un forum sur tout et rien, pour enfin croiser nos sujets et nos points de vue
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GalerieGalerie  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La physique des parties cultes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Darth
Colonel sous la table
Colonel sous la table
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 40
Localisation : Là-->O
Humeur : Dans le sombre foncé
Date d'inscription : 16/06/2008

MessageSujet: La physique des parties cultes   Mar 10 Mar - 18:46

Coucou les amis,

Je vais avoir besoin de votre avis précieux.

Je me suis lancé dans l'écriture d'une petite nouvelle.

Je dois bien avouer que je n'ai pas assez de recule pour savoir si je dois continuer, ou si mon style est irrémédiablement lamentable.

J'ai bien essayé de proposer la lecture de ce texte à ma famille, mais malheureusement pour ma famille, tout ce que je fais est génial

C'est bon pour l'égo, pas forcement pour l'objectivité.

Donc, je compte sur votre jugement (sévère) pour me dire si je dois continuer ou abandonné l'idée.

Je vous livre tel quel les pages que j'ai déjà écris (pardonné mon ortho, j'ai pas encore fait de relecture de correction)

__________________________






Chapitre I











Au dessus de
l’atlantique 04:00 PM TU+1









Le ciel noir d’encre, parsemé de millions, de milliard
d’étoiles, était la seule vue qu’avait Milena sur le monde extérieur depuis un
hublot de l’avion long-courrier qui la menait vers son nouvel emploi, vers une
nouvelle vie.





Il lui était déjà arrivé de quitter New York, plusieurs fois
même. Généralement c’était soit pour les vacances soit pour les études. Cette
fois tout était différent, quitter New York pour toujours était bien loin de
l’éloignement temporaire habituel.





Ce matin encore elle était dans sa ville natale. Assise dans
le hall d’entrée du Plazza Hôtel, après avoir passé une merveilleuse nuit dans
la suite-terrasse. Elle n’aurait jamais pu se permettre une telle folie, mais
c’était son futur employeur qui avait payé la note. Un duplexe ou rien ne
manquait. Ni la magnifique vue depuis la terrasse, ni le service, ni même les
salles de bains luxueuses, la literie parfaite, la déco soignée et encore mille
détails qui rendaient cet endroit si agréable. Elle avait passé la soirée à lire un vieux
livre sur le canapé du salon, regardant la cheminée de temps à autre. Quand la
fatigue la vainquit, elle prit l’escalier pour se rendre à l’étage ou se
trouvait la chambre. Avant d’y entrer, elle se dirigea vers la terrasse pour
admirer une dernière fois sa ville, cette ville qui l’avait vu naitre, cette
ville qu’elle aimait tant. Elle finit par retourner à l’intérieur, ouvrit la
porte qui était à sa droite pour pénétrer dans la chambre où elle avait très
envie de dormir. Le très beau lit king sis, bien trop grand pour elle seule,
l’invitait à se glisser entre ses draps. Malgré la fatigue elle traversa le
dressing, ou elle n’avait mis aucun habille - pour une nuit c’était inutile – et
se rendît à la salle de bain ou elle s’offrit une douche rapide avant d’aller
se coucher. Morphée ne mit pas long à l’accompagné dans ses rêves.





Son réveil sonna très tôt. Elle ne désirait pas prendre le
petit-déjeuner à l’hôtel, elle voulait le prendre dans un snack. On lui avait
dit que là où elle se rendait ce genre de cuisine était plutôt rare, alors
l’idée de manger des œufs, du bacon, une montagne de pancake recouverte d’un
délicieux sirop d’érable ne sortit plus de son esprit. Quand elle fut hors de
l’hôtel, elle vit le parc. Elle avait très envie d’aller y faire un tour pour
la dernière fois. Malheureusement, le temps lui manquait et c’était soit la
collation, soit la promenade. Son estomac trancha et décida que la nourriture
était le plus importante.





Elle revint à l’hôtel quarante-cinq minutes plus tard. Elle
savait que ce serait la dernière fois qu’elle parcourait ces rues en tant
qu’habitante de New York. Entré dans le hall elle s’assit en attendant qu’on
lui amène son billet d’avion, ainsi que quelques documents concernant son
travail. Elle ne savait pas à quoi ressemblait cette personne qui avait en sa
possession tout le nécessaire pour son nouveau départ. Elle ne s’en souciait
d’ailleurs pas plus que ça. Trop prise par la nostalgie déjà présente due à son
futur départ.


-Milena Robert, j’ai
vos billets !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.darth.ch
Darth
Colonel sous la table
Colonel sous la table
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 40
Localisation : Là-->O
Humeur : Dans le sombre foncé
Date d'inscription : 16/06/2008

MessageSujet: Re: La physique des parties cultes   Mar 10 Mar - 18:47

La voix qui sorti Milena de sa fameuse nostalgie était
plutôt grave et sévère, en parfaite adéquation avec l’homme au costume sombre,
bien taillé, mais dans un tissu de mauvaise qualité. Le genre de costume que
l’on met uniquement pour le travail. Elle prit les billets sans un mot. Elle se
leva tira sa valise et suivit l’homme qui l’accompagna jusqu'à la très belle et
grande limousine blanche qui l’attendait juste devant les portes du Plazza.





Et maintenant elle était là, dans cet avion volant largement
au-dessus de la couverture nuageuse. Cet endroit du ciel sans turbulence, si
calme qu’en fermant les yeux on pourrait se croire dans un train. Elle avait eu
droit à la classe affaires. C’était la première fois qu’elle voyageait dans
cette catégorie. Le siège inclinable à 180° laissait tant de place que même en
position horizontale une personne pouvait se tenir debout devant sans toucher
le prochain passager. L’écran tactile individuel, le téléphone, internet, ainsi
que tous les branchements nécessaires pour l’ordinateur portable étaient les
petits privilèges qu’elle était si heureuse de découvrir. Sans compter les
possibilités de massage du siège, ainsi qu’un service impeccable. Toujours une
hôtesse, ou un steward pour demander si tout va bien. Et le repas, quel repas
elle avait eu ! Dans de la vraie vaisselle, et non pas des couverts et des
assiettes en plastique. Au choix trois menu. Elle s’était laissé convaincre par
une poêlée de foie gras de canard au vinaigre balsamique avec son toast pour
l’entrée. Le foie était parfait, juste fondant avec ce goût doux qui se marie
si bien au vinaigre. Comme plat principal elle se régala de Caille farcie au cœur de foie gras et jus corsé au miel.
Le gout la transporta. Le dessert fut plus simple, mais ravi ses papilles, elle
aimait tout particulièrement les îles flottantes. Elle n’aimait pas l’alcool,
elle se contenta d’une simple eau minérale pour accompagner son repas, bien
qu’il lui fût proposé un excellent Bourgogne, un Hospice-de-Nuit 1997.






Elle n’avait jamais imaginé qu’un
jour on lui déroulerait le tapis rouge, lui offrant le meilleur, pour qu’elle
accepte un travail. Elle avait eu une révélation la première fois qu’on lui
parla de physique. Ce n’était que très basique. Un petit chariot sur un plan
incliné qu’on lâchait. Le but était de déterminer la vitesse du chariot grâce à
la formule V=D/T. Chronométrer, mesurer, puis calculer. Quelle expérience
merveilleuse, elle avait touché à la découverte des rouages du monde, et elle voulut
en savoir toujours plus. Milena était loin de l’élève studieuse que l’on
imagine quand on parle de passionné de science. Elle était excellente en
physique, moyenne en math et presque nulle dans les autres matières. Elle se
forçait à maintenir une moyenne honorable pour avoir la chance de continuer à
étudier ce qui la passionnait. Sont parcourt fut pourtant bien difficile. A
12ans en regardant un chariot parcourir un plan incliné elle découvre une
passion, quelques mois plus tard elle comprend que cette passion, malgré
l’évolution des mœurs, reste très misogyne. Rien ne fut dit clairement, mais le
ressenti ne ment pas. Un an avant le passage dans le XXIe siècle les préjugés
tenaient toujours bon. A 13ans et son entrée de plain-pied dans cette fameuse
année 2000, elle comprit que le seul bug de ce nouveau millénaire était de
faire croire à l’ouverture d’esprit dans des pensées encore bien primaires pour
certains. Elle comprit aussi qu’elle devrait se battre pour sa passion, et dans
un sens c’était loin de lui déplaire. Comme un cadeau nous semble bien plus
merveilleux quand on la désiré de toutes ses forces. Comme un objet a bien plus
d’importance quand on a sué pour l’avoir. Sué elle n’avait fait que ça tout au
long de son parcours scolaire. Heureusement pour elle, ses parents bien que pas
très fortuné la soutenait de toutes leurs forces. Son entrée dans une
université de renom ne fut pas chose aisée à obtenir. On donne une bourse aux
meilleures élèves. Elle n’était pas la meilleure, loin de là. La meilleure en
physique oui, mais pour le reste non. Elle arriva à convaincre un des
responsables des bourses avec une vision très novatrice de l’effet tunnel, et
elle n’avait que 17ans. Son avance sur le programme de physique était telle,
qu’en plus de la bourse elle entra directement en troisièmes années. Ce fut une
des rares fois où on lui facilita la vie.






Sa vie universitaire était simple.
Elle étudiait, lisait de bons livres, allait au cinéma et étudiait encore. Elle
n’avait pas vraiment d’ami. Des connaissances, des camarades, mais pas de vrais
amis. Milena n’était pas asociale, elle n’avait juste pas trouvé sur le campus
des personnalités qui lui correspondaient. Elle était souvent approchée par de
jeunes étudiants. Le fait qu’elle soit très belle, avec ses grands yeux ambres,
ses cheveux châtain clair lui tombant sur les épaules, ses longues jambes
fines, son corps élancé, n’était pas étranger à cet intérêt que lui portait la
gente masculine. Elle était toujours flattée par tant d’attention, mais elle ne
répondait jamais aux avances que par un sympathique sourire et une phrase toute
faite montrant de façon claire qu’elle n’était pas intéressée.






Ses publications novatrices sur la
physique provoquèrent autant d’admiration que de dénigrement. C’était devenu
une sorte de sport pour certains physiciens que d’essayer de démonter les
théories de Milena. Elle prit ces méchancetés comme un nouveau challenge.
Ecrire des théories très difficiles à contredire devint presque une seconde
nature chez elle. Pousser le destin à suivre une direction, transformé des
coups du sort en moteur de vie était la philosophie de Milena.






- Vous voulez une boisson, Madame ?


Cette phrase de l’hôtesse tira
Milena de sa rêverie. Elle était dans cet espace-temps ou tout est ralenti, on
ne sait plus bien si on est endormie, ou si on a juste laissé notre pensée nous
emporter un peu loin. Cette intervention tombait bien pourtant, elle avait
soif, on se déshydrate vite en avion. Se rafraichir un peu ne lui ferait que du
bien. Elle lui demanda alors une boisson gazeuse. L’hôtesse lui proposa un
Coca. Il y a certaine chose qui reste les mêmes partout dans le monde songeait-elle.
Elle préférait le Pepsi, mais ne crachait pas sur son concurrent. Un concurrent,
c’est presque un mot trop fort quand on compare certains écarts. Celui de Coca
et Pepsi est flagrant. On ne devrait pas appeler ça un concurrent, mais un
ennemi publicitaire. Car le simple fait qu’il existe ne vous pose pas de
problème, mais au contraire, démontre de façon certaine votre place de leadeur
incontesté. Milena connaissait bien le problème. Un concurrent comme Coca pour
Pepsi, elle l’avait en la personne de Jean-Edouard Stevens. Elle ne comprenait
pas cette mode aux Etas-Unis de donner des noms typiquement français à ses
enfants. Jean-Edouard Stevens, si au moins il avait eu comme nom de famille
Dupont, même pas. On ne pouvait pas faire plus commun comme nom, Stevens.
Commun était aussi un qualificatif qui résumait bien Jean-Edouard. Poussé à
l’extrême par ses parents, il suivit le chemin qu’ils lui avaient tracé. Il
devait faire de grande étude, dans une grande université, dans une noble
matière. Le choix n’était pas large, médecine ou physique. Il choisit physique
non pas par envie ou par passion, mais simplement pour ne pas choisir médecine.
Il voulait bien passer ses journées et ses nuits à étudier, mais il ne voulait
pas tout le désagrément de la médecine, le monde théorique lui convenait
parfaitement, il n’avait pas envie de se salir les mains.





Il rencontra Milena dans les couloirs de
l’université. Il avait entendu parler d’elle grâce à sa légendaire entrée
directement en 3e année, et ses théories novatrices. Tout de suite
il avait décidé d’en faire son ennemie. Frustré du travail qu’il devait fournir
pour être le meilleur, encore plus frustré de voir la facilité avec laquelle
elle réussissait, il ne lui en fallut pas plus pour la détester. Quand il la
croisa dans ce couloir, il l’a reconnu tout de suite. Le fait qu’elle soit
belle l’énervait d’autant plus. La nature aurait au moins pu lui faire don d’un
physique déplaisant puisqu’elle lui avait offert un cerveau. Il n’avait même
pas cette consolation. Le cliché de l’intello moche tombait, mais ça n’empêcha
pas Jean-Edouard de plonger de tout cœur dans tous ceux restant, c’est donc avec
cette phrase - tu as sucé pour en arriver là !? –
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.darth.ch
Darth
Colonel sous la table
Colonel sous la table
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 40
Localisation : Là-->O
Humeur : Dans le sombre foncé
Date d'inscription : 16/06/2008

MessageSujet: Re: La physique des parties cultes   Mar 10 Mar - 18:47

qu’il lui adressa pour la première
fois la parole. De tous les ennemis que c’était fait Milena par sa réussite,
Stevens était le plus acharné à la détruire. Il le faisait en plus avec brio.
Il passait énormément de temps à lire les théories qu’elle concevait pour y
dénicher la moindre petite erreur. Il en faisait ensuite son cheval de bataille
pour tenter de réduire à rien tout le reste de la théorie. Son talent
d’orateur, et ses qualités de physicien l’aidant.






Milena avait élaboré une stratégie
payante pour se défendre. Plutôt que de se justifier, elle écrivait un erratum
ou elle remerciait Jean-Edouard d’avoir
relevé l’erreur, recommençait ses conclusions - qui sur le fond ne changeait
pas - puis soulignait les aberrations dans les déductions de Stevens quant aux
conséquences de cette fameuse erreur. Elle faisait remarquer subtilement
qu’elle ne changeait rien à l’essentiel de la théorie, mais que manifestement une
petite erreur pouvait plonger Jean-Edouard dans des réflexions à la limite de
la stupidité.






Cette tactique fut si efficace,
qu’elle discrédita de plus en plus Jean-Edouard Stevens au profit de Milena. Si
bien qu’après quelques années le directeur de la recherche du CERN voulut
absolument avoir Milena dans son équipe de physiciens. Il voulait qu’elle
rejoigne le groupe de recherche du
« Grand collisionneur de
hadrons » (LHC). Ses connaissances étendues aussi bien en
physique des particules qu’en physique cosmologique plus ses nombreuses
théories publiées en firent la candidate idéale. Pourtant, la nouvelle ne fit
pas plaisir au Professeur Antony Mac, chef du projet LHC qui ne voyait pas d’un
bon œil l’arrivée d’une fille dans son « team » et de plus si jeune.






Le signal lumineux indiquant d’attacher sa ceinture
s’alluma. Le petit bip typique réveilla Milena qui s’était endormie. La voix du
capitaine annonça la décente sur Genève, il poserait dans une vingtaine de minutes.
L’arrivée se fit par l’Est avec un passage très sympathique au-dessus du lac Léman,
puis survol du quartier chic de Colonie, arrivée en bout piste à la limite de
la frontière française. Le train d’atterrissage touchant le sol à la hauteur du
« Fret ». L’Airbus ralentit devant l’avion d’entrainement des pompiers
– un vieux quadrimoteur bleu et blanc – puis suivit la « follow me ».
La petite voiture jaune le guida jusqu'à la zone de stationnement des gros
porteurs empruntant la strip 4 pour sortir de la piste principale et passa
devant le dernier satellite. Milena récupéra son bagage à main qu’elle avait
posé dans le casier au-dessus de sa tête et sorti de l’appareil suivant les couloirs
la menant jusqu’au contrôle des passeports. Elle pensait au reste de ses
affaires qu’elle avait fait envoyer par transporteur. Cette histoire était
arrivée si vite. Un coup de fil de près de quatre heures de la part du
directeur de la recherche du CERN. La discussion fut houleuse. Convaincre
Milena de partir n’était pas chose aisée, les arguments quant à son salaire ne
l’avait pas accroché. Pourtant, la somme était vraiment conséquente. C’est son
amour pour la physique et la promesse de toucher du doigt un instrument comme
le LHC qui avait ouvert une brèche. Le matériel de pointe du CERN pour une
physicienne comme elle était un argument de poids. Ce qui finit pourtant de la
convaincre fut l’allusion du directeur ; Jean-Edouard Stevens n’aurait
jamais un tel honneur ! C’est bon, elle avait gagné ! Stevens après
tout ce temps passé à la détruire se retrouvait officiellement derrière elle.
C’était presque pour Milena une sorte de récompense.






Après avoir passé le contrôle des passeports, elle
traversa le lieu servant à récupérer les bagages sans s’arrêter, puis se
présenta devant le fonctionnaire de douane qui lui demanda si elle avait
quelque chose à déclarer. Elle répondit que non, les portes s’ouvrirent sur le
hall de l’arrivée. Elle regarda la foule qui attendait des passagers, amis,
parents ou simplement du personnel d’hôtel avec un panneau à la main où était
écrit le nom de la personne qu’il devait prendre en charge. Elle remarqua aussi
deux pompiers et s’étonna du fait qu’ils étaient armés. Une spécificité de
Genève, ou le corps des pompiers assure aussi la sécurité de l’aéroport. On lui
avait dit qu’elle passerait la première nuit à l’hôtel Movenpick dans
l’immeuble ICC à quelques secondes de l’aéroport, et à moins de cinq minutes du
CERN. Plus tard on lui fournirait un petit appartement de fonction dans Meyrin
Village pour qu’elle soit très proche de son lieu de travail. Elle s’attendait
donc à trouver son nom sur l’un des panneaux. Elle chercha du regard quand
quelqu’un lui parla.



- Bonjour
mademoiselle Roberts, je m’appelle Kyt Frei, je vais être votre guide quelque
temps.



Il lui serra la main et prit son bagage. Son anglais
était parfait bien qu’empreint d’un accent français assez prononcé. Habillé de
façon très décontractée il ne présentait pas du tout comme un employé d’hôtel.
Il avait une voix chaleureuse en harmonie avec son visage souriant. Séduisant
plus que beau, il donnait tout de suite une bonne impression. La trentaine, plutôt
grand, de corpulence moyenne avec une démarche dynamique, il émanait de lui une
sorte de sérénité. Milena ne savait pas quoi dire. Elle ne s’attendait pas du
tout à ça. Elle le suivit sans un mot jusque sur le parking.



- Je vous ai
trouvé une voiture, j’espère qu’elle va vous plaire.



C’était une magnifique Mercedes SL 63 AMG customisée
par Brabus, noire mate les jantes à six doubles rayons assortis à la couleur de
la carrosserie. C’était le genre de voiture qui semblait aller vite même
arrêtée. Elle pensa que le CERN avait
bien plus de moyens qu’elle ne l’imaginait.



- Je vais
prendre le volant, le temps de vous emmener à votre futur domicile, vous verrez
le Professeur Mac demain après vous être reposée.



Milena acquiesça de la tête. Il mit le bagage à main
dans le coffre, et ils s’installèrent dans la voiture. Il appuya sur la touche
« star-engin » pour démarrer le moteur qui ronronna laissant présager
de la puissance qu’il y avait sous le capot. Après être sortis du parking, ils
suivirent la route, passèrent devant l’immeuble ICC où elle était censée séjourner.



- Ce n’est
pas là que je dois aller
dit-elle en désignant
l’immeuble en verre orange du doigt. Il lui expliqua qu’ils lui avaient trouvé
une maison, et que c’était bien plus agréable que l’hôtel. Son sourire lui
donna confiance. Ils longèrent la route de Pré-Bois, puis tournèrent sur la
droite pour monter sur la route de Meyrin en direction du CERN qui était à la
limite de la frontière avec la France. Mais
au lieu de continuer tout droit, Kyt bifurqua pour s’engager dans le village,
qui ne ressemblait d’ailleurs pas du tout à un village. Il continua à conduire
jusqu'à arriver dans une zone résidentielle. Il entra dans une allée et arrêta
la voiture devant une grande maison. Il l’invita à le suivre. Milena nota que
la voiture se ferma toute seule alors qu’ils s’éloignaient d’elle. Par la même
occasion, elle se rendit compte qu’il n’avait jamais sorti de clef.



- Cette
voiture fonctionne sans clef ?



Il eut un rire franc. Rien de moqueur, c’était juste
un rire amusé par la question. Il sortit la clef de la poche. Elle ressemblait
plus à un morceau de plastique aux formes arrondies qu’à une clef. Il n’y avait
pas la partie métallique habituelle que l’on peut s’attendre à voir.



- C’est le
système « Key lets go » de Mercedes, on laisse la clef dans la poche
et quand on prend la poignée de la voiture en main elle s’ouvre. Quand on s’en éloigne,
elle se ferme. Et il suffit d’appuyer sur le bouton situé sur le levier de
vitesse pour démarrer le moteur.



- Mais combien
coûtent cette voiture ?



- C’est
totalement indécent !



Pour la première fois, ils rirent à l’unisson.




Kyt
lui fit un rapide tour du propriétaire. Il était tard, il ne voulait pas la
tenir éveillée trop longtemps. La maison était spacieuse, comportant un grand
salon avec tout le confort possible. Canapés en alcantara, un écran plat géant d’un
mètre quatre-vingt de diagonal. Un lecteur BlueRay, un home cinéma et même une
Playstation de dernière génération. Il y avait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.darth.ch
Darth
Colonel sous la table
Colonel sous la table
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 40
Localisation : Là-->O
Humeur : Dans le sombre foncé
Date d'inscription : 16/06/2008

MessageSujet: Re: La physique des parties cultes   Mar 10 Mar - 18:47

aussi une salle à manger avec une table pour huit
personnes, une grande cuisine aménagée, un bureau, trois chambres à coucher,
deux salles de bain, un sellier, une buanderie et une cave qui comportait un
endroit spécialement climatisé pour le vin. Ils ne prirent pas le temps de
faire une visite approfondie. Kyt s’éclipsa en lui donnant rendez-vous pour le
lendemain à neuf heures précises. Elle fouilla son bagage à main, sortit son
ordinateur portable. Kyt lui avait expliqué que la maison avait un modem wifi,
il lui avait noté les codes pour se connecter sur un papier. Elle s’installa
sur le canapé du salon, alluma la télé sur MTV et ouvrit sa boite mail. Elle
passa dix minutes à lire quelques mails, puis elle s’endormit sans s’en rendre
compte terrassé par la fatigue du voyage. Il était 23 h 40 heure locale,
autrement dit, 11:00 PM TU+1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.darth.ch
Pandora
Vampiro-Jedi
Vampiro-Jedi
avatar

Nombre de messages : 3225
Age : 35
Localisation : Dans la pièce au sommet de la Tour Sombre
Humeur : Attend l'Illumination
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: Re: La physique des parties cultes   Mer 11 Mar - 11:25

Pas encore eu le temps de lire, mais j'essaie de te donner un avis objectif bientôt lapinou

_________________
*Quintuplette*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/profile/PandoraBlack
Darth
Colonel sous la table
Colonel sous la table
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 40
Localisation : Là-->O
Humeur : Dans le sombre foncé
Date d'inscription : 16/06/2008

MessageSujet: Re: La physique des parties cultes   Mer 11 Mar - 14:23

Merci, c'est gentil Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.darth.ch
Darth
Colonel sous la table
Colonel sous la table
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 40
Localisation : Là-->O
Humeur : Dans le sombre foncé
Date d'inscription : 16/06/2008

MessageSujet: Re: La physique des parties cultes   Dim 22 Mar - 19:55

Bon, après deux semaines sans presque aucune réponse.....je crois que je vais me décider à abandonné l'idée d'écrire!

Faut croire que mon texte n'est pas très captivant
bouhouhou!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.darth.ch
Kusanagi
Senseï-Administratrice
Senseï-Administratrice
avatar

Nombre de messages : 5083
Age : 40
Localisation : sur le wired
Humeur : CHIEUSE...
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: La physique des parties cultes   Dim 22 Mar - 20:03

Pythie Mais non! n'abandonne pas!!

Déjà, j'ai pas eu le temps de le lire ... j'espère pouvoir le faire cette semaine lovedevil
*Oui, il est p'têt court, mais il faut que j'imprime pour lire, j'aime pas lire à l'écran*

_________________
Choose Life!
Tuplette.I love Wall.E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/Cho-sanNieA/
Kusanagi
Senseï-Administratrice
Senseï-Administratrice
avatar

Nombre de messages : 5083
Age : 40
Localisation : sur le wired
Humeur : CHIEUSE...
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: La physique des parties cultes   Mer 25 Mar - 15:09

Ayé!! J'ai lu ...
pour mon avis, regarde tes MP. Mais c'est pas mal cheerlader

_________________
Choose Life!
Tuplette.I love Wall.E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/Cho-sanNieA/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La physique des parties cultes   

Revenir en haut Aller en bas
 
La physique des parties cultes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jeu] Les phrases cultes
» La physique des catastrophes, Marisha Pessl
» Répliques cultes de films
» [Cinéma]Vos Films Cultes
» XBOX 360: Le live, Gamertags, réunion, parties, etc.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Citadelle :: Archives :: Textes-
Sauter vers: