dans un genre d’Elfique qu’utilisent les Grandes Gens de Gondor, confirma Sam. Je l’ai déchiffrée, assez au moins pour être sûr qu’il dit en gros la même chose, sauf qu’il traduit tout nos noms en Elfique. Le tien est le même des deux côté, Elanore, parce que ton nom est elfique. Mais Frodon devient Iorhael, et Rose devient Meril, et Merry devient Gelir, et Pippin devient Cordof, et Tête d’Or devient Glorfinniel, et Hamfast devient Baravorn, et Daisy devient Eirien. Et maintenant, tu sais.
_Comme c’est merveilleux, dit-elle. A présent nous avons tous des noms elfiques. Quelle splendide fin d’anniversaire ! Mais quel est ton nom, papa-Sam ? Tu ne l’as pas mentionné.
_ Eh bien, il est assez particulier, dit Sam. Car dans le texte elfique, si tu dois savoir, le Roi dit : « Maître Perhael qui doit être appelé Panthael. » Et cela signifie : Samsagace qui devrait être appelé Très-sagace. Alors, à présent, tu n’ignores plus ce que le Roi pense de ton vieux père.
_ Je n’en pense pas moins, papa-Sam, très cher Perhael-adar, dit Elanore. Mais c’est écrit le deux avril, dans seulement une semaine ! quand partirons-nous ? Nous devrions nous préparer. Que porterons-nous ?
_Tu dois demander tout ça à Maman Rose, dit Sam. Mais nous nous sommes préparés. Nous en avons été avertis il y a longtemps ; et si nous n’avons rien dit, c’est seulement parce que nous ne voulions pas que vous en perdiez le sommeil, pas déjà. Il faut que vous soyez tous à votre avantage. Vous aurez tous de beaux vêtements, et nous irons tous en calèche.
_Devrais-je faire trois révérences, ou seulement une ? demanda Elanore.
Une seule suffira, une pour le Roi, et une pour la Reine, dit Sam. Car, bien qu’il ne le dise pas dans la lettre, Elanorellë, je pense que la Reine sera là. Et quant tu l’auras vue, ma chérie, tu sauras à quoi ressemble une princesse elfe, sauf qu’aucune autre n’est aussi belle. Et ce n’est pas tout. Car je serais surpris si le Roi ne nous invite pas dans sa grande maison du Lac Evendim. Et il y aura Elladan et Elrohir, qui vivent toujours à Fondcombe - et avec eux, des Elfes, Ellanorellë, et ils chanteront au bord de l’eau dans le crépuscule. C’est pourquoi j’ai dit que tu pourrais les voir plus tôt que tu ne le supposais. »
Elanore ne dit rien, mais resta à regarder le feu, et ses yeux brillaient comme des étoiles. Enfin, elle soupira et remua. « Combien de temps resterons-nous ? demanda-t-elle. Je suppose que nous devrons revenir ?
_Oui, et nous le voudrons, d’une certaine manière, dit Sam. Mais nous pourrons rester jusqu’à la récolte du foin, pour laquelle je dois être de retour ici. Bonne nuit Ellanorellë. Dors maintenant jusqu’au lever du soleil. Tu n’auras pas besoin de rêves.
_Bonne nuit, papa-Sam. Et ne travaille plus. Car je sais à quoi ton chapître devrait ressembler. Ecris ce dont nous avons parlé ensemble - mais pas cette nuit. » Elle l’embrassa et quitta la pièce ; et il parut à Sam que le feu baissait au moment de son départ.
Les étoiles brillaient dans un ciel noir dégagé. C’était le deuxième jour de la courte période lumineuse et sans nuages que traversait régulièrement la Comté vers la fin du mois de mars, et qui était tous les ans accueillie et louée comme quelque chose de surprenant pour la saison. Tous les enfants étaient couchés, à présent. Il était tard, mais çà et là, des lumières miroitaient dans Hobbitebourg, et aux fenêtres de maisons éparpillées dans la campagne que recouvrait la nuit.
Maître Samsagace se tenait à la porte et regardait au loin vers l’Est. Il attira contre lui Madame Rose et l’entoura de son bras.
« Le vingt-cinq mars ! dit-il. Ce même jour, il y a dix-sept ans, Rose ma mie, je ne pensais pas que je te reverrais. Mais je continuais à espérer.
_Je n’ai jamais espéré, Sam, dit-elle, pas jusqu’à ce jour précis ; et soudain, l’espoir était là. C’était vers midi, et je me suis sentie si joyeuse que j’ai commencé à chanter. Et ma mère a dit : « Silence, jeune fille, il y a des bandits dans le coin. » Et j’ai dit : « Laisse-les venir ! Leur temps sera bientôt fini. Sam revient. » Et tu es revenu.
_Je suis revenu , dit Sam. Vers l’endroit que j’aime le plus au monde. Vers ma Rose et mon jardin. »
Ils rentrèrent, et Sam ferma la porte. Mais, à ce moment précis, il entendit soudain, profond et ininterrompu, le soupir et le murmure de la Mer sur les rivages de la Terre du Milieu.

.J.R.R.Tolkien.
Revenir en haut Aller en bas
Gothmog
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 17:01

Et si ça intéresse quelqu'un j'ai la version originale qui est évidemment plus belle que ma traduction. Je ne suis pas Shakespeare!
N.
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Senseï-Administratrice
Senseï-Administratrice
avatar

Nombre de messages : 5083
Age : 40
Localisation : sur le wired
Humeur : CHIEUSE...
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   Mar 14 Juin - 17:03

Gothmog a écrit:
[color=darkblue]Rhââââ! T'es à moitié lourd, hein?

Ouhlà, tu sais pas à quel point des fois... hum.

Enfin, ceci dit, merci Nico de nous faire partager le SdA... même si nombre d'entre nous connaissais déjà la subtantifique moëlle que tu nous offre 😉 d'autres, éloignés d'AOL, n'avaient pas encore eu l'occasion de profiter de ce partage :ohayo:

_________________
Choose Life!
Tuplette.I love Wall.E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/Cho-sanNieA/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Seigneur des Anneaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Seigneur des Anneaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Seigneur des Anneaux à grande échelle
» Le Seigneur des Anneaux (kinder)
» Le Seigneur des anneaux
» Seigneur des Anneaux< Mumakil du Harad
» Faux raccord dans le seigneur des anneaux !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Citadelle :: Archives :: Ecrits et pensées-
Sauter vers: